PASDEBOLPOURMOU. JoséMourinho, qui comme on le sait a horreur de perdre, s'est efforcé de rester positif, mais a attribué la victoire du FC Barcelone à la... chance. " Il nous reste un match à jouer, et si nous ramenons quelque chose de Séville, nous passerons les fêtes de Noël en tête du classement. "
...

PASDEBOLPOURMOU. JoséMourinho, qui comme on le sait a horreur de perdre, s'est efforcé de rester positif, mais a attribué la victoire du FC Barcelone à la... chance. " Il nous reste un match à jouer, et si nous ramenons quelque chose de Séville, nous passerons les fêtes de Noël en tête du classement. " A la question de savoir ce qui l'avait déçu, il a cité une action. " Celle du premier but catalan. J'ai horreur que l'un de mes médians, lorsqu'un ballon est disputé en milieu de terrain, fait mine de mettre le pied puis le retire. Je sais : il risque un carton jaune. Mais la conséquence, c'est que les Barcelonais se sont emparés du ballon et en ont profité pour lancer une contre-attaque. Chaque ballon doit être gagné, il faut faire preuve d'agressivité. "Le bilan de Mou face au Barça reste pauvre. " Du moins, si l'on se fie aux chiffres. Mais avec le temps, on oublie les circonstances dans lesquelles nous avons été battus dans les matches précédents : l'exclusion de Pepe, le but annulé de GonzaloHiguain... " Mourinho ne serait pas Mourinho s'il n'avait pas cette tendance de s'en prendre à l'arbitrage. Ainsi, lorsque LionelMessi a effectué un tackle qui aurait peut-être mérité un carton jaune alors que - fait totalement inhabituel - il en avait déjà pris un, il est sorti de ses gonds. Il a malgré tout salué TitoVilanova, l'adjoint de PepGuardiola avec qui il s'était disputé lors de la Supercoupe et qui vient d'être opéré d'une tumeur. " Il m'est apparu en bonne santé et c'est le principal. " LEVANTEENLIGUEDESCHAMPIONS ? Si le plus petit budget de la Liga (27 millions) ne peut pas encore traiter d'égal à égal avec le FC Barcelone, où il s'est incliné 5-0 il y a dix jours, il continue malgré tout son petit bonhomme de chemin. Vainqueur 1-0 du FC Séville, un match que son joueur Vicente Iborra a tenu à disputer malgré le décès de sa fille née de façon prématurée une semaine plus tôt, il participerait au tour préliminaire de la prochaine Ligue des Champions si le championnat s'arrêtait ici. ZÉROPOINTÉPOURVILLARREAL. La Ligue des Champions s'est achevée sur une sixième défaite de rang pour les hommes de CarlosGarrido. Le sous-marin jaune, versé il est vrai dans un groupe très relevé, boucle la C1 sur un zéro pointé. Un bilan qui reflète un malaise également perceptible en championnat : trois défaites d'affilée, et un piètre partage à domicile contre la Real Sociedad, dimanche passé. L'entraîneur est dans l'£il du cyclone. ROMARICREVIT. L'ancien attaquant ivoirien de Beveren, qui jouait la saison dernière au FC Séville et qui s'est relancé à l'Espanyol, a été le bourreau de ThibautCourtois. En tout début de match, il a intercepté un dégagement du gardien belge pour servir Verdu qui a ouvert la marque. Après 20 minutes à peine, il a affiché lui-même le 3-0 au marquoir. Au bout du compte, l'Atlético Madrid s'est incliné 4-2, ce qui place GregorioManzano au bord du précipice. LERUSHDERUBENCASTRO. L'attaquant du Betis Séville est le plus efficace en fin de match. Ses quatre buts inscrits aux alentours de la 90e minute ont rapporté sept points à son club. Il a encore scoré dimanche, lors de la victoire 2-1 contre Valence. SARAGOSSELANTERNEROUGE. Encore battu à domicile par Majorque, Saragosse est assuré de finir l'année 2011 bon dernier : il accuse trois points de retard sur l'avant-dernier et cinq sur le premier non-relégable. Andrés Iniesta a survolé le clasico. Si l'entrejeu du FC Barcelone a dominé celui du Real Madrid, il le doit en grande partie à celui qui ne figure pas dans le trio de nominés pour l'attribution du Ballon d'Or FIFA/France Football. Cristiano Ronaldo n'a jamais été très à l'aise dans un clasico. Ce fut encore le cas samedi. A la 64e minute, lorsqu'il a loupé une occasion franche de la tête, il a même essuyé quelques coups de sifflet. Xavi a joué au stade Santiago Bernabeu son 600e match avec le FC Barcelone et l'a fêté par un but. Il avait débuté le 18 août 1998, en Supercoupe contre Majorque, sous la houlette de Louis van Gaal. DANIEL DEVOS" C'est un coup au moral pour le Real Madrid " Rafael Nadal, joueur de tennis et supporter des Madrilènes.