La saison dernière, le buteur Patrick Ogunsoto a été une déception de même que l'objet d'un véritable feuilleton pour son transfert. Bart Van den Eede, l'avant le plus productif avec neuf buts, a rejoint Dender. L'arrière gauche Bernt Evens et la révélation de la saison passée Nabil Dirar ont émigré au Club Bruges.
...

La saison dernière, le buteur Patrick Ogunsoto a été une déception de même que l'objet d'un véritable feuilleton pour son transfert. Bart Van den Eede, l'avant le plus productif avec neuf buts, a rejoint Dender. L'arrière gauche Bernt Evens et la révélation de la saison passée Nabil Dirar ont émigré au Club Bruges. Westerlo devait donc renforcer son attaque et remplacer au moins deux piliers. Yves De Winter reste titulaire, après une bonne saison mais il accompagne l'équipe belge aux Jeux. En son absence, Bart Deelkens, de retour au nid, se postera dans le but. Yannick De Winter, le frère cadet du premier cité, ne s'est entraîné que quelques fois avec l'équipe fanion. Il poursuit sa scolarité et son intégration à Westerlo. Suite au départ d'Evens, Jef Delen glisse à l'arrière gauche, un poste qu'il occupe depuis que Westerlo est au courant du départ d'Evens. GuntherVanaudenaerde, WouterCorstjens/ StefWils, NicoVan Kerckhoven et Delen ont un concurrent pour l'axe et la droite de la défense : Sergio Hellings. A Courtrai, au sein d'une ligne arrière à trois ou à cinq, NicolasTimmermans arpentait tout le flanc droit. Il doit maintenant adapter son jeu de position à une défense et un entrejeu à quatre. Enfin, Jo Christiaens est un jeune défenseur axial gaucher. Dirar, qui évoluait surtout à droite, peut être remplacé, comme quand il était blessé, par le très rapide Emmanuel Sarki. Le flanc gauche est occupé par un droitier venu de Colombie, Johan Sotil, capable de réaliser des actions mais pas encore de digérer les efforts physiques, plus intenses en Belgique. C'est peut-être la chance du plus mince Wouter Scheelen. Cependant, LukasZelenka peut évoluer dans l'axe comme sur les flancs et sera en meilleure condition physique que lors de son arrivée en plein milieu de la saison passée. S'il retrouve son ancien niveau, il apportera beaucoup de créativité à Westerlo. Moses Adams a également accompli sa préparation avec Westerlo, cette fois, et peut jouer dans l'axe, comme les vieux serviteurs TomVan Imschoot, WimMennes, Wils, MichaelModubi et RachidFarssi, lequel a mieux fait que dépanner au milieu gauche, dans l'axe médian et à l'arrière gauche la saison passée. Les Campinois ont adjoint au noyau Jarno Molenberghs, un médian droit. Jeffrey Ntuka n'est pas encore rétabli de sa blessure aux ligaments croisés. Jan Ceulemans peut opter pour un entrejeu plat ou un losange avec un médian défensif. Bertin Tomou a marqué onze buts en 25 matches à Mouscron. Revenu de la CAN avec la malaria, il s'est disputé avec l'Excel. Il a le niveau requis et le sens du but. Il constitue une solide alternative à Joris Van Hout. Dieter Dekelver a été handicapé par une esquille au talon, la saison dernière. Il est aujourd'hui guéri. Au Cercle, il partait du flanc droit, en soutien d'un seul avant, mais Westerlo estime qu'il peut marquer davantage en jouant au second avant. Le club a embauché un frêle Péruvien, Jaime Ruiz, doté d'une bonne détente et d'une grande mobilité. Il doit cependant s'adapter à des espaces plus restreints et au jeu en tandem. Compte tenu de la réforme du championnat, la tension monte au Kuipje. Herman Wijnants a exprimé l'ambition de terminer au moins septième cette saison, une performance que le club n'a réussie que deux fois depuis sa promotion en 1997. Selon le manager, l'équipe doit aussi faire parler d'elle car le temps des victoires spectaculaires contre les ténors et la Coupe de Belgique sont déjà lointains. Un bon classement a un prix, celui de la régularité, d'une certaine monotonie aussi, mais peut-être Westerlo réserve-t-il une surprise. Si Tomou a la même productivité qu'à Mouscron et que des pions majeurs tels que Dekelver et Zelenka retrouvent leur forme, Westerlo pourra être séduisant tout en réalisant les v£ux du manager. Jan Ceulemans entame sa huitième saison à la tête d'une sélection qui n'avait jamais été aussi internationale. Reste à connaître le niveau réel des Sud-américains. par raoul de groote