Samedi, Nick Nuyens a pédalé une heure, pour la première fois depuis sa chute à Paris-Nice. Il espère renouer avec la compétition au Tour de Turquie, qui débute le 22 avril. Le dernier vainqueur du Tour des Flandres, réputé pour son intelligence tactique, a été un spectateur attentif des semi-classiques flamandes du week-end dernier, ce qui lui a permis de pointer ses favoris pour le Ronde.
...

Samedi, Nick Nuyens a pédalé une heure, pour la première fois depuis sa chute à Paris-Nice. Il espère renouer avec la compétition au Tour de Turquie, qui débute le 22 avril. Le dernier vainqueur du Tour des Flandres, réputé pour son intelligence tactique, a été un spectateur attentif des semi-classiques flamandes du week-end dernier, ce qui lui a permis de pointer ses favoris pour le Ronde. " On sait depuis Sanremo que Fabian Cancellara est à nouveau en pleine forme ", commente Nuyens. " Cependant, on ignore toujours les rapports de force exacts entre le Suisse et Tom Boonen. Ils n'ont roulé à fond l'un contre l'autre dans aucune côte, notamment parce que Cancellara a été poursuivi par la poisse au Prix E3. Boonen a été plus rapide et a renoué avec le succès. C'est très important. Ses victoires au sprint à Harelbeke et à Wevelgem doivent lui avoir insufflé confiance. Dimanche, la question ne sera donc pas de savoir comment Boonen doit compliquer la vie de Cancellara mais l'inverse. C'est au Suisse de se détacher de Boonen. Dans le passé, il a déjà prouvé qu'il en était capable. S'il ne le peut pas, personne n'y parviendra. Le fait que le Vieux Quaremont remplace le Mur de Grammont ne le désavantage certainement pas car il peut y creuser une avance. Le Ronde sera un superbe duel mais j'espère que les deux favoris ne vont pas se neutraliser. D'autres coureurs sont aux aguets, à commencer par Filippo Pozzato. Il a retrouvé son niveau et il est mon favori. Pippo brûle de signer encore une grande performance. Au GP de Harelbeke, il a pulvérisé son groupe au Tiegemberg. Or, je vous assure que ce n'est pas évident. Pozzato a un autre atout : il lit très bien les courses. Je vais aussi suivre Oscar Freire. C'est peut-être un candidat surprenant pour le Tour des Flandres mais je sais qu'il rêve d'un résultat dans cette course depuis des années. Je n'exclus pas qu'un peloton d'une quinzaine de coureurs se dispute la finale. Dans ce cas, Freire sera à son avantage. Après la dernière ascension du Paterberg, il est plus facile de lancer une poursuite qu'après le Bosberg sur l'ancien tracé. Les 13 derniers kilomètres, sur asphalte, sont roulants. Il est possible que les favoris soient trop attentistes et misent tout sur la dernière ascension du Quaremont et du Paterberg. Je m'attends à ce que certains outsiders misent là-dessus. Sylvain Chavanel, excellent la semaine dernière, y songe sûrement. Il est de ces coureurs qui osent attaquer de loin. Le parcours est nouveau pour tout le monde : les favoris n'auront pas droit à l'erreur. L'équipe de Boonen peut lancer de nombreux pions en avant pour énerver les autres, comme dans le passé, même si l'équipe de Cancellara m'a aussi convaincu la semaine dernière. " BENEDICT VANCLOOSTER