Les équipes de football qui vont loin en coupe d'Europe perçoivent des millions d'euros en primes et droits TV. C'est loin d'être le cas des formations de basket. Philip Debaere, le manager sportif du BC Ostende, nous explique : " Champions de Belgique, nous étions qualifiés automatiquement pour la Ligue des Champions (le nouveau tournoi organisé parallèlement à la prestigieuse Euroleague, qui aligne la plupart des grands clubs et est organisé par la FIBA depuis cette saison, ndlr).Nous avons reçu une prime de départ de 100.000 euros et les frais de couverture télévisée s...

Les équipes de football qui vont loin en coupe d'Europe perçoivent des millions d'euros en primes et droits TV. C'est loin d'être le cas des formations de basket. Philip Debaere, le manager sportif du BC Ostende, nous explique : " Champions de Belgique, nous étions qualifiés automatiquement pour la Ligue des Champions (le nouveau tournoi organisé parallèlement à la prestigieuse Euroleague, qui aligne la plupart des grands clubs et est organisé par la FIBA depuis cette saison, ndlr).Nous avons reçu une prime de départ de 100.000 euros et les frais de couverture télévisée sont englobés. En prenant en compte les rentrées des six matches à domicile et les frais de déplacement, que nous payons nous-mêmes, nous pouvons équilibrer à peu près le budget de cette campagne européenne. " Ostende n'a toutefois pu se qualifier pour le tour suivant et a été renvoyé en Coupe d'Europe FIBA. Après les huitièmes de finale contre Pau Orthez et les quarts contre Krasnoyarsk (Russie), l'équipe côtière affronte les Français de Chalon. Elle joue à domicile le 29 mars, en déplacement le 5 avril. Cette coupe d'Europe est déficitaire, poursuit Debaere : " Il n'y a pas de prime de qualification et tous les frais sont à notre charge. Ce n'est pas rien quand il faut se déplacer à Krasnoyarsk, en Sibérie. Le voyage nous a coûté 10.000 euros rien qu'en billets d'avion. L'équipe TV qui a diffusé notre match à domicile ? Une note de 15.000 euros alors que ce n'était diffusé que sur internet, pas à la télévision, même pas en Belgique. Ajoutez les frais d'arbitrage, la nuitée de l'équipe visiteuse, les primes de qualification... Nous percevons les rentrées de la billetterie mais elles ne couvrent pas tous les frais. Nous avons affronté Krasnoyarsk devant 4.000 personnes mais nos abonnés bénéficiaient d'une entrée gratuite pour tous les matches européens. Nous avons aussi lancé une action : ceux qui achetaient un billet pour le match de championnat contre Liège en obtenaient un gratuit pour celui contre Krasnoyarsk. Ce quart de finale nous a coûté environ 25.000 euros. La demi-finale sera moins chère, le déplacement étant moins long, mais elle ne nous rapportera rien. Même une victoire finale ne rapporte pas de prime spécifique. La FIBA n'accorde de primes qu'en Ligue des Champions. Son lauréat touche 500.000 euros, prime de départ incluse. " Debaere ne se plaint pas. " Cette campagne nous permettra sans doute de recruter des jeunes talents plus facilement car ils pourront lancer leur carrière européenne, voire américaine, grâce à Ostende. Grâce aussi à Dario Gjergja, qui fait une fois de plus honneur à sa réputation de formateur. " Debaere relève un autre avantage : " Après sept saisons, Telenet, notre sponsor principal, met un terme à notre collaboration et nous négocions avec de nouveaux mécènes. Une demi-finale peut nous aider à convaincre un partenaire. " JONAS CRETEUR