La semaine passée, Sport/Foot Magazine a perdu un monument du journalisme sportif, un pionnier de notre profession, de notre magazine, parti à l'âge de 80 ans : Mick Michels (voir page 17). Il s'est éteint le 2 janvier, un mercredi, alors que les libraires et les facteurs vous tendaient notre premier magazine de l'an nouveau. Mick l'aurait adoré car il regorgeait, une fois de plus, d'informations, dûment recoupées, d'interviews et d'exclusivités qui ont fait du bruit. Dans un premier temps, ce furent les révélations concernant les projets bruxellois de Vincent Kompany (intention d'investir au White Star, contacts avec Michel De Wolf et le FC Bleid Molenbeek, une grande école de football, etc.) qui attirèrent tous les regards. Avant de déclencher une onde d'étonnements, nos journalistes multiplièrent leurs sources, recoupèrent leurs informations, tout en gardant préc...

La semaine passée, Sport/Foot Magazine a perdu un monument du journalisme sportif, un pionnier de notre profession, de notre magazine, parti à l'âge de 80 ans : Mick Michels (voir page 17). Il s'est éteint le 2 janvier, un mercredi, alors que les libraires et les facteurs vous tendaient notre premier magazine de l'an nouveau. Mick l'aurait adoré car il regorgeait, une fois de plus, d'informations, dûment recoupées, d'interviews et d'exclusivités qui ont fait du bruit. Dans un premier temps, ce furent les révélations concernant les projets bruxellois de Vincent Kompany (intention d'investir au White Star, contacts avec Michel De Wolf et le FC Bleid Molenbeek, une grande école de football, etc.) qui attirèrent tous les regards. Avant de déclencher une onde d'étonnements, nos journalistes multiplièrent leurs sources, recoupèrent leurs informations, tout en gardant précieusement les documents certifiant les contacts entre " Monsieur K " et les huiles du Stade Fallon. Icône de Manchester City, Kompany bénéficie d'une aura mondiale ; ses idées, ses réactions et ses prises de position, même politiques, sont notées aux quatre coins de la planète. Même si le dossier " woluwéen " est au point mort, comme nous l'avons écrit, quand un personnage de cette envergure envisage de se lancer dans de tels projets, ce n'est pas pour inventer le 13e signe du zodiaque. Certains médias firent la fine bouche en découvrant nos dires avant de prétendre qu'ils étaient dans la confidence (pourquoi, dans ce cas, ne pas l'avoir dévoilé ?) et de développer certains aspects du dossier sans nous citer, ou si peu. Il y a, hélas, des chauffards sur les autoroutes de l'information. Cette exclusivité prouve, par l'intermédiaire d'un personnage solaire comme Kompany, qu'on peut joindre les deux extrémités du foot, la sphère d'une méga star et de petits clubs de chez nous, qui ne disposent pas de moyens astronomiques. Notre hebdomadaire a toujours eu la volonté d'être un newsmagazine du sport, branché sur les problèmes en tous genres qui secouent toutes les disciplines. Issu d'un quartier défavorisé, Kompany sait que le sport peut aider des jeunes, qui partent de loin, à se réaliser pleinement, à condition d'être bien entourés. C'est une attitude qui nous tient à coeur, une facette sociale que nous abordons régulièrement. Le débat est de plus en plus présent sur la place publique. Nos révélations de la semaine passée y sont pour quelque chose, tant mieux. Cet emballement nous en rappelle d'autres. Il y a quelques années, Sport/Foot Magazine fut le premier média au monde à évoquer le drame des matches truqués, à pister les fautifs en Finlande, à dénoncer les pratiques de la maffia chinoise de Zheyun Ye. Jan Hauspie bossa durant des mois pour avancer des preuves. D'autres médias suivirent notre exemple mais oublièrent que notre hebdomadaire dénonça, avant tout le monde, un des plus grands fléaux du sport. Toujours la semaine passée, même si ce n'est évidemment pas comparable au cas Kompany, Mohamed Aoulad s'est exprimé avec franchise à propos de son fameux acte de mauvaise humeur contre Courtrai. Il a expliqué à Sport/Foot Magazine que son message (l'imitation d'une paire de lunettes qui signifiait : - Ouvrez les yeux) s'adressait à Mehdi Bayat. Un but, une attitude, une revanche mais il n'a envoyé, dit-il, que ce geste en direction de son (ex-) patron. L'insulte qui a accompagné les lunettes fictives n'étant destinée à personne, il s'excuse d'avoir utilisé un tel vocabulaire pour évacuer son stress. Or, une partie de la presse, confondant le geste et la parole, a rebondi sur cette affaire en affirmant uniquement qu'Aoulad avait destiné ses gros mots à Mehdi Bayat. L'embrasement fut total avec, à la clef, le renvoi du joueur. Romain Van Der Pluym et Stéphane Vandevelde ont suivi ce dossier (voir page 47) et tout le brouhaha qu'il a dégagé. Il n' y a pas à dire : Mick Michels aurait apprécié la grande forme de Sport/Foot Magazine.?Dans le cadre de Scooore, le grand jeu de paris sportifs lancé par la Loterie Nationale, Sport/Foot Magazine pronostiquera dès le prochain numéro les futures journées de championnat. Dans cette nouvelle rubrique s'affronteront un journaliste, quelqu'un du monde du foot et.... un lecteur. Pour y participer, rendez-vous sur notre site www.sportmagazine.be PIERRE BILICAffaire Aoulad : quand on confond le geste et la parole...