Charleroi est allé à Bruges afin de jouer crânement sa chance, mettant ainsi en grandes difficultés les hommes de Jan Ceulemans. A la fin de la rencontre, l'entraîneur carolo fit une analyse pertinente en criant haut et fort que son équipe méritait bien mieux que cette défaite.
...

Charleroi est allé à Bruges afin de jouer crânement sa chance, mettant ainsi en grandes difficultés les hommes de Jan Ceulemans. A la fin de la rencontre, l'entraîneur carolo fit une analyse pertinente en criant haut et fort que son équipe méritait bien mieux que cette défaite. Il disait avoir préparé ses troupes au combat et soulignait qu'il avait surtout dû inculquer au groupe le fait que l'exploit était réalisable dans la Venise du Nord. Son travail fut remarquable vu la manière avec laquelle les Zèbres, tout de rose vêtus, ont joué cette rencontre. Il y avait de tout dans ce match : du rythme, de la vitesse, de la précision, une tactique qui frôla la perfection, une envie d'aller vers l'avant en permanence et aucun complexe par rapport à l'adversaire... Quand on impose un tel jeu face au champion en titre, il y a de quoi se poser des questions sur la place du Sporting au classement. Depuis mon retour en Belgique, j'avais rarement vu un entraîneur qui avait le courage de déclarer après le match : " Oui, j'étais convaincu que mon équipe pouvait rivaliser face au Club Bruges. Mais au début de la semaine j'étais seul à le penser. J'ai donc dû travailler toute la semaine pour convaincre le groupe que nous irions là-bas pour gagner... ". Son message est très bien passé car s'il y avait une équipe sur le terrain qui était susceptible de l'emporter, c'était bien Charleroi. Chapeau bas car c'est la preuve qu'il y a là des techniciens compétents qui n'ont pas peur des défis. Alors je me pose la question : pourquoi se poser des limites ? Le football procure des sensations uniques quand on le joue de cette manière mais j'espère que les Carolos ont compris le message de leur entraîneur et le suivront jusqu'à la fin de la saison. Je suis convaincu que si l'on continue à travailler de cette manière à Charleroi, le futur sera... rose et le football franchira peut-être un cap supplémentaire. Travailler le physique, la technique, la tactique c'est très bien mais l'aspect psychologique est selon moi fondamental. La différence, on la fait souvent quand on est bien dans sa tête. Charleroi grandit donc petit à petit malgré son classement actuel. N'oublions pas non plus que les Zèbres doivent encore recevoir le Standard et Anderlecht. Cela nous promet du spectacle car ils ont pour habitude de se surpasser lors de ces grands rendez-vous. johan wAlem consultant à belgacom tv