J ean-Pierre Deprez sort le dossier Majid Oulmers : l'affaire n'en est qu'à ses prémices mais la farde compte déjà quelques centaines de pages. Dont une petite revue de presse. Révélateur : des médias belges et du monde entier s'y sont déjà intéressés et ont contacté l'avocat carolo. De quoi mieux saisir l'importance de cette bombe à retardement. Tous les journaux et TV belges sont déjà passés par ici ou ont consacré de larges articles à l'affaire, mais aussi la BBC, des télévisions irlandaise, suisse, espagnole, italienne, marocaine, brésilienne, la Radio Suisse Romande, l'agence Reuters, La Gazzetta dello Sport, Le Monde, Libération, L'Equipe, El País, le plus grand quotidien brésilien ( Folha de Sao Paulo, un million d'exemplaires tirés), etc. Des entraîneurs légendaires ont d'ores et déjà pris fait et cause pour le Sporting (ou en tout cas pour le G14, qui s'est associé à la direction des Zèbres dans sa plainte contre la FIFA) : José Mourinho et Fabio Capello. Ce qui semblait, au départ, un affrontement entre le pot de terre (Sporting de Charleroi) et le pot de fer (FIFA), interpelle énormément. Majid Oulmers deviendra-t-il, dans quelques années, aussi populaire que Jean-Marc Bosman ?
...

J ean-Pierre Deprez sort le dossier Majid Oulmers : l'affaire n'en est qu'à ses prémices mais la farde compte déjà quelques centaines de pages. Dont une petite revue de presse. Révélateur : des médias belges et du monde entier s'y sont déjà intéressés et ont contacté l'avocat carolo. De quoi mieux saisir l'importance de cette bombe à retardement. Tous les journaux et TV belges sont déjà passés par ici ou ont consacré de larges articles à l'affaire, mais aussi la BBC, des télévisions irlandaise, suisse, espagnole, italienne, marocaine, brésilienne, la Radio Suisse Romande, l'agence Reuters, La Gazzetta dello Sport, Le Monde, Libération, L'Equipe, El País, le plus grand quotidien brésilien ( Folha de Sao Paulo, un million d'exemplaires tirés), etc. Des entraîneurs légendaires ont d'ores et déjà pris fait et cause pour le Sporting (ou en tout cas pour le G14, qui s'est associé à la direction des Zèbres dans sa plainte contre la FIFA) : José Mourinho et Fabio Capello. Ce qui semblait, au départ, un affrontement entre le pot de terre (Sporting de Charleroi) et le pot de fer (FIFA), interpelle énormément. Majid Oulmers deviendra-t-il, dans quelques années, aussi populaire que Jean-Marc Bosman ? Deprez (49 ans) se pourlèche les babines. Un sacré personnage ! Depuis 1998, il est chargé de l'accueil des journalistes lors des matches au Sporting et est aussi devenu l'avocat pro deo du club : il ne facture qu'exceptionnellement ses prestations ou frais de déplacement ! Mais quelle notoriété en échange... Il est aussi le coach de l'équipe du barreau de Charleroi qui participe au championnat de Belgique inter barreaux (14 équipes) et qui a remporté la Coupe 2005. En tant que médian défensif de cette équipe, il a remporté 2 titres nationaux, 3 Coupes de Belgique et participa 7 fois à la Coupe du Monde des avocats (deux demi-finales) ! Rappel chronologique des faits, commentaires et analyse de l'avocat qui a allumé la mèche. Première convocation pour Oulmers en équipe marocaine : match amical à Rabat contre le Burkina Faso. Mogi Bayat : " N'y va pas. On a besoin de toi, tu es notre homme en forme. Tu risquerais d'aller te blesser sur cette pelouse dégueulasse ". L'agent du joueur fait le forcing et Oulmers part. Après 52 minutes, Oulmers marque mais, pendant que le ballon glisse vers le but, Lamine Traoré, le Burkinabé d'Anderlecht, l'agresse. Verdict : rupture totale du ligament latéral de la cheville gauche. Oulmers est opéré en urgence puis rentre à Charleroi. Le Sporting adresse un courrier à la fédération marocaine en signalant que le club subit un handicap sportif et le joueur un handicap financier. Charleroi demande une indemnisation aux Marocains, qui n'assurent pas leurs joueurs lors de matches internationaux. Très peu de fédérations le font à cause du prix des primes. PhilippeVande Walle, qui a dû mettre fin à sa carrière après s'être blessé lors d'un match des Diables aux Pays-Bas, en 1999, a finalement été indemnisé par l'Union Belge, pas par une compagnie. Sous la pression de quelques barons de l'équipe, qui menaçaient de ne pas disputer l'Euro 2000 si aucune solution n'était trouvée ! La fédé marocaine se retranche derrière l'article 37 du règlement de la FIFA qui stipule qu'un club qui met un de ses joueurs à la disposition d'une sélection nationale n'a droit à aucune indemnité financière en cas d'accident. Deprez se lance : " Les clubs sont obligés de céder leurs joueurs gratuitement et s'ils ne le font pas, les joueurs sont interdits de championnat tandis que les clubs et les joueurs sont passibles d'une amende. Il faut disqualifier ce règlement. La FIFA annonce 2 milliards de bénéfice pour la Coupe du Monde 2006... avec des joueurs pris gratuitement aux clubs. Il y a un problème économique. Le règlement de la FIFA est contraire à l'article 82 du Traité de l'Union Européenne qui sanctionne les abus de position dominante. Dans ce cas, la position dominante de la FIFA est incontestable. Elle obtient gratuitement de la matière première pour faire des bénéfices importants ." Charleroi reçoit, via l'UB, la copie d'une lettre envoyée par la FIFA : " Le club de Charleroi est-il déraisonnable au point de remettre en question le sens des sélections nationales ? Où est l'esprit patriotique ? (...) Veuillez mettre un terme à cette affaire avant le 13 juin 2005 ". " Le président Jan Peeters nous a dit que notre procédure pourrait coûter très cher tant à l'UB qu'au club ", avance Deprez. " Il cherchait à nous culpabiliser. " Le Sporting envoie une citation à comparaître à la FIFA, à Zurich avec une demande d'intervention du Tribunal de Commerce de Charleroi pour une indemnisation pour le club, fixée provisoirement à 100.000 euros, en attendant de voir l'évolution de l'état physique de Majid Oulmers. Abbas Bayat et Deprez rencontrent Peeters : " Il nous a avoué que nous avions de bonnes chances de remporter ce procès mais a ajouté qu'il y aurait de nombreux obstacles avant d'arriver à un verdict ". Oulmers est à nouveau dans l'équipe de Charleroi mais on attend toujours de retrouver le joueur virevoltant du début de saison 2004-2005. " Il en garde inconsciemment sous la pédale, il a peur d'aller au contact ", signale Deprez. " Les suites de sa blessure sont toujours bien visibles ". Le G14 (défendu par Maître Jean-Louis Dupont), qui réunit les clubs les plus puissants d'Europe, s'associe au Sporting dans sa plainte après avoir déjà intenté une action similaire devant le conseil suisse de la concurrence. Ces clubs, qui n'emploient pour ainsi dire que des internationaux grassement payés, sont concernés au premier plan. " Le G14 attendait d'avoir un cas d'école et l'a trouvé à Charleroi ", explique Deprez. " Sa plainte déposée en Suisse ne reposait sur aucun cas concret ". Le Tribunal de Commerce de Charleroi est officiellement saisi par le Sporting, qui veut être indemnisé : " Nous avons été privés de la jouissance d'un joueur que nous avons continué à payer, et le Sporting a perdu au moins une chance d'obtenir de meilleurs résultats car Oulmers était un de ses pions majeurs avant sa blessure. La preuve, c'est que ses prestations avec notre club lui ont permis de se faire sélectionner pour la première fois en équipe marocaine. Vu sa baisse de niveau depuis sa blessure, il perd aussi une partie de sa valeur marchande ". Le but est de pousser le Tribunal de Commerce à aller plus loin. " Je demande qu'on analyse la compatibilité entre le règlement de la FIFA et le Traité de l'Union Européenne, qui est la norme juridique suprême. J'invite le Tribunal de Commerce à poser la question à la Cour de Justice des Communautés Européennes ". A l'occasion du congrès de la FIFA à Marrakech, Sepp Blatter, son président, s'exprime publiquement sur l'affaire Oulmers : " J'ai demandé à l'Union Belge de sanctionner le Sporting de Charleroi ". Deprez : " Blatter a tout mélangé dans son discours. Il cite les fléaux qui, selon lui, menacent le foot : la multipropriété de clubs, les excès des agents de joueurs, la corruption... et le recours à la justice ordinaire. Tout est mis sur le même pied ". Les parties entérinent le calendrier proposé par le Tribunal de Commerce. Pour le 15 novembre : l'avocat du Sporting devra recevoir l'argumentation de la FIFA. Pour le 15 décembre : Jean-Pierre Deprez devra répondre à cette argumentation. Le 20 mars 2006 : plaidoiries. Dans l'ordre : Jean-Pierre Deprez, Jean-Louis Dupont, l'avocat de la FIFA. Le Tribunal de Commerce rendra ensuite son verdict. Deux possibilités : il juge que l'action intentée par le Sporting et le G14 est non fondée ou il pose la question préjudicielle à la Cour de Justice. PIERRE DANVOYE" LA FIFA OBTIENT GRATUITEMENT LA MATIÈRE PREMIÈRE (LES JOUEURS) POUR FAIRE DES BÉNÉFICES COLOSSAUX "