Si l'on veut établir le bilan de la prestation d'une équipe au cours d'un match ou d'une mi-temps, il est normal d'en souligner les deux moments les plus importants que sont la perte et la possession de balle. D'une part, cette équipe se défend-elle suffisamment bien ? Et d'autre part, crée-t-elle assez de danger qui prouve ses intentions de vouloir marquer un but de plus que son adversaire ? Le temps de possession du ballon et le nombre de duels gagnés sont souvent utilisés par les médias pour justifier certaines critiques du jeu d'une équipe. Cette approche est beaucoup trop réductrice. Elle n'est pas non plus toujours représentative du résultat final d'une rencontre. Celui-ci est avant tout lié à ce qui s'est passé dans les deux zones de vérité durant les deux mi-temps.
...

Si l'on veut établir le bilan de la prestation d'une équipe au cours d'un match ou d'une mi-temps, il est normal d'en souligner les deux moments les plus importants que sont la perte et la possession de balle. D'une part, cette équipe se défend-elle suffisamment bien ? Et d'autre part, crée-t-elle assez de danger qui prouve ses intentions de vouloir marquer un but de plus que son adversaire ? Le temps de possession du ballon et le nombre de duels gagnés sont souvent utilisés par les médias pour justifier certaines critiques du jeu d'une équipe. Cette approche est beaucoup trop réductrice. Elle n'est pas non plus toujours représentative du résultat final d'une rencontre. Celui-ci est avant tout lié à ce qui s'est passé dans les deux zones de vérité durant les deux mi-temps. Le nombre d'attaques brisées : bien jouer défensivement c'est d'abord empêcher l'adversaire de s'approcher du rectangle qu'on défend. Il faut briser les attaques, donc empêcher qu'elles se développent jusque devant notre but. Une première statistique, intéressante mais probablement difficile à évaluer, pourrait être le pourcentage de rupture des offensives déclenchées par l'équipe adverse. Le nombre de verticalisations et de centres contrés pourrait déjà être un bon thermomètre des capacités défensives d'une équipe par rapport aux velléités offensives de l'adversaire. Les interceptions : la récupération du ballon d'une équipe qui joue en zone se base principalement sur l'interception et sur les non- passes de l'adversaire. Le nombre de passes ratées, interceptions et passes en retrait forcées comprises, est aussi un bon indicateur de la qualité de la pression qu'exerce un bloc-équipe qui tente de récupérer le cuir. Les duels non perdus : le nombre de duels non perdus et le nombre de duels gagnés ne sont pas représentatifs d'une même réalité en football ! En perte de balle, le plus important est de ne perdre aucun duel tout en évitant de reculer au niveau de la zone de vérité. La statistique du nombre et de l'endroit des duels perdus est éloquente quant aux points faibles temporaires d'une équipe. La proportion de temps pendant lequel l'équipe possède le ballon peut donner une idée de son emprise sur les débats. Elle peut donc être le signe d'un certain danger qu'elle est capable de créer pour le portier adverse, mais pas toujours ! Le nombre d'attaques : le nombre de fois que le ballon est amené devant le goal adverse avec une densité suffisante de joueurs potentiellement capables de conclure constitue le nombre d'attaques menées à terme. Cette première condition pour avoir une chance de marquer un goal peut déjà constituer une statistique intéressante. Et pourtant ce nombre n'est pas toujours proportionnel au temps de possession du ballon ! Le nombre de dangers : ce nombre d'offensives complètes doit encore être étayé par une proportion la plus élevée possible de situations à caractère dangereux. Le nombre d'assists, de centres tendus et de passes en retrait devant le but adverse est une bonne mesure de la productivité offensive. L'efficacité de finition : créer du danger est une chose, disposer de joueurs capables de catapulter le cuir au fond des filets en est une autre. A l'instar du Deportivo en ce début de championnat, c'est une très haute valeur ajoutée lorsqu'une équipe n'a pas besoin de beaucoup d'occasions pour marquer ! Ici, au contraire de la situation défensive, il s'agit d'aller chercher les duels et de les gagner. Le nombre de duels provoqués et gagnés en zone offensive reste une statistique incontournable. L'évaluation de la qualité du jeu défensif peut se baser sur quelques statistiques simples comme le nombre de transmissions adverses échouées (verticalisations, centres) et le nombre avec les endroits des duels (non) perdus. La production offensive devrait tenir compte du nombre d'attaques menées à terme, de la proportion de danger créé et du nombre de duels engagés et gagnés. Mais le résultat d'un match peut encore bien souvent être contraire aux tendances statistiques ! C'est certainement une des raisons pour lesquelles le football a autant d'adeptes. par Frans Masson