Une fois n'est pas coutume, je vais parler de foot portugais. La grande majorité des clubs a d'énormes problèmes financiers, sauf les trois plus grands : Benfica, Porto et le Sporting de Lisbonne. A l'Estrela Amadora, les joueurs ne sont plus payés depuis quatre mois. Ce club a un budget de 2 millions d'euros, deux fois moins que celui de Mouscron ! C'est presque rien. Le mieux payé, Silvestre Valera, gagne 15.000 euros par mois. Le salaire des autres joueurs oscille entre 3.000 et 7.000 euros. Autant dire que ce n'est pas non plus très élevé...
...

Une fois n'est pas coutume, je vais parler de foot portugais. La grande majorité des clubs a d'énormes problèmes financiers, sauf les trois plus grands : Benfica, Porto et le Sporting de Lisbonne. A l'Estrela Amadora, les joueurs ne sont plus payés depuis quatre mois. Ce club a un budget de 2 millions d'euros, deux fois moins que celui de Mouscron ! C'est presque rien. Le mieux payé, Silvestre Valera, gagne 15.000 euros par mois. Le salaire des autres joueurs oscille entre 3.000 et 7.000 euros. Autant dire que ce n'est pas non plus très élevé... C'est la mode au Portugal d'avoir des difficultés financières. L'an passé, Boavista avait été relégué en D2 à cause de problèmes de liquidités. Ses comptes sont d'ailleurs toujours bloqués et les joueurs sont payés en liquide. Par contre, le budget des grands clubs s'envole grâce aux droits TV. Les grands clubs font des bénéfices mais ont quand même accumulé des dettes suite à la construction des stades pour l'Euro 2004. 150 millions d'euros pour le FC Porto et 250 pour le Sporting. Et les clubs portugais ont de plus en plus de mal à prester au niveau européen. Les bonnes performances de l'équipe nationale ne cadrent absolument pas avec l'état du championnat. Beaucoup de joueurs partent à l'étranger, dans des pays tels que Chypre, la Roumanie ou encore l'Ukraine, parce que c'est plus rémunérateur. Et ce ne sont pas seulement les jeunes qui s'exilent. Il y a aussi des joueurs moyens qui désertent. C'est un peu désolant cette situation. Il y a un manque de moyens flagrant. C'est un peu comme chez nous, d'ailleurs. Le Portugal va éprouver de gros problèmes à conserver un championnat de qualité. Parlons un peu d'audiovisuel, et plus particulièrement de TF1. Samuel Eto'o a été nommé ambassadeur de la chaîne pour le foot. C'est un peu bizarre, car le mec n'a jamais foulé les pelouses du championnat français. Le Barcelonais va toucher 250.000 euros par an pour apparaître de temps en temps à l'antenne. Il n'est même pas consultant. Ça fait d'ailleurs scandale en France. Autant de thunes, ça fait jaser... Et avec tout ce pactole, certains considèrent qu'on aurait pu engager un vrai connaisseur. Mais il y a un précédent. Patrick Vieira est consultant pour TF1 depuis trois ans et touche, lui, seulement 150.000 euros par an. Le Real Madrid n'a pas de chance : son buteur Ruud vanNistelrooy s'est pété les ligaments internes du genou droit. C'est le même genou qui avait déjà souffert auparavant. Le staff médical du Real n'a pas directement décelé la gravité de la blessure. Ruud s'est donc cassé aux States pour se faire examiner par le médecin de l'équipe nationale de ski : Richard Steadman qui l'a déjà opéré. Il a fait une arthroscopie et a directement vu qu'il fallait opérer. Ça tombe mal pour le Real. Ruud, c'est Monsieur buts depuis 2006 : il a déjà planté 60 caisses. Et ce week-end, c'est un Real en manque d'inspiration qui a perdu 1-0 à Valladolid. Le club compte huit blessés dont Arjen Robben. Les deux seuls éléments offensifs qui sont fit sont Gonzalo Higuain et Raul. Et ce ne sont pas de vrais attaquants ! Les règles du championnat espagnol permettent aux équipes qui comptent un certain nombre de blessés de transférer un joker en dehors de la période de mercato. Le Real pense de plus en plus à Hernan Crespo, l'Argentin de l'Inter. En France, la mode Bienvenue chez les Ch'tis atteint même l'équipe nationale. Un gars du Nord, Steve Savidan, vient d'être convoqué pour la première fois. Il a 30 ans et joue à Caen. Il a presque cru que c'était une blague de Raymond Domenech. Il a vraiment un parcours atypique. Avant d'être pro, il a été gardien de but, barman, éboueur, bourlingueur, chômeur et surtout fêtard ! En 2003, il évoluait encore en National à Angoulême. Il a joué à Valenciennes et c'est Daniel Leclercq qui était venu le chercher. Il a traîné mais ses statistiques en Ligue 1 plaident en sa faveur. Ce sont presque les mêmes que celles de Karim Benzema. 33 buts en 86 matches pour Savidan contre 34 en 89 matches pour le Lyonnais. Le mec a aussi ouvert un resto-bar à Valenciennes : le K9. Le 10 février 2007, jour de l'ouverture, alors qu'il évoluait encore à Valenciennes, il a planté 4 buts à Fabien Barthez qui défendait la cage de Nantes à l'époque. Et pendant une semaine, le bar est resté ouvert non-stop. propos recueillis par tim baet - par stéphane pauwels