" Il faudra démontrer qu'on est responsable si le sporting descend ! " (Ingrid Colicis)

" Si on descend en D2, on sera fataliste. On actera. Ce ne sera qu'une catastrophe de plus dans la liste des catastrophes ", explique froidement l'échevine des Sports, Ingrid Colicis (PS).
...

" Si on descend en D2, on sera fataliste. On actera. Ce ne sera qu'une catastrophe de plus dans la liste des catastrophes ", explique froidement l'échevine des Sports, Ingrid Colicis (PS). A Charleroi, les affaires sont passées par là. Fini d'utiliser l'argent public pour venir au secours des clubs sportifs. Le message doit être clair ! " Je me rends compte que c'est un discours froid et détaché mais je ne peux pas faire autrement. On peut difficilement les faire gagner. "Aucune crainte donc de se voir montrer du doigt par les supporters (et donc les électeurs) suite aux nombreuses disputes entre le club et la Ville, et suite à l'affaire de la bâche. " Ceux qui pensent que c'est de notre faute sont à côté de leurs pompes. Je les ai défendus dans l'histoire de la bâche car je trouve la décision profondément injuste ", ajoute Colicis. " On a les électeurs qu'on mérite et ceux qui ne sont pas d'accord avec moi ne voteront pas pour moi. Mais j'aimerais qu'on arrive à me démontrer que c'est de notre faute si le Sporting descend. "Au collège aussi, on dénonce la perte d'identité du club. " En 2000 et 2004, il n'y avait pas ce désamour et j'espère qu'on comprendra que ce club a besoin d'identification et d'ambition ", explique l'échevin de la Culture et du Tourisme, Antoine Tanzilli (CDH). " Je pense que revenir au Sporting des années 70 est un v£u pieux et irréalisable mais l'attachement aux couleurs demeure important. Je constate qu'il reste des joueurs emblématiques dans tous les clubs. Pas à Charleroi. Et je ne parle pas de joueurs régionaux. Prenons le cas du basket : André Riddick, de nationalité américaine, est considéré par les Carolos comme un des leurs. " Cependant, on refuse de parler d'un impact négatif en cas de descente en D2. " Certes, Charleroi disparaitrait de la carte du football qui compte mais penser que Charleroi pourrait en souffrir signifierait que la Ville n'a que cela à offrir ", dit Tanzilli. " Par contre, à l'instar du titre à Liège, si le club redémarrait en même temps que la ville, là, on remarquerait un impact positif sur Charleroi. "Même en cas de descente, le projet du nouveau stade ne sera pas remis en cause. " On voudrait que les Zèbres restent en D1 sinon on aura du mal à justifier la construction d'un stade de 150 millions d'euros mais en cas de descente, on passera en force ", explique Colicis. " Cela nous inciterait à un maximum de prudence au niveau de la capacité mais il faut construire un stade en fonction des besoins d'une ville. Et est-ce qu'une ville de plus de 200.000 habitants a besoin d'un stade ? Oui ! ", conclut Tanzilli.