Samedi, les socios du FC Barcelone se rendent aux urnes afin d'élire leur président. Les candidats sont au nombre de quatre - Agusti Benedito, Toni Freixa, Joan Laporta et Josep Bartomeu - mais tout le monde s'attend à un duel entre les deux derniers présidents : Bartomeu, dont le mandat expire, et Laporta, qui a dirigé le club de 2003 à 2010 et qui fait tout pour donner un maximum de crédit à sa candidature. Sa campagne repose sur quatre piliers : la Masia, la Catalogne, l'Unicef et Johan Cruijff.
...

Samedi, les socios du FC Barcelone se rendent aux urnes afin d'élire leur président. Les candidats sont au nombre de quatre - Agusti Benedito, Toni Freixa, Joan Laporta et Josep Bartomeu - mais tout le monde s'attend à un duel entre les deux derniers présidents : Bartomeu, dont le mandat expire, et Laporta, qui a dirigé le club de 2003 à 2010 et qui fait tout pour donner un maximum de crédit à sa candidature. Sa campagne repose sur quatre piliers : la Masia, la Catalogne, l'Unicef et Johan Cruijff. Le Hollandais, ex-joueur et entraîneur du Barça, lui a déjà témoigné publiquement son soutien. " Nous raisonnons de la même façon et nous défendons les mêmes valeurs, comme l'Unicef, un organisme qui aide les enfants. Le club a besoin de calme et de transparence. Je pense que Laporta est l'homme idéal pour cela. En ce qui me concerne, je dois tout à la formation que j'ai reçue à l'Ajax, où les anciens joueurs jouent un rôle très important. " Laporta fait également de l'intégration d'anciens joueurs du Barça dans la direction une de ses priorités. C'est pourquoi Eric Abidal est impliqué dans sa campagne. Si Laporta remporte les élections, le défenseur français, qui a survécu à un cancer du foie, deviendra directeur sportif. Entre-temps, l'avocat ne s'est pas privé de tirer à boulets rouges sur la gestion du président sortant. " C'est à cause de Bartomeu, de Sandro Rosell et du Qatar que le Barça ne peut pas inscrire de nouveaux joueurs. De plus, la Masia est dans un état déplorable, l'équipe B descend en D3 et leurs mensonges nous ont valu d'être traînés en justice pour corruption... Ils doivent prendre leurs responsabilités. Bartomeu est prisonnier de ses mensonges. Si je devais répondre d'autant de méfaits que lui devant la justice, jamais je n'oserais me présenter à la présidence de Barcelone. " Avant les élections, on constate étrangement que Barcelone, qui est à présent dirigé par le conseil d'administration - Bartomeu a démissionné de la présidence -, se montre très actif sur le marché des transferts. Il a ainsi acquis Aleix Vidal (25,18 millions d'euros) et Arda Turan (28,41 millions) tandis qu'il a vendu Gerard Deulofeu (21) à Everton pour 6 millions. Suite aux sanctions infligées par la FIFA, Vidal et Turan ne pourront jouer qu'à partir du 1er janvier 2016. Une délégation du FC Barcelone s'est également rendue à Turin afin de tenter de transférer Paul Pogba (Juventus) mais elle a échoué dans sa mission, le champion d'Italie ayant déclaré qu'il ne voulait pas discuter avec le conseil d'administration mais avec le nouveau président. Pour Laporta, Mino Raiola, l'agent de Pogba, joue un rôle-clef dans cette histoire. Or, il s'entend bien avec lui car, à l'époque où il était président, deux de ses joueurs - Zlatan Ibrahimovic et Maxwell - avaient débarqué en Catalogne. " Traditionnellement, les socios de Barcelone sont conservateurs. Malgré tous les problèmes, Bartomeu reste l'homme du triplé. " C'est possible ", répond Laporta. " Mais il a en partie travaillé sur les bases que nous avions nous-mêmes jetées et le mérite nous en revient donc aussi. " En 2009, le Barça de Laporta et Pep Guardiola avait en effet remporté six trophées : le titre, la coupe, la supercoupe, la Ligue des Champions, la supercoupe d'Europe et le championnat du monde des clubs. PAR STEVE VAN HERPELaporta s'entend bien avec Mino Raiola, l'agent de Pogba.