En raison de l'absence contrainte et forcée de Clayton Zane, victime d'une triple fracture du médius à Stabaek, et indisponible pendant trois semaines au moins, Hugo Broos avait dérogé de son système 4-3-3 instauré à l'occasion du match aller contre ces mêmes Nordiques pour en revenir au 4-4-2 sur lequel l'équipe anderlechtoise s'était appuyée depuis le début de la saison.
...

En raison de l'absence contrainte et forcée de Clayton Zane, victime d'une triple fracture du médius à Stabaek, et indisponible pendant trois semaines au moins, Hugo Broos avait dérogé de son système 4-3-3 instauré à l'occasion du match aller contre ces mêmes Nordiques pour en revenir au 4-4-2 sur lequel l'équipe anderlechtoise s'était appuyée depuis le début de la saison. Sherjill McDdonald, lancé dans le grand bain en Norvège à la place de l'infortuné Ivica Mornar, était maintenu sur le flanc droit, en position de milieu de débordement cette fois, tandis que sur l'autre flanc, Martin Kolar était repêché en championnat après un bon retour en cours de seconde période à Oslo, jeudi passé. Avec deux attaquants en pointe ( Seol et DeBilde), ainsi que ses deux pistons offensifs sur les ailes, le Sporting prit à son compte le début de la parte. Et Glen De Boeck fut près de faire mouche sur un coup de coin délivré à nouveau de pied de maître par Mark Hendrikx. Après cette entrée en fanfare, c'est Genk quoi profita des espaces laissés par la ligne d'attaque anderlechtoise pour mettre sérieusement à contribution Filip De Wilde par l'entremise de Moumouni Dagano et de Wesley Sonck. Celui-ci loupa une occasion en or à la 22e en concluant au-dessus du goal alors qu'il était esseulé devant le portier des Mauves. Finalement, c'est contre le cours du jeu, que les Anderlechtois prirent l'avance par Gilles De Bilde. "Nous avons continué sur notre lancée de Stabaek en bénéficiant d'un généreux coup de pouce du destin", admettait après coup Mark Hendrikx. "Ce n'était d'ailleurs que justice que le Racing obtienne l'égalisation juste avant l'heure de jeu. La chance ne pouvait décemment continuer à nous sourire. Contrairement à mes anciens coéquipiers qui réduisaient constamment les espaces et les angles, nous avons une nouvelle fois abandonné trop de terrain à l'adversaire. Par rapport à Bruges et à Genk, nous ne témoignons manifestement pas encore de la même cohésion et de la même fluidité dans les actions. Mais nous nous sommes complètement désunis après le but égalisateur, une mauvaise habitude que nous devons absolument perdre car nos deuxièmes mi-temps sont toujours laborieuses, surtout quand nous ne menons pas au score. En définitive, Anderlecht s'en tire bien car le Racing a pris la dernière demi-heure à son compte. Pour nous, tout est à recommencer à présent puisque nous sommes à nouveau à cinq points du leader. C'est dommage car nous avions réussi à gagner trois matches d'affilée et que nous avions la possibilité d'ajouter des succès lors de nos deux prochaines confrontations qui auront lieu sur notre terrain contre Mons et le Lierse. Maintenant, à choisir, il valait mieux réaliser un partage contre Genk que contre Stabaek...même si ce n'est qu'une maigre consolation".