Le week-end dernier, la Coupe de Belgique a repris ses droits. Cent septante-six clubs de provinciales et de promotion y ont pris part. Le 12 août, les pensionnaires de D3 entrent dans la danse, suivis, une semaine après, par ceux de D2. Les survivants se mêleront aux clubs de l'élite le week-end du 18 novembre.
...

Le week-end dernier, la Coupe de Belgique a repris ses droits. Cent septante-six clubs de provinciales et de promotion y ont pris part. Le 12 août, les pensionnaires de D3 entrent dans la danse, suivis, une semaine après, par ceux de D2. Les survivants se mêleront aux clubs de l'élite le week-end du 18 novembre. La formule ne subira pas de modification à l'avenir, même si l'UB veut revoir l'organisation commerciale, à partir de la saison 2002-2003. Les finalistes de la saison passée se sont plaints de la modestie des recettes retirées de leur campagne. Alain Courtois, le secrétaire général de la fédération commente: "Il n'est pas possible que les finalistes perdent de l'argent. Je souhaite que les clubs qui atteignent un stade avancé de l'épreuve, disons les quarts de finales, réalisent un bénéfice". La Coupe est sponsorisée par Coca-Cola depuis 1995. A partir de cette saison, la société collabore à un autre projet, une coupe réservée aux équipes d'âge. Courtois discute donc avec de nouveaux sponsors et avec les chaînes TV intéressées. A l'étranger, il est fréquent que la Coupe soit retransmise par une chaîne différente de celle qui suit le championnat. Courtois: "Pourquoi une chaîne ne retransmettrait-elle pas de matches de Coupe en direct le samedi après-midi, par exemple?" Il faut toutefois en discuter avec le Comité Sportif, propriétaire de la Coupe, et avec la Ligue Pro. "Car les sponsors exigent un retour. Avant, il suffisait de placer quelques panneaux publicitaires à partir des demi-finales. Il n'est pas exclu qu'à l'avenir, on exige davantage de panneaux en échange de plus d'argent". L'U.B. a intenté une action auprès du Conseil belge de la concurrence. La non-conformité du nouveau système des licences par rapport aux règles régissant la concurrence en Belgique, avait été mise en avant par la défense de Turnhout lors du référé qu'elle intenta à la fédération pour ne pas lui avoir délivré la licence, obligeant ainsi le club campinois a descendre en D3. Le juge des référés donna globalement raison à l'UB dans cette affaire mais la fédération a voulu prendre l'initiative et interroger le Conseil de la concurrence sur la licéité du système des licences afin que la clarté soit faite une fois pour toutes pour l'avenir. Ce conseil ne devrait rendre son verdict que dans quelques semaines. (G. Foutré et G. Lassoie)