Cette année, comme les organisateurs des trois autres Grands Chelems, les patrons de Roland-Garros ont augmenté les primes. Les lauréats féminin et masculin du simple recevront 2,4 millions à Paris, une somme qui reste légèrement inférieure à celle perçue dans les trois autres grands tournois. Wimbledon reste dans les parages avec 2,6 millions mais l'Open d'Australie (2,9) et l'US Open (3,4) sortent nettement du lot, du moins pour les joueurs de l'élite absolue. Roland-Garros consent un gros effort pour les joueurs éliminés au premier tour : 42.640 euros. New York est le seul à gâter davantage ceux qui sont rapidement éliminés (48.170).

D'autre part, le Stade Roland Garros, hôte depuis 1928 du seul Grand Chelem disputé sur un revêtement en brique pilée, est en pleine rénovation. Le projet ne sera achevé qu'en 2021. L'année passée, quelques heures après que Rafael Nadal eut privé Dominic Thiem d'un premier grand titre, les grues ont envahi le Court Philippe-Chatrier et ont démoli le principal stade du domaine (15.000 sièges) pour en construire un nouveau. L'année prochaine, le court sera aussi doté d'un toit coulissant - il est le seul tournoi majeur à ne pas en posséder -.

En mars, l'ancien président français Nicolas Sarkozy a inauguré le Court Simonne-Mathieu, baptisé en hommage à la joueuse française qui a enlevé le tournoi simple à deux reprises, en 1938 et en 1939. C'est une oasis de verdure au coeur du Jardin des Serres d'Auteuil, qui peut accueillir 5.000 spectateurs. Le Court Simonne-Mathieu est le troisième plus grand du site, après le central et le Court Suzanne Lenglen. Il est un rien plus grand que l'ancien Court 1 (3.800 personnes), qui sera démoli en juin et remplacé par une zone de verdure. C'est le fil rouge de la prochaine phase d'agrandissement : les organisateurs veulent conférer un sentiment d'espace et de liberté aux amateurs de tennis, qui sont plus de 400.000 chaque année.

Cette année, comme les organisateurs des trois autres Grands Chelems, les patrons de Roland-Garros ont augmenté les primes. Les lauréats féminin et masculin du simple recevront 2,4 millions à Paris, une somme qui reste légèrement inférieure à celle perçue dans les trois autres grands tournois. Wimbledon reste dans les parages avec 2,6 millions mais l'Open d'Australie (2,9) et l'US Open (3,4) sortent nettement du lot, du moins pour les joueurs de l'élite absolue. Roland-Garros consent un gros effort pour les joueurs éliminés au premier tour : 42.640 euros. New York est le seul à gâter davantage ceux qui sont rapidement éliminés (48.170). D'autre part, le Stade Roland Garros, hôte depuis 1928 du seul Grand Chelem disputé sur un revêtement en brique pilée, est en pleine rénovation. Le projet ne sera achevé qu'en 2021. L'année passée, quelques heures après que Rafael Nadal eut privé Dominic Thiem d'un premier grand titre, les grues ont envahi le Court Philippe-Chatrier et ont démoli le principal stade du domaine (15.000 sièges) pour en construire un nouveau. L'année prochaine, le court sera aussi doté d'un toit coulissant - il est le seul tournoi majeur à ne pas en posséder -. En mars, l'ancien président français Nicolas Sarkozy a inauguré le Court Simonne-Mathieu, baptisé en hommage à la joueuse française qui a enlevé le tournoi simple à deux reprises, en 1938 et en 1939. C'est une oasis de verdure au coeur du Jardin des Serres d'Auteuil, qui peut accueillir 5.000 spectateurs. Le Court Simonne-Mathieu est le troisième plus grand du site, après le central et le Court Suzanne Lenglen. Il est un rien plus grand que l'ancien Court 1 (3.800 personnes), qui sera démoli en juin et remplacé par une zone de verdure. C'est le fil rouge de la prochaine phase d'agrandissement : les organisateurs veulent conférer un sentiment d'espace et de liberté aux amateurs de tennis, qui sont plus de 400.000 chaque année.