Dépossédé de son titre la saison passée alors qu'il était encore leader au moment d'aborder les play-offs, le Sporting a à c£ur de reconquérir un bien synonyme, l'été prochain, de passe-droit immédiat en phase des poules de la Ligue des Champions. Pour ce faire, il a singulièrement étoffé un flanc gauche qui lui avait posé d'épineux problèmes suite aux départs de Jelle Van Damme et de Mbark Boussoufa et la blessure d' Olivier Deschacht. Les Mauves ont réalisé aussi d'autres coups fumants. A commencer par le débauchage de Ronald Vargas au Club Bruges, privant l'un de ses rivaux pour le titre d'une pièce-maîtresse au cours des mois à venir.
...

Dépossédé de son titre la saison passée alors qu'il était encore leader au moment d'aborder les play-offs, le Sporting a à c£ur de reconquérir un bien synonyme, l'été prochain, de passe-droit immédiat en phase des poules de la Ligue des Champions. Pour ce faire, il a singulièrement étoffé un flanc gauche qui lui avait posé d'épineux problèmes suite aux départs de Jelle Van Damme et de Mbark Boussoufa et la blessure d' Olivier Deschacht. Les Mauves ont réalisé aussi d'autres coups fumants. A commencer par le débauchage de Ronald Vargas au Club Bruges, privant l'un de ses rivaux pour le titre d'une pièce-maîtresse au cours des mois à venir. Meilleur élément de l'arrière-garde en 2010-2011, Silvio Proto est reconduit en toute logique. Sa doublure reste Davy Schollen, malgré l'intérêt pour sa personne de la part de Mons. Michaël Cordier complète comme d'habitude le podium au poste de gardien. Le quatuor défensif, immuable ces dernières années, a affaire cette fois à forte concurrence. Au back droit, Marcin Wasilewski doit composer avec l'une des nouvelles recrues, Denis Odoi, qui lui a tout simplement brûlé la politesse lors des matches de préparation. Sur le versant opposé, l'infortuné Deschacht a déjà dû céder sa place, contraint et forcé, à un autre joueur new look, Behrang Safari, qui a lui-même pris le dessus lors des matches amicaux sur Diogo. Dans l'axe, c'est le Brésilien Samuel, recrue de l'été également, qui se dresse sur la route du tandem formé de Roland Juhasz et Ondrej Mazuch. L'arrivée d'Odoi en tant que titulaire, ou comme solution de rechange pour Wasyl au poste d'arrière-droit, entraîne sans doute pour de bon le déplacement de Guillaume Gillet dans la ligne médiane. Le Liégeois peut y jouer son rôle de prédilection, celui d'infiltreur. Pour le travail de récupération, Anderlecht peut tabler à la fois sur Lukas Marecek, sur Cheikhou Kouyaté, blessé en ce début de saison, et sur Lucas Biglia, toujours en délicatesse avec son épaule. Des trois, l'Argentin est également celui qui peut éventuellement jouer un cran plus haut. Tout dépend de la configuration dans ce secteur, avec un triangle reposant sur une seule pointe, ce qui pourrait se vérifier dans les matches faciles à domicile, ou avec la pointe vers le haut, dans un système s'apparentant alors au 4-2-3-1. Sur les flancs, en retrait de l'homme le plus avancé, le Sporting ne manque pas de possibilités. A droite, il peut faire confiance à Jonathan Legear, du moins si les sorcières ou les velléités de transfert l'épargnent, à Matias Suarez, qui présente aussi la particularité de pouvoir se débrouiller dans l'autre couloir, ou sur le transfuge suédois Guillermo Molins, qu'on ne verra hélas pas à l'£uvre avant six mois pour cause de rupture des ligaments croisés. Côté gauche, outre Suarez, le Brésilien Kanu est une solution aussi, bien qu'il préfère évoluer en tant que soutien d'attaque. Comme éléments bivalents flanc-axe, on mentionnera encore deux de ses compatriotes : Reynaldo et Fernando. Sans oublier celui qui devrait mettre tout le monde d'accord comme n°10, lorsqu'il sera à nouveau pleinement opérationnel : Vargas. Romelu Lukaku est le seul à pouvoir briller dans un système où il est l'unique représentant sur tout le front de l'attaque. Dalibor Veselinovic a montré ses limites dans cette fonction, de même que Dmitry Bulykin. Quant à Tom De Sutter, il se débrouille nettement mieux dans une occupation à deux. De fait, Lukaku s'apparente comme le personnage-clé dans ce secteur. S'il reste, Anderlecht est paré. S'il part, le club a les possibilités de faire appel à deux renforts de choix tels Milan Jovanovic et Dieumerci Mbokani, deux noms qui ont déjà été abondamment cités au Parc Astrid. Anderlecht, qui avait pris un départ sur les chapeaux de roue la saison passée avant de s'éteindre dans les play-offs, a retenu la leçon de ce fâcheux épisode. Il a pris cette fois son temps en matière d'embrigadements et a laissé également à certains cadres, comme Biglia et Vargas, la possibilité de se refaire une santé à l'aise. Adresse : Avenue Theo Verbeeck 2, 1070 Bruxelles. Tél. 02-522 15 39 ; fax 02-520 07 40 Internet : www.rsca.be E-mail : secretariat@rsca.be Président : Roger Vanden Stock Manager général : Herman Van Holsbeeck Secrétaire général : Philippe Collin Stade : Constant Vanden Stock. 28.063 places Sponsors : BNP Paribas Fortis, Adidas, Belgacom, Coca Cola, Quick, Electrabel, Buderus, Carlo & Fils, Bingoal et Truvo Budget : 35 millions d'euros Nombre d'internationaux : 100 Total de sélections : 1.566 Joueur le plus capé : Paul Van Himst, 81 (1960-74, total personnel : 81) Date de fondation : 29 mai 1908 Date d'affiliation : 27 mars 1909 Matricule : 35 Couleurs : mauve et blanc PAR BRUNO GOVERS