Lille a battu Lyon deux fois cette semaine, en Coupe de France (3-2) et en championnat (2-0) et ce n'est pas anodin tant les Dogues ont retrouvé de l'ambition cette saison. Après des problèmes d'allumage, le LOSC a connu une belle série de neuf matches sans défaite et sans un coup de fatigue ce dernier mois, il lutterait pour le titre. Aujourd'hui, les hommes de Rudi Garcia pointent à trois points d'une place en Ligue des Champions mais surtout étonnent toute la Ligue 1 par un football offensif et direct, l'un des plus beaux de France (avec Rennes, Bordeaux et Lorient).
...

Lille a battu Lyon deux fois cette semaine, en Coupe de France (3-2) et en championnat (2-0) et ce n'est pas anodin tant les Dogues ont retrouvé de l'ambition cette saison. Après des problèmes d'allumage, le LOSC a connu une belle série de neuf matches sans défaite et sans un coup de fatigue ce dernier mois, il lutterait pour le titre. Aujourd'hui, les hommes de Rudi Garcia pointent à trois points d'une place en Ligue des Champions mais surtout étonnent toute la Ligue 1 par un football offensif et direct, l'un des plus beaux de France (avec Rennes, Bordeaux et Lorient). Arrivé en début de saison en remplacement de Claude Puel, qui avait marqué le club, Garcia a amené sa philosophie. " Avec lui, on travaille beaucoup avec le ballon et il est porté vers l'offensive ", explique le capitaine Rio Mavuba. " Son ambition et sa détermination à grandir avec le club m'ont convaincu de rester au LOSC. " Garcia, entraîneur très proche de son groupe, a également apporté sa culture tactique : pressing et variations. Michel Bastos (10 buts) joue tantôt à gauche, tantôt à droite et Ludovic Obraniak (9 buts) évolue une fois dans l'entrejeu, une fois en attaque. Mais ce qui permet à Lille de prendre à la gorge son adversaire, c'est le travail incessant d'un entrejeu considéré comme le meilleur de France. Avec Mavuba (le régulateur), Yohan Cabaye (l'infiltreur) et Florent Balmont (le marathonien, transféré de Nice), Lille dispose d'un trio complémentaire et vanté. Ces trois-là ne cessent de harceler l'adversaire, ce qui demande une grande débauche d'énergie et peut expliquer le coup de panne du LOSC en février (il n'y avait plus d'essence dans le moteur). " On dit qu'on est une équipe physique ", explique Obraniak " mais au milieu de terrain, on fait tous 1,70m pour 70 kg. On est petits, vifs et dynamiques. Nos qualités de vitesse et de dribble déstabilisent. On permute, on dézone et on est tout le temps au pressing pour récupérer le ballon. " Le travail de Garcia, qui réussit à impliquer les remplaçants autant que les titulaires, a permis au club de sortir de sa mauvaise passe en partie grâce au banc. En Coupe, c'est Eden Hazard qui fait la différence et, en championnat, c'est le Slovaque Robert Vittek qui fait des étincelles. Deux joueurs qui ne sont pas des titulaires mais qui sont plus que des remplaçants... MONACO n'a plus de président. Jérôme de Bontin, proche du prince Albert, a démissionné, officiellement pour raisons familiales. Son bilan n'est pas fameux et il n'avait pas imposé sa griffe durant son unique année de présidence. Les renvois de Marc Keller, directeur général, de Jean-Luc Ettori, directeur sportif et de Dominique Bijotat, responsable du centre de formation, ne l'avaient pas rendu populaire. LE PSG, battu à Rodez (National) est la principale victime des huitièmes de finale de Coupe de France. Lille a sorti Lyon (3-2) avec une prestation cinq étoiles d' Eden Hazard (1 but et deux assists). Grenoble, Toulouse, Monaco, Rennes (L1), Sedan et Guingamp (L2) sont les autres qualifiés. BRANDAO, arrivé à l'OM au dernier mercato, apparaît dans les transferts réussis selon L'Equipe qui pointe également ceux de Jean-Claude Darcheville (Valenciennes), du défenseur slovène César (Grenoble), de l'attaquant tchèque Vaclav Sverkos et du défenseur tunisien Yassine Mikari (tous les deux à Sochaux) comme des plus values. LILLE, pour la deuxième année consécutive, a organisé son match contre Lyon au stade de France. L'événement a établi un nouveau record de spectateurs (78.000 personnes) pour un match de L1. Malheureusement, la fête a été endeuillée par la mort de deux personnes, percutées par un RER. Eden Hazard est monté au jeu à la 57e alors que la marque était toujours vierge. Saint-Etienne avait déjà marqué ses deux buts quand Kevin Mirallas a été appelé au jeu (75e). ROLAND LAMAH était titulaire avec Le Mans. STÉPHANE VANDE VELDE