J'aime le côté chevalier blanc de Michel Platini depuis qu'il siège à la présidence de l'UEFA. Prôner la prépondérance du jeu sur l'argent, parler de plaisir et de valeurs, stigmatiser les puissants du G14 qui ne songent qu'à renforcer leur puissance, esquisser une Champions League qui soit moins qu'aujourd'hui chasse gardée pour caïds, enfoncer des portes (même ouvertes) pour combattre la violence et la triche, tout ça ne peut pas faire de tort. Faut l'admettre, la Platoche/attitude tranche avec la dominante vieil asthénique que dégageait Lennart Johansson...
...

J'aime le côté chevalier blanc de Michel Platini depuis qu'il siège à la présidence de l'UEFA. Prôner la prépondérance du jeu sur l'argent, parler de plaisir et de valeurs, stigmatiser les puissants du G14 qui ne songent qu'à renforcer leur puissance, esquisser une Champions League qui soit moins qu'aujourd'hui chasse gardée pour caïds, enfoncer des portes (même ouvertes) pour combattre la violence et la triche, tout ça ne peut pas faire de tort. Faut l'admettre, la Platoche/attitude tranche avec la dominante vieil asthénique que dégageait Lennart Johansson... Ceci dit, Ni Dieu ni maître ! N'allez pas croire que je me balade avec un t-shirt à l'effigie de Platini, comme d'autres se collent Che Guevara sur la poitrine ! Même que certains passages de l'interview du p'tit gars de Joeuf, voici huit jours à Libération, auraient pu me déprimer grave si les Jeunejean n'étaient pas d'inénarrables optimistes depuis 12 générations. A la question de savoir s'il y a urgence à réformer l'arbitrage, le triple Ballon d'Or répond tout de go : " Non. Les arbitres font des erreurs depuis 105 ans, ils peuvent encore en faire pendant 150 ans. Le problème, c'est qu'aujourd'hui on voit ces erreurs parce que les matches sont filmés ". Evidemment que l'accroissement des matches télévisés accroît les possibilités de comparer les décisions arbitrales et de les constater au minimum farfelues, au pire complètement erronées ! Mais ton refus de réforme, Platoche, il veut dire quoi ? Quand même pas que la seule résolution possible du problème est de ne plus téléviser de matches ? Si c'est ça, faut pas rêver : le jour où la télé désinvestira le foot, les poules auront des dents, et des cornes aussi ! Ou bien insinues-tu que toutes ces erreurs constatées ne posent finalement pas problème ? ! Qu'elles devraient n'être que folkloriques comme à ton bon vieux temps d'avant que tu sois joueur pro ? ! Là, si tu rêves de ça, ça me fait frissonner vu que tu es maintenant un big dirigeant car plus les floués par l'arbitrage hurlent à l'escroquerie, plus il y a risque de haine, d'invectives, de violence. Et la violence alentour du foot, y'en a déjà bien assez sans ça... Plus cata encore, dans Libé, fut la justification par Platini de son refus de la vidéo : " Je vais vous expliquer en une minute. Corner, puis but de la main. L'arbitre ne le voit pas : 1-0. La vidéo montre la main : 0-0. Mais si on remonte deux petites secondes avant cette main, cette même vidéo voit le défenseur accroché au maillot de l'attaquant : penalty. Sauf que si on remonte encore deux petites secondes avant, on voit que c'est l'attaquant qui met un coup de coude à son défenseur : 0-0, coup franc pour la défense. Non : il faut des yeux, des yeux humains... " ARRGGHH ! ! ! Mais nondigiu, en disant cela, le président de l'UEFA se rend-il compte qu'il nous avoue, candidement, qu'un match de ce football dont il défend les VALEURS est de la première à la dernière minute un match de TRICHEURS ? Que ça a toujours été ainsi et que ça devrait le rester ? ! L'un d'entre vous, lecteurs, voit-il parfois Platini ? Pour lui dire de ma part que la vidéo n'est pas la panacée, mais que 30 % de merde en moins, c'est 30 % de merde en moins. Et tant que vous y êtes, quand vous le verrez, pourriez-vous lui suggérer de copier Sarko ? En effet, à défaut de vraies excuses (faut pas trop demander), NicolasSarkozy a récemment reconnu l'injustice du colonialisme français en Algérie : c'est aussi par business mais c'est toujours ça de pris, et c'est mieux que ne rien dire du tout. Eh bien, ça me fait penser que le puissant président de l'UEFA pourrait lui aussi poser un chouette geste fort tardif en faisant ENFIN supprimer du palmarès officiel de la C1 le vainqueur de 1985 : qu'un grand blanc dans cette longue liste rappelle et reconnaisse, pour toujours, la grande connerie du foot ce maudit soir-là ! Qu'on ait dû jouer ce Juventus-Liverpool pourri, d'accord. Que les vainqueurs et le buteur du jour, inconscients du drame qui se jouait, aient exprimé leur bonheur par mégarde, passons, d'accord encore. Mais qu'il y ait eu depuis un vainqueur demeuré officiel, cela me paraît inadmissible depuis 22 ans. En gommant une ligne de son palmarès de joueur, Platoche écrirait une belle première page de sa carrière de dirigeant. En attendant celle consacrée à la réforme de l'arbitrage... par bernard jeunejean