Fréquemment, les medias stigmatisent des dirigeants qui n'ont jamais joué au football (sic) et plaident pour que ce sport soit géré par d'anciens pros, lesquels, vu leur vécu, maîtriseraient mieux les multiples problématiques. Eh bien, depuis 2007 qu'oeuvre à l'UEFA Michel Platini, ça ne me convainc pas de la supériorité des vieilles stars pour nous diriger vers un meilleur produit/foot ! Sepp Blatter n'est pas mon idole : mais à choisir, je préfère la rouerie parfois raisonnée du petit Suisse, à l'entêtement de l'ex-grand virtuose italo-nancéen.
...

Fréquemment, les medias stigmatisent des dirigeants qui n'ont jamais joué au football (sic) et plaident pour que ce sport soit géré par d'anciens pros, lesquels, vu leur vécu, maîtriseraient mieux les multiples problématiques. Eh bien, depuis 2007 qu'oeuvre à l'UEFA Michel Platini, ça ne me convainc pas de la supériorité des vieilles stars pour nous diriger vers un meilleur produit/foot ! Sepp Blatter n'est pas mon idole : mais à choisir, je préfère la rouerie parfois raisonnée du petit Suisse, à l'entêtement de l'ex-grand virtuose italo-nancéen. Mon irritation a son origine. A ses débuts de président, quand on évoquait plus qu'aujourd'hui l'agrandissement des buts, j'étais de la minorité que l'éventualité alléchait : mais Platini, seigneurial et ricaneur, a botté dans les arguments des péquenots pas comme lui ! Je pense pourtant toujours qu'agrandir d'un diamètre de ballon, en largeur comme en hauteur, ça ferait entrer dans la cage les tirs frappant aujourd'hui le cadre : ce qui donnerait pas loin d'un but supplémentaire par match, sans pervertir en rien l'esprit du jeu ! Platini s'est ensuite institué pourfendeur héroïque de l'apport-caméras dans l'arbitrage : défenseur de l'humain, comme il dit...suggérera-t-il un jour 22 humains pour arbitrer ? ! A chaque connerie arbitrale médiatisée, il est pourtant perçu par une opposition grandissante comme un roitelet têtu : opposition qui vient enfin de lui mettre un goal, via l'acceptation de l'examen/vidéo sur la ligne de but. Platoche m'apparut un moment sympa vers 2010, quand il causa de fair-play financier. Quatre ans plus tard, comme la femme de Malbrough qui attend Pâques et la Trinité, je ne vois toujours rien venir sinon des Qataris : l'expression devait signifier se montrer fair-play envers ceux qui ont de gros arguments financiers... Platini n'arrête jamais dans le saugrenu mégalo. Un projet de Ballon d'Or exclusivement européen, alors que ce trophée l'était jadis et qu'on souhaitait le mondialiser... Une phase finale d'Euro 2016 qui passe de 16 à 24 pays, ça fera 20 matches de plus sur un mois de télé : était-ce nécessaire, y'a déjà le Mondial plus près d'un boeuf que d'une grenouille... Une phase finale d'Euro 2020 éparpillée pour, de nouveau, caresser dans le sens du poil un maximum des 54 fédérations continentales... Un Euro 2020 auquel Platini a même envisagé d'inviter des fédés extra-européennes : est-ce le syndrome/Paris-Dakar, ou le harcèlement de ce Blatter qu'il veut dégommer ? Et maintenant le doublon débile, la goutte qui fait vomir dans le vase, la folie : l'invention de l'UEFA Nations League, casée dans les trous de calendrier dès 2018/19 ! L'Europe des clubs nous sursature déjà de compétitions, Platoche le boulimique veut aussi la sursaturation des nations ! Pitié, onze fois pitié, on ne pourra pas tout regarder sans mourir, ON N'AVAIT PAS BESOIN DE ÇA : déjà qu'on délaisse l'Europa League à cause de la Ligue des Champions, déjà que notre D2 nationale est devenue invisible, déjà que la bagarre rôde dans les ménages vu que la télé inscrit des buts tous les jours, déjà que notre D1 sur petit écran nous dissuade d'aller voir in situ les p'tits clubs du coin, déjà que nous-mêmes forcissons parce que nous regardons les ballons au lieu d'encore les tripoter... mais ça doit être ça : Platoche veut qu'on engraisse comme lui ! Premier argument platinien, améliorer la qualité et la réputation du football de nations : couillonnade ! La qualité exclut la surcharge, et la réputation n'est pas mauvaise : elle s'améliorerait plutôt via la promotion du foot des filles, euro-négligée alors que la footballeuse est l'avenir du footballeur... Second argument, l'UEFA Nations League ne fera que prendre la place de tous ces matches amicaux sans intérêt : révélation ! Rien ne sert donc de s'entraîner via matches d'entraînement, exit les essais, bazardé l'affinement du collectif, emmerdés les clubs qui devront libérer davantage leurs salariés... ou qui biaiseront davantage pour ne pas le faire ! Platoche oublie un truc fondamental : c'est parce que les matches amicaux n'intéressent pas tout le monde qu'ils sont intéressants. " Platoche veut qu'on engraisse comme lui. "