Etes-vous hiver ou été ?

Herman Helleputte (49 ans) : Eté ! Cette saison est plus agréable pour un entraîneur. L'hiver, avec sa pluie et son froid, n'est pas marrant. J'apprécie la chaleur. Pour moi, il ne fait jamais assez chaud.
...

Herman Helleputte (49 ans) : Eté ! Cette saison est plus agréable pour un entraîneur. L'hiver, avec sa pluie et son froid, n'est pas marrant. J'apprécie la chaleur. Pour moi, il ne fait jamais assez chaud. Absolument pas ! Le jardin n'est vraiment pas mon secteur. En général, c'est Gonda qui s'en occupe et s'il le faut vraiment, nous faisons appel à une aide extérieure. J'avoue d'ailleurs ne pas faire grand-chose dans le ménage non plus, à part quelques vaisselles. (Gonda : " Mais alors, vraiment de temps en temps ".... (elle rit). D'accord, mais je fais les courses. Avant tout sa franchise. Elle est absolument incapable de mentir. Elle veille aussi à ce que tout soit en ordre. Tout doit toujours être propre et bien rangé à la maison et elle attache aussi de l'importance à la correction de mon habillement. Elle effectue parfois ses commentaires mais ce n'est pas vraiment nécessaire car j'estime aussi la présentation importante. Ce qui m'énerve quand même chez elle, c'est qu'elle ne peut admettre que quelque chose traîne une fois. Tout doit être trop bien rangé. Moi, je laisserais volontiers quelque chose traîner jusqu'au lendemain mais Gonda ne le supporte pas. Je ne dirais pas que ça m'exaspère mais sur ce plan, nous sommes différents. Pas pour le moment mais nous avons eu des cobayes. Deux sont morts dans un bref laps de temps et Gonda fut fort chagrinée. On sait qu'un animal peut mourir très vite mais ça fait toujours de la peine. Nous avons donc décidé de ne plus avoir d'animaux. Avant, j'ai eu un chien mais quand on adopte un animal, il faut pouvoir s'en occuper. Il faut parfois rester à la maison pour lui et donc opérer un choix dûment réfléchi. On peut le dire. J'adore aller boire un verre avec des amis et j'aime faire la fête. Je plaisante beaucoup. Même à l'entraînement, ça m'arrive parfois. Je trouve que c'est nécessaire. Les gens qui me connaissent s'y attendent, d'ailleurs. J'aime la voir même si je ne suis pas du genre à courir chez les gens. Ma s£ur et moi ne nous voyons certainement pas tous les jours mais nous savons où nous trouver quand nous avons besoin l'un de l'autre. Avant, je passais tous les jours chez mes parents mais ils sont morts tous les deux, prématurément. Jamais je ne me disputerais avec ma famille, pas plus qu'avec d'autres personnes. A mes yeux, tout le monde mérite une seconde chance et on peut dialoguer. Il faut vraiment aller très loin et casser quelque chose en moi pour que ce soit fini. Professionnellement, j'accepte beaucoup de choses. Je peux m'en prendre de manière virulente à un joueur, mais le lendemain, c'est oublié. Je ne suis pas du tout rancunier. Normalement, le matin, je vais courir une heure et je me rends au fitness. Ensuite, je joue aux cartes avec des amis. C'est un vrai délassement pour moi. Le sport est surtout destiné à entretenir ma condition et à contrôler mon poids. Quand je fais du sport, ma journée n'a pas été complètement inutile (il rit). J'espère même pouvoir courir un marathon un jour. Celui d'Elvis Presley. J'ai toujours été un de ses fans. Un jouir, j'ai mis ce disque dans ma voiture et je ne l'ai plus jamais enlevé. Je l'écoute donc de temps en temps. J'adore la musique et je passe du classique au rock sans oublier certains crooners néerlandophones. Parmi les vedettes qui reviennent le plus souvent, il y a Pavarotti et les Rolling Stones. Gonda Heylen (58 ans) : J'ai un grand hobby : la couture. Je confectionne moi-même mes vêtements et je gâte parfois ma famille aussi. J'adore aussi le fitness et bientôt, Herman et moi allons partager un autre loisir : le vélo. Il ne me manque plus que le nouveau vélo... J'ai arrêté le fitness il y a deux ans mais je vais m'y remettre. Je m'y adonnais deux à trois fois par semaine mais ces derniers temps, j'avais toujours quelque chose d'autre à faire au moment où je voulais m'y remettre. Mais je suis bien déterminée à recommencer. Je n'ai pas besoin de le faire avec des amies. Je suis capable de me motiver moi-même. Puis, il y a les tâches quotidiennes, comme le ménage, la télévision, etc... Non mais j'essaie quand même de suivre une émission qui s'appelle Top Models en français . Je sais que ça a l'air bête mais c'est comme ça. L'avantage de ce genre de feuilleton, c'est que vous pouvez le reprendre en marche même si vous avez raté trois épisodes. Je regarde RTL, qui est plus avancé que nos chaînes flamandes. Sinon, j'apprécie les débats. Il y a eu beaucoup de débats à cause des élections mais ça ne m'intéresse pas vraiment. Non, je n'aime pas les émissions politiques. Certainement. Je suis une véritable fan. Je l'ai toujours été. Avant de connaître Herman, je suivais le Lierse. J'assistais régulièrement aux matches. Herman y jouait, à l'époque, donc, j'avais déjà entendu parler de Herman Helleputte (elle rit). Je continue à assister à tous les matches à domicile. Je les vis intensément. Etre la femme d'un entraîneur n'est pas évident, vous savez. Dans la tribune, vous n'entendez pas que des compliments, surtout quand l'équipe ne tourne pas très bien. Ça remonte à plus de 20 ans. J'étais sortie manger avec une amie et ensuite, nous avons rencontré une connaissance, qui nous a présentés. Ce fut le déclic immédiat. Ça n'a pas été évident car nous étions toujours mariés tous les deux. Il nous a donc fallu patienter avant de pouvoir entamer véritablement notre relation. C'est surtout le début qui est très pénible car on n'aime pas chagriner son partenaire. Mais Herman et moi nous sentions faits l'un pour l'autre et nous avons donc rapidement prévenu nos partenaires respectifs. Nous avons toujours été corrects. Nous avons d'ailleurs conservé de bons contacts avec nos ex. C'était extrêmement important pour nos enfants, qui ont très bien réagi à cette situation. Toutes les parties se sont bien entendues. Ma fille et mon fils ont rapidement accepté Herman. Son fils était encore très jeune mais ça s'est bien passé de son côté aussi. Je me suis mariée à 19 ans et je n'avais pas 21 ans quand ma fille est née mais je ne peux pas dire que je le regrette. Je ne sais pas quelle est la meilleure solution : avoir des enfants quand on est encore jeune ou attendre d'être plus âgée... Ma fille et moi entretenons maintenant une formidable relation. Nous sommes amies, en fait. C'est super ! Je suis devenue mère sans y être préparée mais on s'y fait très vite. J'ai trois petits-enfants. Ma fille a deux fils et mon fils a une petite fille. Sa principale qualité, c'est sa jovialité. Il s'entend bien avec tout le monde. En revanche, il est très difficile de savoir à quoi ilpense vraiment. Il est très renfermé alors que je suis un livre ouvert. Quand il a un problème, il ne m'en souffle généralement pas un traître mot. A la longue, je m'y suis faite. Ilse Peleman