Le premier trophée de la saison a été distribué et c'est logiquement qu'il a pris la destination de la Gironde puisque Bordeaux a battu sèchement Vannes (4-0), pensionnaire de Ligue 2. Il n'y aura donc pas de Grand Chelem breton (la Coupe de France oppose Guingamp à Rennes).
...

Le premier trophée de la saison a été distribué et c'est logiquement qu'il a pris la destination de la Gironde puisque Bordeaux a battu sèchement Vannes (4-0), pensionnaire de Ligue 2. Il n'y aura donc pas de Grand Chelem breton (la Coupe de France oppose Guingamp à Rennes). Pour Bordeaux, après un mois de février catastrophique, le printemps coïncide avec un retour des ambitions. Ce trophée n'est certainement pas un aboutissement : les Girondins rêvent secrètement du titre puisqu'ils occupent actuellement la deuxième place derrière Marseille. Mais contrairement aux Lyonnais et aux Marseillais, Bordeaux a toujours tu ses ambitions. " Bordeaux joue dans la catégorie de Lille, Rennes et Saint-Etienne ; pas dans celle de Lyon, Marseille, Monaco ou du PSG ", explique l'entraîneur Laurent Blanc. " Mon objectif de début de saison, c'était de finir dans les quatre premiers. Je m'excuse, mais dire qu'on jouait le titre n'était pas rendre service à mes joueurs. N'ayez pas l'air surpris que seuls Lyon et l'OM le disent. Ça n'a rien de fantastique, de surprenant, ni de courageux au regard de leurs moyens. " Bordeaux ne dispose peut-être pas des mêmes armes mais il parvient à lutter jusqu'au bout. Grâce notamment au jeu mis en place par Blanc. " Les Girondins pratiquent le meilleur jeu de France, un jeu usant parce que sans garantie de solidité ", explique l'entraîneur de Lorient Christian Gourcuff, père du Bordelais Yoann. " Ce Bordeaux commence à définir un style, pas encore assez abouti pour devenir une référence mais sur le plan de qualité de jeu, Bordeaux est passé devant Lyon. " Bordeaux peut également compter sur des individualités. Yoann Gourcuff fut sans doute le coup de maître de l'été dernier. Prêté par l'AC Milan, Gourcuff a explosé. Contre Vannes, il a été décisif, démontrant qu'il avait récupéré après un léger passage à vide en février (dû à l'accumulation des matches). Mais à ses côtés, la doublette brésilienne a également sa part dans le bon championnat bordelais. Wendel, le créateur, la patte gauche, peut débloquer la situation. Quant à Fernando, le médian défensif, son absence (suspension de quatre matches) a pesé lors du creux girondin. Contre Lyon (1-0), il s'est démultiplié. LYON est en fin de règne et toute la France ne parle que de cela. Après avoir pris un point sur 9, l'Olympique a reculé à la troisième place et devront la protéger. JULIEN QUERCIA, l'attaquant d'Auxerre, comme le Lyonnais Anthony Réveillère récemment, avait refusé il y a trois ans de se faire opérer d'une rupture ligamentaire du genou gauche. Mais comme la douleur est revenue, il s'est résolu à passer sur le billard. STÉPHANE RUFFIER, le gardien de Monaco, suscite la convoitise. C'est Lille qui tiendrait la corde pour la saison prochaine. NOS BELGES : Roland Lamah est monté à la 67e minute lors de la défaite face à Monaco. Kevin Mirallas, battu 3-1 à Nice, a été sorti à la 76e suite à une prestation très décevante. Seul Eden Hazard, qui a joué les 90 minutes, a sauvé la mise en inscrivant l'unique but de Lille face à l'OM. BERNARD TAPIE, l'ancien président de l'OM, aimerait faire son retour dans le monde du ballon rond. Il s'est dit prêt à investir à Nice ou à Cannes. Par ailleurs, il a allumé Eric Gerets dans La Provence : " Je n'arrive pas à comprendre ces supporters qui le supplient de rester. Cette danse de St-Guy, ce cinéma - Je reste, je ne reste pas, c'est insupportable. Avec moi, il serait déjà dehors. La seule excuse que l'on pourrait accepter, c'est qu'il ait déjà fait le choix de partir et qu'il ne le dise pas pour perturber les joueurs et la fin du championnat. S'il fait ça, alors je lui fais toutes mes excuses. " LE MANS s'intéresse à Nabil Dirar. STÉPHANE VANDE VELDE