Samedi prochain, six joueurs d'Ypres et leur coach vivront un grand moment d'émotion. Ils retourneront pour la première fois à l'Arena de Deurne, là où ils ont fêté le titre de champion au printemps 2000 avec Anvers. Ces lauriers conquis de haute lutte demeurent, pour tous, le souvenir le plus mémorable de leur période anversoise. Mais à part cela?
...

Samedi prochain, six joueurs d'Ypres et leur coach vivront un grand moment d'émotion. Ils retourneront pour la première fois à l'Arena de Deurne, là où ils ont fêté le titre de champion au printemps 2000 avec Anvers. Ces lauriers conquis de haute lutte demeurent, pour tous, le souvenir le plus mémorable de leur période anversoise. Mais à part cela?Michael Huger: "Je retiens aussi les victoires contre Limoges et Jerusalem en Coupe Saporta. Durant les quatre saisons que j'ai passées à Anvers, les grands moments n'ont pas manqué. En fait, nous avons fait office de pionniers. Avant que l'ancien Malines n'établisse ses quartiers à l'Arena de Deurne, il n'y avait rien là-bas. Désormais, le club est très solide. L'équipe actuelle est toujours très compétitive et le public continue à répondre présent. Grâce à nous: les succès d'aujourd'hui reposent sur les fondations que nous avons érigées. Nous avons provoqué un déclic en offrant le titre à la Métropole". Roger Huggins: "Ce titre est déjà loin: près de dix mois se sont écoulés. Dans mon cas, l'excitation est un peu retombée. Je crois que, samedi, l'émotion sera davantage perceptible parmi l'entourage que parmi les joueurs. Je retiens qu'Anvers était une équipe bien structurée, où l'on était toujours payé à heure et à temps. J'ai joué trois saisons à l'Arena de Deurne mais j'en ai conservé également de très grands souvenirs". Herbert Baert: "Le plus grand souvenir de tous, c'est la période anversoise dans son ensemble. Une équipe s'est construite autour du coach Eddy Casteels. Nous sommes partis d'une équipe moyenne pour devenir une équipe du top en Belgique. C'est ce même groupe qui a suivi le coach à Ypres, à quelques exceptions près comme Wim Vanhaele qui nous a quittés pour Louvain, et le fait de rejouer à l'Arena de Deurne réveillera plein de souvenirs en nous, davantage que le match aller qui s'était disputé à Ypres". Eddy Casteels: "Tout un groupe s'est formé à Anvers et c'est cela le plus merveilleux". Yves Dupont: "Si Eddy Casteels a été élu Coach de l'Année et si j'ai obtenu le titre de Joueur de l'Année, c'est grâce au travail qui a été réalisé durant plusieurs années à Anvers". Pieter Vanhoecke: "Cette période de croissance est encore plus mémorable dans mon cas, qui suis un jeune joueur. J'ai grandi à Anvers, j'ai découvert le basket de D1 là-bas, j'ai été inclus dans l'équipe Première à partir de 18 ans, avec un temps de jeu de plus en plus conséquent mais sans brûler les étapes, pour culminer sur la conquête inoubliable du titre de champion. Le match de samedi sera certainement chargé d'émotion, mais le dernier de la saison le sera encore plus pour moi: je rencontrerai alors Bree où évolue mon frère Jan". Helgi Gudfinsson: "Je n'ai joué qu'une saison à Anvers et je suis Islandais. Le match de samedi a moins de signification pour moi que pour les joueurs qui ont grandi dans la Métropole, mais je retrouverai avec plaisir une salle très agréable et un public qui m'avait accueilli à bras ouverts".