Cela ne constitue plus une surprise puisque depuis l'intronisation de Raymond Domenech au poste de sélectionneur de l'équipe nationale en juillet, Robert Pires n'est pas en odeur de sainteté auprès du Lyonnais. Pourtant, la renaissance du milieu d'Arsenal laissait présager un retour en grâce. Cependant, nulle trace de D'Artagnan dans la sélection composée pour France-Suisse et Israël-France. Tout comme ce fut le cas face à la Pologne et la Suède. ...

Cela ne constitue plus une surprise puisque depuis l'intronisation de Raymond Domenech au poste de sélectionneur de l'équipe nationale en juillet, Robert Pires n'est pas en odeur de sainteté auprès du Lyonnais. Pourtant, la renaissance du milieu d'Arsenal laissait présager un retour en grâce. Cependant, nulle trace de D'Artagnan dans la sélection composée pour France-Suisse et Israël-France. Tout comme ce fut le cas face à la Pologne et la Suède. Mais Raymond Domenech n'est pas homme à changer ses principes. Il juge que Pires ne fait pas partie des plans de reconstruction. Il ne modifiera pas son avis. A sa décharge, il pourra toujours dire qu'il a essayé d'intégrer à son système un Pires, appelé à quatre reprises sans convaincre. Mais à partir du moment où il a opéré son choix, le sélectionneur a fait une croix sur le médian londonien. " Robert, on le connaît. Quand il a envie, il sait tout faire. Quand il n'a pas envie, il ne sait rien ", avait déclaré Domenech lors du premier stage. Depuis lors, il semble convaincu que manifestement, il n'a pas envie. Et la saison de Pires ne lui donne pas tout à fait tort. Remplaçant plus qu'à son tour suite à l'éclosion de l'Espagnol Reyes, il a refait surface en se montrant décisif pour sa formation (10 buts en championnat et huit passes décisives toutes compétitions confondues) mais à 31 ans, il s'est davantage illustré dans la presse en critiquant ouvertement le sélectionneur. Alors, Pires écarté définitivement ? Domenech n'ose pas l'affirmer : " La porte reste ouverte. En septembre, les choses peuvent évoluer. Ce sont uniquement des choix sportifs ", a-t-il dit lors de l'annonce de sa sélection. En attendant, les actions du champion du monde et d'Europe ne sont pas en hausse. Les cadres ont été rajeunis et la concurrence ( Vikash Dhorasoo, Ludovic Giuly, Florent Malouda et Camel Meriem) montre les crocs. ( S. Vande Velde) BOULOGNE-SUR-MER devient le petit Poucet de la Coupe de France. Le club de CFA a éliminé Nantes (3-2) et a rejoint les quarts de finale de l'épreuve où il rencontrera Auxerre. FRANçOIS CICCOLINI, l'entraîneur de Bastia, suspendu deux matches, était dans la tribune face à Metz (1-0). PASCAL JOHANSSEN, le milieu de terrain de Strasbourg, s'est blessé à la cuisse droite face à Lyon (0-1) et sera éloigné des terrains de deux à trois semaines. BUTEURS : 1 Alexander Frei (Rennes) 14 buts ; 2 Pauleta (PSG), Mickaël Pagis (Strasbourg) 12 ; 4 Mohamed Kallon (Monaco) 11 ; 5. Juninho (Lyon), Pascal Feindouno (St-Etienne), Araujo Ilan (Sochaux) 10. S. Vande Velde