PAR BENEDICT VANCLOOSTER
...

PAR BENEDICT VANCLOOSTERZdenek Stybar est le grand vainqueur de la saison de cyclocross. Il était déjà assuré du titre tchèque, de la Coupe du Monde et du Championnat du Monde. Dimanche, il y a ajouté le Superprestige. Dans l'ultime manche de Vorselaar, très disputée, il a largué Niels Albert, son dernier concurrent pour la victoire du jour et du classement général, dans les dernières centaines de mètres. Albert n'a donc pas gagné le moindre trophée. Même un miracle ne lui permettra pas de refaire son retard sur Sven Nys au trophée Gazet van Antwerpen, dans le dernier cross, à Oostmalle, dimanche. La pilule est amère pour Albert, qui avait bien entamé sa saison et avait été promu futur empereur de la saison, un peu prématurément. Le Superprestige, le classement le plus ancien, a encore constitué le meilleur baromètre de la saison. Albert et Nys ont signé le plus grand nombre de victoires d'un jour, en Superprestige (trois chacun) mais aussi sur l'ensemble de la saison, respectivement 16 et 14. Des trois ténors, c'est Stybar qui a gagné le moins de cross, onze. Le sympathique Tchèque doit ses lauriers à sa régularité. Ce n'est pas un hasard s'il emmène le classement UCI. Il n'a raté le podium d'une manche du Superprestige qu'à une seule reprise, à Gieten, où il a terminé quatrième. Ses aptitudes athlétiques, liées à sa technique parfaite, lui ont permis de prendre la tête de la plupart des courses. Albert, lui, a raté les championnats et Nys, mis sous pression par les jeunes, a chuté plus souvent qu'il ne l'aurait souhaité. Stybar, qui n'a encore que 24 ans, a également fait preuve d'une grande force mentale dans les moments décisifs. Il avait un avantage : rien n'était obligatoire, tout était bienvenu. A Diegem, Nys a baissé les bras un moment et a gaspillé en quelques secondes ses chances de remporter une dixième victoire en Superprestige. Il avait déjà réagi ainsi en Coupe du Monde. Au Mondial ; Nys s'est éliminé lui-même, avant le départ, en changeant ses tubes, sous le coup de la panique. Cette saison, Albert s'est heurté aux limites de son impulsivité. Il s'est lui-même stressé en réagissant aux défis lancés par le public à Niel, sans oublier l'incident qui l'a opposé à un de ses supporters au championnat de Belgique d'Oostmalle. Il a gaspillé ses forces à vélo et en a payé le prix fort lors du second volet de la saison. Il a remporté onze de ses seize victoires avant la mi-novembre. Stybar, lui, a roulé régulièrement, sans puiser dans ses forces. Fort de son expérience, Nys a bien dosé ses efforts durant la saison aussi. Cet hiver était le premier durant lequel Nys luttait en professionnels dans tous les classements. Endurci par cette expérience, le prince héritier pourra lancer une nouvelle offensive l'automne prochain. Il sera aussi intéressant de voir comment Stybar gérera son nouveau statut de numéro un mondial...