Ostende et Anderlecht se sont longtemps disputé les faveurs du médian Pieter Gerkens, qui a été une des révélations des PO2 sous le maillot de Saint-Trond. Finalement, le Sporting est allé un peu plus loin financièrement. " Mais Ostende est aussi un excellent club, bien structuré ", déclare le manager Nico Vaesen, qui a joué à Alost avec Yves Vanderhaeghe, l'entraîneur du KVO. Gerkens a discuté avec l'entraîneur ostendais comme avec René Weiler. Vaesen : " J'ai dit à Pieter qu'en fait, il ne pouvait pas opérer de mauvais choix ; ce sont deux belles équi...

Ostende et Anderlecht se sont longtemps disputé les faveurs du médian Pieter Gerkens, qui a été une des révélations des PO2 sous le maillot de Saint-Trond. Finalement, le Sporting est allé un peu plus loin financièrement. " Mais Ostende est aussi un excellent club, bien structuré ", déclare le manager Nico Vaesen, qui a joué à Alost avec Yves Vanderhaeghe, l'entraîneur du KVO. Gerkens a discuté avec l'entraîneur ostendais comme avec René Weiler. Vaesen : " J'ai dit à Pieter qu'en fait, il ne pouvait pas opérer de mauvais choix ; ce sont deux belles équipes. " Finalement, le Limbourgeois a signé lundi un contrat de quatre ans chez le champion en titre, qui a rencontré les souhaits de Saint-Trond. Pourquoi Anderlecht voulait-il Gerkens ? " Parce que c'est un footballeur élégant et intelligent, qui a plu à Weiler ", répond Vaesen. " Pieter est un médian offensif qui connaît la solution avant même d'avoir le ballon. Il a un énorme abattage, il s'infiltre bien mais sa principale qualité est son intelligence de jeu. " Quand Anderlecht s'est informé à son sujet, Gerkens a voulu s'assurer que ce n'était pas simplement pour augmenter le contingent de Belges. " Dans ce cas, nous n'aurions pas négocié ", déclare Vaesen, très impressionné, comme son poulain, par la manière dont Weiler et son adjoint avaient fait leurs devoirs. Par son flair et son élégance, Gerkens convient au style de jeu des Mauves, selon Vaesen. " Dans le passé, Anderlecht avait déjà tenté de l'enrôler à quelques reprises, en catégories d'âge, mais il était alors à Genk. " Il y a un an et demi, Gerkens a quitté le Racing, faute de temps de jeu. Il a refusé un très bon contrat à Genk pour rejoindre Saint-Trond. Son salaire y était plus bas mais il a eu l'occasion de jouer. " C'est une erreur que je relève auprès de nombreux jeunes dans les grands clubs ", explique Vaesen. " Ils restent trop longtemps dans leur zone de confort, sans guère d'occasions de jouer. Un espoir doit investir un an. S'il n'a pas un temps de jeu suffisant, il doit chercher un club de niveau inférieur qui lui permette de jouer toutes les semaines. " Gerkens était titulaire à Saint-Trond quand Ivan Leko en est devenu l'entraîneur, l'été passé. Les débuts ont été difficiles car Leko avait adopté une autre tactique, avec Stef Peeters et Steven De Petter dans l'axe. Ce n'est que quand Saint-Trond a opté pour un trio médian que Gerkens a pu rejouer et vivre de grands moments avec les Canaris. Le Limbourgeois va-t-il réussir le passage des PO2 à l'élite belge ? Personne ne peut le lui garantir, reconnaît Vaesen. " Pieter recevra sa chance, compte tenu de l'agenda chargé d'Anderlecht, mais personne ne peut dire combien de matches ce sera. Il sait ce qu'il en est et il n'est pas du genre à redouter les défis. " GEERT FOUTRÉ