La commission du calendrier n'a pas chômé ces dernières semaines. Le calendrier de notre D1 est devenu un vrai puzzle. Cette commission est présidée depuis 2002 par Pierre-Yves Hendrickx, le secrétaire général du Sporting de Charleroi.
...

La commission du calendrier n'a pas chômé ces dernières semaines. Le calendrier de notre D1 est devenu un vrai puzzle. Cette commission est présidée depuis 2002 par Pierre-Yves Hendrickx, le secrétaire général du Sporting de Charleroi. Pierre-Yves Hendrickx : Elle comporte six membres, désignés par la Ligue Pro. Six clubs sont représentés : le Standard, Anderlecht, Bruges, le Germinal Beerschot, Gand et Charleroi. Nous avons pour mission d'agencer le championnat, de décréter les remises et de trancher les litiges. Nous ne nous occupons pas de la Coupe, qui est une organisation de la Fédération. Tout concordait pour qu'on décrète une remise générale. Le plus difficile, pour les six membres, est de faire abstraction des intérêts de leur propre club pour ne penser qu'à l'intérêt général du championnat. Parfois ça se passe bien, à d'autres moments c'est beaucoup moins serein. Il est arrivé que des portes claquent car nous ne sommes forcément pas toujours d'accord. On ne peut pas s'empêcher de penser au club qu'on représente. Mais, dans l'ensemble, tout est de plus en plus serein. Aujourd'hui, nous ne prenons plus jamais une décision sans avoir entendu les clubs concernés. C'est nouveau. Tout à fait. Le seul week-end libre a été utilisé pour jouer Mons-Anderlecht, Standard-Genk et St-Trond-Gand. En début de saison, nous devions aussi laisser un week-end pour la Coupe, et d'autres pour l'équipe nationale. Et ce sera encore plus serré la saison prochaine, car aucun week-end libre n'a été prévu. A cause de la Coupe du Monde 2006 mais aussi parce que les clubs ont demandé une trêve hivernale plus longue. Le premier week-end d'août. C'est ce qui a été décidé entre les deux clubs. Les discussions ont été plus faciles avec les nouveaux patrons du Lierse qu'avec les anciens. Encore faudra-t-il que la toiture de leur stade ait été réparée entre-temps. Si ce n'est pas le cas, l'affaire partira au Comité sportif et pourrait déboucher sur un forfait du Lierse. (P. Danvoye)P.Danvoye