Scandales de dopage, village olympique pas prêt, menace du virus Zika... Avant même de commencer, ces Jeux sont-ils pourris ?

Je n'avais pas vu la situation sous cet angle. Je suis tellement investi dans la préparation que je ne pense pas aux à-côtés. Si on commence à réfléchir, on se dit : " ouille, ouille, ... " Mais bon, on a avait évoqué une grosse menace d'attentat lors de l'EURO et tout s'est bien passé. Le virus Zika ? Nous avons été briefés et le danger est beaucoup moins important que prévu. Il y a deux ans, avant de partir au Mondial brésilien, nous avions eu une g...

Je n'avais pas vu la situation sous cet angle. Je suis tellement investi dans la préparation que je ne pense pas aux à-côtés. Si on commence à réfléchir, on se dit : " ouille, ouille, ... " Mais bon, on a avait évoqué une grosse menace d'attentat lors de l'EURO et tout s'est bien passé. Le virus Zika ? Nous avons été briefés et le danger est beaucoup moins important que prévu. Il y a deux ans, avant de partir au Mondial brésilien, nous avions eu une grande réunion où un spécialiste nous avait mis en garde contre 1.001 choses comme les moustiques, les kidnappings, etc. Finalement, nous n'avons connu aucun problème. J'ai l'impression que ce sera identique aux JO. Bon, si les hôtels ne sont pas prêts et s'il y a des fuites d'eau, on râlera mais ça ne changera rien... Le dopage ? Je commente la natation et l'exclusion de sept nageurs russes est positive. Pour le reste, vu que je ne peux pas savoir qui est dopé ou pas, je prends le parti de m'enthousiasmer. Si on apprend que Phelps a triché, je me sentirai bête mais je ne dirai pas que tout est pourri à l'avance. De plus, commenter les Jeux ne consiste pas uniquement à relater des performances. Je vais m'occuper de beach-volley, de handball, de nage synchronisée et le but sera de fournir des clefs de compréhension aux téléspectateurs. Non car durant les JO, nous sommes " enfermés " dans le village. C'est comme une bulle, une autre planète, avec tellement d'animation que tu as l'impression que les gens vivent 24 h sur 24. On est constamment entouré d'écrans, d'athlètes, d'autres médias. De plus, l'hôtel sera dans l'enceinte olympique. A Londres et à Pékin, nous logions à l'extérieur et nous devions prendre une navette pour rejoindre les installations. Au Mondial, nous passions d'une ville à l'autre pour commenter les matches. On découvrait du pays. Ce ne sera pas le cas ici. Beaucoup de mes collègues m'ont ressorti ce message ! C'est à croire que certains lorgnaient ma place. (il rit) C'était un clin d'oeil car ce magazine, sur lequel j'ai longtemps travaillé comme éditeur et présentateur, n'existe plus. Cet EURO a été dans l'ensemble raté et est presque honteux pour notre équipe. PAR SIMON BARZYCZAK" Que mes collègues le sachent : je ne retournerai pas à Cheval Magazine ! " - PIERRE DEPREZ