Les collectionneurs n'auront pas manqué de garder précieusement l'édition du 30 juin de la Vie Sportive. C'est la dernière à paraître sur support papier. Dorénavant, seule l'édition électronique disponible sur le site de l'Union Belge (www.footbel.com) pourra être compulsée. L'organe officiel est la mémoire de la fédération. Lui aussi est centenaire.
...

Les collectionneurs n'auront pas manqué de garder précieusement l'édition du 30 juin de la Vie Sportive. C'est la dernière à paraître sur support papier. Dorénavant, seule l'édition électronique disponible sur le site de l'Union Belge (www.footbel.com) pourra être compulsée. L'organe officiel est la mémoire de la fédération. Lui aussi est centenaire. Au début, les communiqués officiels étaient publiés dans un quotidien sportif LeVéloce. La Vie Sportive parut pour la première fois en 1899 en tant qu'organe officiel du sport universitaire, succédant à L'étudiant sportif. Lors de l'AG de juillet 1901 de l'UB, La VieSportive fut intronisée organe officiel de la fédération. Pierre Walckiers, un des rédacteurs, entra dans l'histoire puisqu'il fut le premier en 1906 à employer le terme Diables Rouges pour désigner nos internationaux. Le numéro du 10 octobre 1901 indique que l'organe officiel est mis en vente (10 centimes) le mercredi matin à Anvers, Bruges, Bruxelles, Liège, Louvain, Ostende et Verviers. Il fallut attendre 1920 pour que le bulletin fédéral devienne bilingue avec la publication de Sportleven. En 1921, il ouvrit ses colonnes à d'autres sports et devenait aussi l'organe officiel des fédérations d'athlétisme, escrime, natation et gymnastique. Le journal paraissait alors deux fois par semaine (mercredi et vendredi). Pendant la Seconde Guerre mondiale, La Vie Sportive continua à paraître après que la PropagandaAbteillung l'ait assuré qu'aucune censure ne serait effectuée. En 1945, à la Libération, les comptes rendus (on dit aujourd'hui les techniques) des matches disparurent. La fédération décida que l'organe officiel remplacerait les convocations par carte postale des arbitres. Ensuite, on agit de même pour les joueurs ou dirigeants appelés à comparaître devant un comité. En 1988 apparaît La Vie Sportive Magazine publiée le premier mercredi du mois. Mais l'expérience fit long feu car le coût était trop élevé. Dans les années 90, on mit sur pied des encarts régionaux pour chaque province. En 1998, les calendriers et désignations d'arbitres ne parurent plus dans LaVieSportive, les arbitres étant prévenus par Maestro-Smart, le téléphone intelligent. En 2001, La Vie Sportive est également publiée sur le Web. En 2004, son édition sur papier disparaît. (G. Lassoie) G.Lassoie