Vendredi 25 mars 2011, stade Ernst Happel à Vienne : si cette génération qu'on dit bénie des dieux veut se taper la cloche en Ukraine et en Pologne, ce sera le moment ou jamais de signer un grand exploit. Vincent Kompany a déclaré après Belgique-Finlande (1-1) que " les Diables Rouges aborderaient en Autriche leur match le plus important de ces 10 dernières années ".
...

Vendredi 25 mars 2011, stade Ernst Happel à Vienne : si cette génération qu'on dit bénie des dieux veut se taper la cloche en Ukraine et en Pologne, ce sera le moment ou jamais de signer un grand exploit. Vincent Kompany a déclaré après Belgique-Finlande (1-1) que " les Diables Rouges aborderaient en Autriche leur match le plus important de ces 10 dernières années ". On lui pardonnera d'oublier le somptueux Belgique-Brésil de la Coupe du Monde 2002. La star de Manchester City a en tout cas raison de songer à ce déplacement qui ravivera ou éteindra la flamme de nos derniers espoirs de qualification pour l'Euro 2012. Georges Leekens a créé un climat extraordinaire et cette équipe riche en surdoués pense comme un seul homme. Mais après Belgique-Finlande, les notes de cette levée sont-elles totalement rassurantes si on songe au voyage en Europe centrale ? Qui réussit parfaitement tous ses examens ? Qui est assidu ? Qui peut mieux faire ? Qui perd son temps ? Qui rêve près du radiateur dans le fond du local ? Vincent Kompany, 9 Vit-il sur la même planète que ses équipiers ? Le patron de la défense de Manchester City survole de plus en plus les débats. Impeccable sur l'homme, Kompany impressionne ses adversaires, actionne le turbo quand bon lui semble, met le nez à la fenêtre avec une facilité dérisoire. C'est le chef de la défense de Leekens. Son oeuvre sera achevée le jour où la défense des Diables Rouges ne tremblera plus en fin de match. Ce n'est pas encore le cas. Tous les arrières n'ont pas le niveau de Kompany. A Vienne, il devra gommer les dernières petites craintes défensives des Belges. Eden Hazard, 7 Le Lillois a déjà été meilleur que face à la Finlande. Mais l'ouvre-boîte de Leekens a donné une autre dimension au jeu imaginé par le T1 des Diables Rouges. Long Couteau était un fervent des grands formats et du jeu engagé. La star du LOSC lui offre la vitesse et la finesse du jeu au sol. Il lui reste à rôder ses automatismes avec l'homme de pointe ( Romelu Lukaku) parfois trop seul sur son île dans le 4-3-3 prôné par Leekens. Suivi par les géants du top européen, Hazard devra concrétiser ses ambitions en Autriche. Romelu Lukaku, 7 Le puncheur d'Anderlecht a pesé sur la défense des Finnois mais a manqué de réalisme et d'efficacité dans le dernier geste. A remarquer : son assist sur le but d' Axel Witsel. Il a gardé la maîtrise des événements pour servir idéalement un équipier venu de la deuxième ligne. Même s'il n'a pas encore atteint sa vitesse de croisière, on n'imagine plus les Diables Rouges sans Lukaku. Axel Witsel, 7 Elégance et facilité : le Liégeois apporte sa conduite du ballon, ses services et ses incursions dans le camp adverse. Solide sur patte, Witsel est intelligent et peut marquer à chaque instant. Si Lukaku songe à l'Angleterre, Axel s'oriente plutôt vers l'Espagne. Il a fait le tour du problème en Belgique et progressera à l'étranger : ce sera tout profit pour les Diables Rouges. Marouane Fellaini et Thomas Vermaelen, non cotés Blessés, ils n'ont pas joué contre la Finlande. Touché à l'aine, le grand Marouane est une des pièces maîtresses de Leekens. Le pilier d'Everton règne dans les airs anglais et en fait de même dans la ligne médiane de l'équipe nationale. Sa présence à Vienne est indispensable. Vermaelen ne devrait pas être du voyage. Il avait dépanné à l'arrière gauche mais le gars d'Arsenal est plus à l'aise dans l'axe où il s'installera pour de bon quand Daniel Van Buyten aura pris sa retraite. Silvio Proto, 6 Son brio dans la cage mauve justifie sa présence en équipe nationale. Il apporte sa grinta et une maturité de plus en plus évidente. Il a pris le dessus sur Jean-François Gillet et Simon Mignolet. Daniel Van Buyten, 6 En difficulté au Bayern de Munich, Big Dan fait le travail en équipe nationale. Il se sent bien avec Kompany à ses côtés mais l'axe central devra être totalement hermétique en Autriche comme ce fut le cas en Russie. L'ennemi s'infiltre encore trop facilement au c£ur de la défense. Timmy Simons, 6 Régulier à Nuremberg, il apporte son calme et son placement. Même son travail entre les lignes passe inaperçu, Simons rassure les jeunes chiens fous de la ligne médiane. Nacer Chadli, 6 L'attaquant de Twente fait partie du groupe de jeunes qui montrent le bout du nez. Il a gardé son calme pour ses débuts en équipe nationale. A droite ou à gauche, il a bien travaillé son placement et décroché avec escient mais devra évoluer plus haut pour garder le contact avec Lukaku. Moussa Dembélé et Steven Defour, non cotés Absents contre la Finlande. Leur retour fera du bien. Leekens aura toujours besoin du talent de l'artiste de Fulham et de la dynamo de Sclessin. Revenant de blessures, il serait quand même étonnant que Leekens fasse appel au capitaine du Standard pour le voyage en Autriche. Yassine El Ghanassy, 6 Encore jouette dans le fond de la classe, le dribbleur de Gand finira par faire les beaux jours des Diables Rouges. La Tortue Franklin a encore besoin d'un peu de temps. Gand n'est pas Lille, Twente ou Anderlecht, les clubs de ses principaux adversaires dans le secteur offensif. Avec Chadli et Fellaini, Yassine illustre la richesse de l'apport des enfants belges d'origine marocaine. Même si Mehdi Carcela a choisi une autre voie, les temps changent en équipe nationale. Guillaume Gillet, 6 Il a retrouvé provisoirement sa place préférée dans la ligne médiane de l'équipe nationale. Bon match face à la Finlande mais ne regrettera-t-il pas un jour de ne pas s'intéresser un peu plus au poste d'arrière droit, que ce soit à Anderlecht ou en équipe nationale ? Quand Defour et Fellaini seront rétablis, son horizon sera plus limité dans l'équipe de Leekens. Dries Mertens, 6 Utrecht n'a d'yeux que pour lui. Trois touches de ballon, un tir sur les bois et une vivacité intéressante ont prouvé l'étendue d'un talent qui peut être une alternative pour Hazard. Jelle Vossen, non cotéCourageux, bosseur, attentif mais devra attendre de s'imposer à l'étranger (Fiorentina ?) avant de devenir une valeur sure des Diables Rouges. Il n'a pas joué contre la Finlande et mérite plus de crédit. Laurent Ciman, 5 Après une première mi-temps hésitante, il s'est bien repris et a mis le nez à la fenêtre. Un peu lent sur le but égalisateur de la Finlande mais d'autres auraient pu l'aider à fermer la porte. Arrière central au Standard, il doit retrouver ses marques à droite. Leekens ne peut pas se permettre ce luxe à Vienne. Le problème de l'arrière droit n'est pas résolu. Leekens ferait bien d'y accorder la plus grande attention avant Autriche-Belgique. Jan Vertonghen, 5 Quelques bonnes montées contre la Finlande mais ce joueur ne parvient pas à gommer une évidence : il est plus à l'aise dans l'axe comme c'est le cas à l'Ajax d'Amsterdam. Le problème est le même à gauche qu'à droite. Personne ne fait l'unanimité. Jelle Van Damme, 5 Il revient de son bagne anglais et a tout de suite été imposant de puissance et de hargne au Standard. Cela ne pouvait pas échapper à Leekens. Quand il faudra cogner et aller au charbon, le T1 de l'équipe nationale pourra évidemment compter sur lui-même s'il y a du monde dans la ligne médiane. Il a l'avantage de bien connaître le 4-3-3 qu'il avait pratiqué à Anderlecht alors que le Standard évolue davantage en 4-4-2. Son sérieux peut en faire un candidat valable pour le poste d'arrière gauche. Bjorn Vleminckx, 5 En huit minutes, l'attaquant de Nimègue, meilleur buteur du championnat hollandais, n'a pas pu montrer grand- chose. Ce n'est pas trop grave et il s'est calmement installé dans le noyau élargi de Leekens. Sa présence à ce niveau représente une juste récompense. Jonathan Legear Personne ne peut se passer d'un Legear à 100 %. Hélas, il s'est à nouveau blessé. A ce rythme-là, il ne collectionnera pas les caps. Toby Alderweireld Il semble être l'homme le plus indiqué pour le poste d'arrière droit mais est resté sur le banc contre la Finlande : inquiétant. Nicolas Lombaerts Le Tsar de Saint-Pétersbourg ne parvient pas à trouver sa place en équipe nationale. Marvin Ogunjimi Il y a un gouffre entre Genk et les Diables Rouges. Le franchira-t-il ? On peut en douter. Sébastien Pocognoli Le Standardman est sur le quai de la gare mais attend le bon train depuis des mois. Or, n'est-il finalement pas le joueur le plus indiqué pour la fonction d'arrière gauche ? Jean-François Gillet Cela ne va plus à Bari qui chutera probablement en Serie B à la fin de la saison. Gillet n'y est pour rien mais cette spirale négative lui a coûté sa place en équipe nationale. Simon Mignolet Le patient anglais ne joue pas pour le moment à Sunderland. Cela ne peut pas durer. Logan Bailly Le crash d'un grand talent. Des moments catastrophiques à Mönchengladbach et contre l'Autriche en équipe nationale. Ce grand espoir est dans le fond du trou. PAR PIERRE BILIC