Le directeur technique Marcel Brands (56 ans, à Everton) et le responsable de la formation Pascal Jansen avaient déjà quitté le PSV. C'est au tour de Phillip Cocu. L'ancien médian rêvait en fait de l'Espagne, voire de la Premier League, mais il a rapidement compris qu'il pourrait difficilement mieux faire à Eindhoven et qu'il valait mieux mettre les voiles sans tarder. Seul Guus Hiddink...

Le directeur technique Marcel Brands (56 ans, à Everton) et le responsable de la formation Pascal Jansen avaient déjà quitté le PSV. C'est au tour de Phillip Cocu. L'ancien médian rêvait en fait de l'Espagne, voire de la Premier League, mais il a rapidement compris qu'il pourrait difficilement mieux faire à Eindhoven et qu'il valait mieux mettre les voiles sans tarder. Seul Guus Hiddink a fait mieux avec 72,8 % de victoires (182 en 250 matches) mais Cocu a obtenu un meilleur score (72,4 % via 126 succès en 174 duels) que les légendaires Rinus Michels (72 %, 175 succès en 243 parties) et Erik Gerets (70,6 %, soit 72 victoires en 102 matches). Cocu a fourni de l'excellent ouvrage, offrant au club son 24e titre, un sacre obtenu grâce au collectif, au travail, à l'engagement. C'est en désaccord avec sa vision du football car Cocu, qui compte 101 caps, prône un football dominant, à l'image de Barcelone, son ancien employeur. Un football soigné est prioritaire à ses yeux mais le PSV mise plutôt sur le contre. Car seule la victoire comptait, rappelait l'entraîneur, toujours stoïque. Fenerbahçe, deuxième sous la férule d'un ancien joueur, Aykut Kocaman (53), derrière Galatasaray et finaliste malheureux de la finale de la coupe contre Akhisarspor (3-2) est une autre paire de manches. Cocu est le troisième Néerlandais à entraîner le club d'Istanbul, après Hiddink et Dick Advocaat. L'employeur de Nabil Dirar (ex-Club Bruges) est un des principaux clubs turcs et ses supporters sont particulièrement fanatiques. Un nouveau président, le 37e de son histoire, vient d'être nommé. On dit Ali Yildirim Koç particulièrement ambitieux. Il dispose d'une fortune personnelle de 500 millions d'euros et son holding familial vaut deux milliards. L'homme d'affaires de 51 ans a prévu une enveloppe de cent millions pour passer les tours préliminaires de Ligue des Champions et tenter de remporter un vingtième titre, le dernier datant de 2014.