A la RTBF, on n'a pas de pétrole mais on a parfois encore un peu d'idées. A défaut de pouvoir s'offrir le soap sur la vie des Pfaff, notre chaîne publique a ainsi invité Zean-Marie aux Allumés. be, pour une émission qui aura sans doute rarement aussi bien porté son nom. Car allumé, Pfaff ne l'est pas que sur le plateau. C'est peut-être même encore en coulisses qu'il fait le plus rire, surtout de lui.
...

A la RTBF, on n'a pas de pétrole mais on a parfois encore un peu d'idées. A défaut de pouvoir s'offrir le soap sur la vie des Pfaff, notre chaîne publique a ainsi invité Zean-Marie aux Allumés. be, pour une émission qui aura sans doute rarement aussi bien porté son nom. Car allumé, Pfaff ne l'est pas que sur le plateau. C'est peut-être même encore en coulisses qu'il fait le plus rire, surtout de lui. Tout commence par le tournage d'une séquence chez lui, à Brasschaat, dans la banlieue anversoise, où il accueille toute l'équipe en leur offrant un verre prestigieux, gravé à son effigie. Pas question, toutefois, de filmer à l'intérieur, c'est une exclusivité VTM. Un petit caprice qui lui a tout de même valu de se faire offrir une nouvelle cuisine équipée, un nouveau salon et la couverture de sa piscine. Et question luxe de la bicoque, le téléspectateur qui a vu les émissions sur Scifo ou Preud'homme n'y a sans doute pas perdu au change. En tout cas, avec Jean-Marie, tout se monnaye. Et le roi de la pub grossière, c'est bien lui. Cela commence par ses cols de chemise, pour lesquels le service juridique de la RTBF a dû être consulté. "Pas de problème puisqu'il les porte tout le temps", répondit-on. Mais quand on lui demande quelle est sa boisson préférée, Jean-Marie, qui avait avoué en studio qu'il aimait le vin, change d'avis: Maes Pils! On n'oublie jamais les amis... En studio, pourtant, Jean-Marie est nettement moins à l'aise qu'au maquillage. Il faut dire que l'enregistrement de l'émission commence à 23 heures, juste après celle de JulieTaton. Là, on s'aperçoit qu'il ne comprend pas les questions et FrédéricDeBorsu doit jouer les interprètes, avec l'avocat de Jean-Marie. On n'est jamais trop prudent... Et ses réponses sont à la limite du compréhensible aussi. On se rassure en se disant que, même en flamand, c'est pareil! Et ça ne l'empêche pas de raconter deux anecdotes relatives à sa carrière. "Au Standard, on m'avait lancé du papier toilette. J'ai tout ramassé et ramené au vestiaire. Braems me prenait pour un fou mais c'était toujours ça que je ne devais pas acheter le lendemain. Et à Valence, on me lançait du jus d'orange - NDLA: il veut dire des oranges. Alors moi, je les mangeais pendant le match". A près de 50 ans ( VTM va organiser une grande fête pour l'occasion), Pfaff a bien dû montrer aussi que, physiquement, ce n'était plus tout à fait cela. Il a même été battu en cuistax par Miss Belgique. Roger Laboureur, invité en souvenir de leur vieille amitié de Mexico, a bien essayé de lui faire avouer son secret pour arrêter les penalties mais il n'y est pas arrivé. Et pour cause: hors antenne, Jean-Marie a reconnu qu'il n'y avait pas de secret. Allumé pour de bon, on vous le disait... (P.Sintzen)