Au terme d'une première saison irrégulière sous la houlette de Van den Brom, Anderlecht a déjà perdu 7 des 17 joueurs les plus fréquemment alignés dans la lutte pour le titre. Sur papier, le Sporting conserve une équipe compétitive mais son noyau est restreint. Plus que jamais, de jeunes talents dont on affirme qu'ils disposent des qualités nécessaires frappent à la porte mais ils ne peuvent réussir que s'ils sont suffisamment encadrés. Or, de ce point de vue, le champion accuse de lourdes pertes. Pour la première fois depuis des années, le noyau subit un profond remaniement.
...

Au terme d'une première saison irrégulière sous la houlette de Van den Brom, Anderlecht a déjà perdu 7 des 17 joueurs les plus fréquemment alignés dans la lutte pour le titre. Sur papier, le Sporting conserve une équipe compétitive mais son noyau est restreint. Plus que jamais, de jeunes talents dont on affirme qu'ils disposent des qualités nécessaires frappent à la porte mais ils ne peuvent réussir que s'ils sont suffisamment encadrés. Or, de ce point de vue, le champion accuse de lourdes pertes. Pour la première fois depuis des années, le noyau subit un profond remaniement. Proto est vraiment le pion le plus fiable de la formation mauve. Le gardien est devenu une personnalité, au point que la patience de Kaminski est déjà épuisée. Trois arrières latéraux ont cherché leur bonheur ailleurs : Safari, Wasilewski et Odoi mais Gillet et Deschacht apportent toujours leur métier le long de la ligne. Derrière eux, Vanden Borre et Lukaku piaffent d'impatience. L'un doit prouver qu'il est toujours un footballeur, l'autre doit se défaire d'une année de frustrations. Les défenseurs axiaux Kouyaté et Nuytinck sont doublés par deux joueurs encore verts, Heylen et Mbemba, tous deux brillants la saison passée en Next Gen Series. Le départ de Biglia laisse des sentiments mitigés. D'une part, il constitue une perte car l'équipe a joué sous ses ordres pendant des années et elle va devoir s'habituer à son absence. D'autre part, c'est une bénédiction car il permet au champion de développer un football plus rythmé et plus en profondeur. Anderlecht n'a pas levé l'option de De Zeeuw mais a finalement prolongé la location du Spartak Moscou. De Zeeuw connaît bien la position de Biglia mais il a un jeu plus direct. Entre la force tranquille de Kljestan et le meneur de jeu qu'est Praet, il doit courir, récupérer le ballon tout en ayant la latitude de marquer. Praet, lui, doit effectuer un nouveau pas dans son développement et devenir plus décisif dans la zone de vérité. L'international junior espagnol Vico, le seul véritable renfort jusqu'à présent, a raté la préparation à cause de l'EURO U19. Il est médian offensif, comme Vargas, toujours blessé. Tielemans pourrait devenir la sensation mauve de l'année. Produit du cru, il n'a que seize ans mais il est prêt pour l'élite. Il joue des deux pieds et peut occuper tous les postes de l'entrejeu. Quatre attaquants sont partis : Mbokani, De Sutter, Jovanovic et Iakovenko. Ils représentent un paquet de buts, d'assists, d'expérience, de places de titulaires et d'entrées au jeu décisives. Après une année d'inactivité, Cyriac est enfin prêt à effectuer ses grands débuts pour le Sporting. Suarez est déjà revenu prudemment en fin de saison, après une longue blessure. Reste à voir s'ils retrouveront leur niveau. Armenteros peut être considéré comme nouveau également, compte tenu du peu de minutes de jeu accumulées le dernier semestre. Si Suarez est préféré à Cyriac en pointe, il constituera une option à gauche. Indépendamment de ce trio, Van den Brom doit se rabattre sur les jeunes Acheampong, Najar et Alvarez. Après le titre, le Sporting a envoyé des signaux contradictoires : le président Vanden Stock a parlé d'une année de transition, ce dont Van den Brom n'a pas voulu entendre parler. Une chose est certaine : le noyau n'est pas assez étoffé pour être à nouveau le candidat numéro un au titre. Malgré le sacre et un joli parcours en Ligue des Champions, Anderlecht a dû s'incliner face au refus des joueurs qu'il convoitait le plus, l'Espagnol Jonathan Dos Santos et Thorgan Hazard, qui devaient respectivement reprendre le rôle de Biglia et celui de Jovanovic. Il est certain que le noyau subira encore des changements d'ici le 31 août et pas seulement dans le sens des arrivées car Kouyaté manifeste clairement son désir de partir. PAR JAN HAUSPIE