On a la nette impression que le cyclisme ne tire jamais de leçons de ses erreurs et que l'histoire repasse les plats à l'infini. Le dernier scandale de dopage qui a éclaté en Espagne suscite colère et stupéfaction. Pour la énième fois, on émet le v£u que l'écurie soit vraiment nettoyée, cette fois, mais c'est une illusion. Le cyclisme ne cesse de courir derrière les faits, sans courage, sans puissance, sans être apte à anticiper les signaux émis. Il y a deux ans, quand le coureur ibérique Jesus Manzano avait tiré la sonnette d'alarme en expliquant avec force détails comment l'EPO avait fait son entrée dans le peloton, il a été muselé. Même le président de la fédération espagnole de cyclisme l'avait démoli. Pourtant, les rumeurs quant aux manipulation...

On a la nette impression que le cyclisme ne tire jamais de leçons de ses erreurs et que l'histoire repasse les plats à l'infini. Le dernier scandale de dopage qui a éclaté en Espagne suscite colère et stupéfaction. Pour la énième fois, on émet le v£u que l'écurie soit vraiment nettoyée, cette fois, mais c'est une illusion. Le cyclisme ne cesse de courir derrière les faits, sans courage, sans puissance, sans être apte à anticiper les signaux émis. Il y a deux ans, quand le coureur ibérique Jesus Manzano avait tiré la sonnette d'alarme en expliquant avec force détails comment l'EPO avait fait son entrée dans le peloton, il a été muselé. Même le président de la fédération espagnole de cyclisme l'avait démoli. Pourtant, les rumeurs quant aux manipulations des formations espagnoles ne manquaient pas. La nouvelle affaire qui éclate juste avant le Tour de France n'est pas vraiment une surprise. Les cyclistes vont de plus en plus loin dans leur quête de performances, poussés dans leur fuite en avant par l'argent et un irrationalisme plus marqué que jamais. Des scientifiques comme le Professeur FransDelbeke sont convaincus que bientôt, le dopage génétique sera une réalité. En cyclisme, il s'agit d'avoir toujours un temps d'avance sur les contrôles. Le dopage sanguin, déjà utilisé dans les années 70, est une arme meurtrière et l'Américain Tyler Hamilton a été le premier à la remettre à la mode il y a deux ans. Il fallait repousser les limites, puisque l'EPO était de mieux en mieux décelé. Ce qui est étonnant, c'est l'échelle à laquelle cela se produit et surtout qu'autour du docteur EufemianoFuentes, un gynécologue de formation, arrêté en Espagne car soupçonné d'être au c£ur d'un système de dopage sanguin dans lequel on trouve tout un réseau de médecins, forcément impliqués. Cela démontre que la société sportive a complètement déraillé, même si le nombre d'utilisateurs ne forme qu'une minorité. Au moment de la clôture de ce dossier, on ignorait encore l'impact réel de cette affaire sur le Tour de France. Le nouveau directeur, Christian Prudhomme, a été dur, expliquant qu'il n'avait pas besoin d'attendre avant d'exclure certaines formations du Tour de France. Effectivement, un geste fort est indispensable pour conserver sa crédibilité au cyclisme et ne pas rebuter les sponsors. Le plus frustrant de toutes ces histoires de dopage, c'est qu'on peut difficilement évaluer les performances à leur juste valeur. On pose des questions qui n'ont pas de réponse. Comment est-il possible que l'Espagnol José Enrique Gutierrez, mis maintenant sur une voie de garage, ait terminé deuxième du Tour d'Italie alors qu'il n'avait encore jamais achevé un grand tour parmi les 25 premiers jusque-là ? Et pourquoi Alexandre Vinokourov disait-il, lors de son transfert à Liberty Seguros, qu'il allait progresser grâce au directeur sportif Manolo Saiz, arrêté, relâché puis démissionnaire ? Et que penser de l'explosion de puissance d' IvanBasso au Giro ? Il a creusé des écarts historiques alors qu'il y a un an, on se posait des questions, après qu'il avait craqué dans deux étapes de montagne ? Le fait que sa progression sportive soit plutôt logique n'enlève pas certains doutes. Le cyclisme sort chaque fois la tête de l'eau grâce à son aura d'héroïsme et de drame. Il n'en ira pas autrement pendant le prochain Tour de France. Le public sera présent en masse sur les 3.639 kilomètres que le peloton empruntera de Strasbourg à Paris en passant par la Belgique. Il faut entretenir cette popularité. Il aurait fallu procéder à un examen de conscience approfondi bien avant ce nouveau scandale. Même s'il est magnifique d'entendre Tom Boonen appeler à la lutte contre le dopage en espèce de chevalier blanc... Mais il y a déjà eu de telles déclarations dans le passé et cela n'a pas empêché la vie du peloton de reprendre son cours normal jusqu'au scandale suivant. JACQUES SYS