Malines a vécu une saison unique à tous points de vue. Favori de la D1B, il a loupé son départ, ce qui a coûté son poste à Van Wijk. Il a ensuite opéré une belle remontée sous la direction de Vrancken avant que l'Opération Mains Propres ne plonge le club dans le chaos en automne. Malgré tous ces contrecoups ou peut-être grâce à eux, le noyau a donné le meilleur de lui-même. Il a enlevé la première tranche puis a gagné la finale contre le Beerschot et la Coupe face à Gand. Ce groupe ne manque pas de force mentale, à l'image de son entraîneur, qui était déjà réputé pour sa rage de vaincre quand il jouait.
...