Pas d'avant-après pour Belgique-France, je vous rappelle ne pratiquer la chose qu'en compétition ! Mais puisque j'ai eu le courage de me rendre à Bruxelles pour ce match, j'en papoterai via la formule des impressions en vrac : pour vous refourguer un maximum de mes notes de mercredi dernier !
...

Pas d'avant-après pour Belgique-France, je vous rappelle ne pratiquer la chose qu'en compétition ! Mais puisque j'ai eu le courage de me rendre à Bruxelles pour ce match, j'en papoterai via la formule des impressions en vrac : pour vous refourguer un maximum de mes notes de mercredi dernier ! " Qu'un sang impur abreuve nos sillons ! ", ont chanté les supporters des Coqs. J'ai eu peur que ça fasse du dégât même en amical, il aurait suffi qu'un Diable voit rouge et bougonne " Tu vas voir s'il est impur, mon sang ! ", et ça pouvait dégénérer ! C'eût été ridicule, d'autant qu' Aimé Anthuenis avait introduit du sang neuf. Guéguerre communautaire, suite : il paraît que la presse flamande n'apprécie pas trop la sélection de RobertoBisconti. C'est la monnaie de notre pièce, nous avons persiflé kif-kif du temps où Long Couteau reprenait Chris Janssens. -Je ressens une certaine culpabilité quand une Ola passe par la tribune de presse et que personne ne s'y lève en levant les bras, moi pas plus que les autres : comme si la gent journalistique s'affichait " trouble-fête "... Si l'arbitre avait rajouté un fifrelin de moins en première mi-temps. Si VincentKompany avait eu le fifrelin de plus pour empêcher la seule zidanerie du match digne de ce nom. Si le ballon s'était montré un fifrelin sympa une des deux fois où nous avons frappé le cadre. Trois fifrelins qui auraient inversé le score : et le footeux belge, au lieu de conclure en concédant -Faut bien admettre, y'a pas photo... , l'aurait fait en s'enthousiasmant qu'on ait fait un tout gros match ! PeterVan der Heyden devant JelleVan Damme, c'est un peu comme si on avait jadis vu JeanThissen devant LéoDolmans. Les plus anciens comprendront. J'ai caillé à mort, j'aurais dû mettre un pull. S'ils nous ont battu 0-2 en jouant paraît-il au petit trot tandis que nous tentions de tout donner, qu'eût été le score s'ils avaient joué au grand galop ? Et relisez mon titre, leur sextuor défensif ne mettait pas le pied avec le dos de la cuiller : question de nous dire - On veut bien ne pas vous ridiculiser avec le ballon, mais ne venez pas nous emmerder quand on vous le laisse !61e, JérômeRothen remplace PatrickVieira et c'est un peu vexant : ne restait qu'un seul milieu défensif devant le quatre arrière et la France ne se permet pas souvent pareille frivolité. Avis général : WalterBaseggio a mal joué. C'est faux, Baseggio a joué comme Baseggio : prépondérant quand son équipe est plus forte que celle d'en face quant à la circulation rapide du ballon, handicapant quand c'est l'inverse. Le seul truc à lui reprocher par rapport à ses capacités, c'est de ne pas fraiser systématiquement quand il en à l'occasion à 20 mètres et dans l'axe. Je rappelle au mec qui m'a croisé en rigolant et en m'appelant Marcel que, dans l'histoire, mon Marcel a 64 piges. Je n'en suis pas encore là. Aucun des gardiens n'a eu à se mettre en évidence. Et si ç'avait été un match mystérieux avec 22 acteurs inconnus, nous serions-nous extasiés sur la force tranquille des Bleus plutôt que des Rouges ? Aurions-nous tiré du lot le n°10 bleu ? Si nos souvenirs n'avaient pas enrobé les faits stricts, aurions-nous aimé le match ? A débattre en buvette. Bienvenue à ThomasChatelle, Bisconti, LuigiPieroni, trois nouveaux capés pour à peine un quart d'heure de jeu à eux trois : il n'y a pas que les penalties qui sont cadeaux, ni que les naturalisations qui sont de complaisance. " Et y' sont où les Diables Rouges ?", a scandé le kop français en fin de match, alors qu'il aurait pu s'en passer. Un ricanement de victoire est forcément plus débile qu'un ricanement de déconvenue, je profite d'un match international pour le dire : car si j'étais parti d'un exemple belge, j'aurais croulé sous les accusations de déstabilisation... Chapeau à Nico Ribaudo, 47 ans et notre secrétaire de rédaction, qui m'a appris qu'il jouait encore en vétérans. Avec notamment un pote qui trouve que, quand je dis que le spectacle des coups de coins est laid comme la mort, je raconte des conneries. J'espère n'en avoir pas trop dites aujourd'hui. par Bernard Jeunejean" J'AI CAILLé à MORT, j'aurais dû mettre un pull "