En décembre, avant le match contre Gand, selon la rumeur, Stijn Stijnen (29 ans) n'est pas vraiment blessé mais écarté suite à de pâles prestations. Quelques heures plus tard, il envoie une photo de son genou. Typique. Quand il a l'impression qu'on le critique injustement, il réagit toujours illico. Sur le terrain comme dans ses interviews, il réagit toujours sous les rushes d'adrénaline.
...

En décembre, avant le match contre Gand, selon la rumeur, Stijn Stijnen (29 ans) n'est pas vraiment blessé mais écarté suite à de pâles prestations. Quelques heures plus tard, il envoie une photo de son genou. Typique. Quand il a l'impression qu'on le critique injustement, il réagit toujours illico. Sur le terrain comme dans ses interviews, il réagit toujours sous les rushes d'adrénaline. Quand BertrandCrasson remet un jour en question son statut d'international, rappelant l'amitié qui lie son père au sélectionneur René Vandereycken, Stijnen éclate. Idem dans un clash avec Podolski. Ou quand il annonce à la presse qu'il va envoyer Cristiano Ronaldo dans les tribunes... Ses collègues le boudent à l'élection du Gardien de l'Année et il en remet une couche en déconseillant à Joseph Akpala de chanter au Soulier d'Or... et à Glen Verbauwhede de répondre aux interviewes, pour se concentrer sur le seul football. Quand on lui dit de se mêler de ses affaires, il se cabre. Le 5 octobre 2009, il claque la porte de l'équipe nationale, estimant que Dick Advocaat, influencé par le clan Timmy Simons, le juge trop vite. La saison dernière, le Club vient de lui offrir un contrat de cinq ans, lui permettant de ne pas s'exiler à Kazan pour assurer son avenir. Mais tout commence mal. D'abord, il perd le brassard, suite à un incident à Gand où il s'en prend à Ivan De Witte. Malgré une actualité chargée, il fait la une pendant trois jours... Après une réflexion de cinq semaines, il se tient à l'écart de la presse,... suivant le conseil donné à Verbauwhede. Cela ne l'empêche pas de continuer à remplir son rôle dans le vestiaire : il a ainsi volé à la rescousse de Dorege Kouemaha, critiqué sur base de rumeurs. Mais il soutient aussi Luc Devroe ou Pol Jonckheere, lorsqu'ils furent attaqués. Le vent tourne pour lui. Il est critiqué de toutes parts, dans la tribune, lors des soirées de supporters. Le peuple n'aime plus son héros. L'entraîneur et la nouvelle direction non plus : un autre climat de professionnalisme s'installe, tout le monde est remis en question. Blessé, Stijnen ne peut se défendre sur le terrain. Il répond par des courriels anonymes, remplis de louanges à son égard, attaquant ses concurrents, Geert De Vlieger et Colin Coosemans (" Ils n'ont pas le niveau, c'est chou vert et vert chou, ces deux-là ") et incitant les supporters à déployer des banderoles contre la nouvelle direction et Coosemans. Le Club a remonté la trace des courriels : il s'agit des adresses de Stijn et de son frère Steven, lequel s'accuse, sa compagne Veerle fait de même... Dimanche, un huissier attend Stijnen pour lui interdire l'accès au vestiaire, dont ses affaires ont déjà été enlevées. Le Club publie un communiqué, justifiant cette mesure par une atteinte répétée à l'image du Club, un comportement peu professionnel répété et le non-respect de ses engagements contractuels. Grillé à Bruges et en Belgique ? PETER T'KINT Stijnen éclate quand Crasson remet en question son statut d'international, rappelant l'amitié qui lie son père à Vandereycken.