En 2011, l'équipe de Belga Sport réalise un documentaire sur la Coupe du Monde 2002. Marc Wilmots, le coach actuel des Diables Rouges, y revient sur le match tant contesté face au Brésil et son but de la tête injustement annulé pour une prétendue poussée sur Roque Junior. " Je ne le touche même pas. Je place ma tête et j'entends un coup de sifflet. Au début, je me dis que c'e...

En 2011, l'équipe de Belga Sport réalise un documentaire sur la Coupe du Monde 2002. Marc Wilmots, le coach actuel des Diables Rouges, y revient sur le match tant contesté face au Brésil et son but de la tête injustement annulé pour une prétendue poussée sur Roque Junior. " Je ne le touche même pas. Je place ma tête et j'entends un coup de sifflet. Au début, je me dis que c'est l'assistant qui a signalé un hors-jeu. Mais tout va très vite. Marcos, le gardien brésilien, se saisit du ballon et le remet en jeu, si bien que nous n'avons pas le temps de réagir. Aujourd'hui encore, quand je repense à cette phase, je deviens fou ( il se tait un instant). Je réalise que je ne pouvais pas marquer. A ce moment-là, j'ai compris que c'était foutu, que nous serions éliminés. " Qu'en dit Peter Prendergast ? Nous avons tenté de le joindre mais nos e-mails sont restés sans réponse. Depuis ce match, le Jamaïcain n'a pratiquement jamais parlé aux médias. La seule interview que l'on puisse trouver de lui a été publiée par Humo le 25 juin 2002. " La faute a été commise juste avant le coup de tête ", affirmait- il à l'époque. " Wilmots a clairement poussé Roque Junior dans le dos. Je n'ai pas hésité une seconde et si vous regardez les images, vous entendrez que je siffle avant que le ballon n'entre dans le but. D'ailleurs, n'avez-vous pas remarqué qu'aucun joueur belge n'a réagi au moment où j'ai annulé le but ? J'ai joué au football et je sais qu'un joueur qui est sanctionné de façon injuste s'énerve. Mieux : après le match, tous les joueurs belges sont venus me féliciter. Moi et mes assistants. Je n'avais jamais vu cela. Pour moi, c'est même le point culminant de ma carrière. La FIFA a également établi un rapport positif de ce match. Puis, on raconte ce genre de choses... " En guise de conclusion, Prendergast fait encore l'éloge des Belges. " Ils m'ont impressionné ", dit-il encore dans Humo. " Il n'y avait qu'un domaine où ils étaient plus faibles que les Brésiliens : la concrétisation. A un certain moment, ils ont même dominé. S'ils avaient concrétisé quelques-unes de leurs nombreuses occasions, ils auraient gagné et l'auraient mérité. "