NOTRE BOUILLIE

Peter Olayinka (22) : " Mes parents n'avaient pas les moyens de nous acheter un ballon ni des chaussures de football. Nous jouions donc pieds nus, sur le sable, car il n'y a pas d'herbe à Ibadan. Quand nous ne trouvions pas de ballon dans les environs, mes copains et moi en confectionnions un avec du cuir. Quand quelqu'un avait un ballon, nous le suppliions de jouer avec nous.
...