Tactique et vision

Evolue la plupart du temps en 4-4-2. Fait comprendre à ses joueurs que c'est à eux de donner le ton. Ne veut pas d'attitude attentiste. Les motive en leur demandant d'aller de l'avant en possession de balle, en prenant certains risques. Son grand défi consiste à allier cette attitude au rendement. Déteste jouer pour le résultat mais admet que c'est parfois la meilleure façon de prendre des points.
...

Evolue la plupart du temps en 4-4-2. Fait comprendre à ses joueurs que c'est à eux de donner le ton. Ne veut pas d'attitude attentiste. Les motive en leur demandant d'aller de l'avant en possession de balle, en prenant certains risques. Son grand défi consiste à allier cette attitude au rendement. Déteste jouer pour le résultat mais admet que c'est parfois la meilleure façon de prendre des points. En match, porte presque toujours un polo ou une chemise sans col. Se retrousse les manches et se concentre sur le match. Jan Boskamp, qui coache lui aussi de façon spontanée, enthousiaste, ouverte, avec les tripes. Parle beaucoup. Très émotif. N'emploie pas la langue de bois et peut parfois se montrer très dur. Accorde beaucoup d'importance au positionnement et très peu de libertés. C'est parfois fatigant. Est convaincu qu'il tire le meilleur de chaque joueur en se montrant strict mais cela fait en sorte qu'avec un entraîneur moins présent, ceux-ci se sentent parfois perdus. Va courir de temps en temps mais pas chaque semaine. En dehors du terrain, se montre très ouvert. Est convaincu que sa vision est la bonne mais n'est pas arrogant. Très peu, hormis son jardin. Très turbulent, presque toujours debout dans le coin de sa zone. Crie pour diriger son équipe. Etonnant qu'il n'ait pas plus de problèmes de gorge. Ne fait pas de théâtre, il est comme cela. Pour lui, il faut tout corriger immédiatement. Est capable de péter les plombs comme contre Charleroi... Sans fioritures et honnêtes. A le courage de reconnaître les mérites de l'adversaire. Pendant le championnat, va s'acheter son hareng d'avant match au marché de Lommel, par superstition. Pour les grands matches, en achète pour tout son staff. Les joueurs rigolent de son peu de connaissances de l'anglais et du français. Il lui arrive aussi souvent d'estropier le nom des joueurs adverses. Plein de tempérament, direct, entreprenant, bien dans ses baskets et convaincu qu'il faut forcer le destin plutôt que le subir. " Personne ne progresse avec des tapes sur l'épaule et des mots doux ". Marié à Nele Denteneer, femme au foyer. Père de Charlotte (16) et An-Sofie (14). Habite à Lommel, près d'un bois. Possède un lapin qui reçoit parfois la compagnie d'écureuils attirés par son noisetier.