" Qui gagnera le deuxième Trophée Raymond Goethals décerné au meilleur entraîneur belge ? Le verdict tombera le 10 décembre et je l'attends avec impatience. Avec Pierre Sinibaldi, Goethals est le coach qui a eu le plus gros impact sur ma carrière de joueur. A Lille, où je suis " scout ", on me parle encore du Sorcier, décédé le 6 décembre 2004, à 84 ans. Plus au sud, les Marseillais vouent toujours une admiration sans borne à celui qui a joué un grand rôle dans le succès de l'OM en finale de la Ligue des Champions en 1993. J'ai côtoyé " Columbo " du...

" Qui gagnera le deuxième Trophée Raymond Goethals décerné au meilleur entraîneur belge ? Le verdict tombera le 10 décembre et je l'attends avec impatience. Avec Pierre Sinibaldi, Goethals est le coach qui a eu le plus gros impact sur ma carrière de joueur. A Lille, où je suis " scout ", on me parle encore du Sorcier, décédé le 6 décembre 2004, à 84 ans. Plus au sud, les Marseillais vouent toujours une admiration sans borne à celui qui a joué un grand rôle dans le succès de l'OM en finale de la Ligue des Champions en 1993. J'ai côtoyé " Columbo " durant des années en équipe nationale où, en 1968, il a pris la succession du sélectionneur Constant Vanden Stock, lassé par les critiques de la presse après un match contre l'URSS. Premier entraîneur-sélectionneur de l'histoire des Diables Rouges, Goethals était hors norme dans l'exploitation de son effectif, l'analyse de l'adversaire et la lecture d'un match. Un tissu défensif serré, le hors-jeu, la contre-attaque, la motivation : tout cela n'avait aucun secret pour ce stratège qui, par contre, laissait le travail d'entretien de la condition physique à ses adjoints. Turbulent au bord du terrain, Raymundo s'est parfois assis sur le banc du coach adverse en plein match, comme ce fut le cas en Italie. Le coach adverse, Ferruccio Valcareggi, n'en crut pas ses yeux. Notre phénomène constata son erreur en... découvrant son soigneur, Fernand Beeckman,dans le 'dug out' adverse. Une autre fois, toujours contre l'Italie, notre fumeur de Belga monta sur terrain car l'arbitre ne lui avait pas permis de remplacer Maurice Martens, blessé à un quart d'heure de la fin du match. Comme il était hors de lui, deux carabiniers l'enfermèrent dans un vestiaire pour que les deux équipes puissent terminer la rencontre. Goethals trouva le truc pour être libéré avant le coup de sifflet final : il donna des pin's de l'Union Belge à ses geôliers. Grand amateur de jeu de cartes, surtout la belote, il sortait souvent ses atouts au bon moment, s'en prenait avec passion aux joueurs aux arbitres, etc. Les noms, il s'en moquait comme quand il lança un jour à Eric Cantona, star de l' OM : - Tu ne veux pas prendre place sur le banc ? Assieds-toi à côté alors. Eric Gerets a remporté le premier Trophée Goethals mis sur pied par AlainRonse du Laatste Nieuws. Peter Maes me rappelle Raymond car, comme lui, c'est un passionné qui bonifie ses joueurs. C'est mon favori pour cette élection (le jury est essentiellement composé d'anciens coaches fédéraux) mais Marc Wilmots pourrait aussi l'emporter. Cette élection fera aussi plaisir aux amis de Raymond qui adoraient taper simplement le carton en toute simplicité avec lui au " Léo Pétanque ", à l'ombre de l'Atomium : ils ne l'oublieront jamais. " PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE BILIC