Alors que la France s'est promenée en match amical à Schalke face à l'Allemagne (0-3), Marseille est préoccupé par les nouveaux soucis de l'OM. Essoré par Lyon (1-4), le club de Daniel Van Buyten traverse une grosse crise de confiance après avoir suscité de gros espoirs. Son entraîneur, Alain Perrin, pourrait en faire tôt ou tard les frais. Sa poigne était appréciée la saison passée. Son ancien atout est progressivement devenu son handicap. Son discours n'a plus beaucoup d'impact aup...

Alors que la France s'est promenée en match amical à Schalke face à l'Allemagne (0-3), Marseille est préoccupé par les nouveaux soucis de l'OM. Essoré par Lyon (1-4), le club de Daniel Van Buyten traverse une grosse crise de confiance après avoir suscité de gros espoirs. Son entraîneur, Alain Perrin, pourrait en faire tôt ou tard les frais. Sa poigne était appréciée la saison passée. Son ancien atout est progressivement devenu son handicap. Son discours n'a plus beaucoup d'impact auprès des joueurs. Il s'avère que le maître marseillais accepte les lauriers mais repousse sans cesse les critiques vers le groupe des joueurs. Ce fut le cas après le voyage de Ligue des Champions au Real Madrid. Ce soir-là, Alain Perrin changea son concept tactique habituel. Au repos, il en revint à ses principes de base. Perrin avait autant perdu ce match que les joueurs mais il mit tout sur le dos de ces derniers. Ceux-ci n'apprécièrent pas. Vedran Runje en parla à visière découverte. Cela lui coûta cher car la direction de l'OM ne tarda pas à parler d'un certain Fabien Barthez. On sait ce qu'il en advint mais, surpris par le traitement réservé au gardien de but, le groupe se crispa. Chacun craint que la même chose lui soit réservée. Dès lors, la mécanique se brisa. Alain Perrin se retrouve face au problème qui était déjà le sien à Troyes. Dictateur, il veut tout contrôler et est souvent très cassant. Beaucoup de joueurs de Troyes n'aimaient pas ses méthodes et il en est désormais de même à Marseille. Le public s'énerve car il n'a pas apprécié cette chute de tension après avoir approché les étoiles. A la décharge d'Alain Perrin, le groupe manque de leaders depuis le départ de Franck Leb£uf. Daniel Van Buyten et Fabio Celestini devaient se transformer en chefs de file capables de secouer les autres par temps de grands vents. Ce n'est pas encore le cas. La seule grande gueule, c'est Vedran Runje. Mais Alain Perrin ne l'aime pas et a tenté de lui couper les griffes. VIKASH DHORASOO, de Lyon, est cité au PSG mais le joueur n'est pas au courant de certains contacts et n'a pas envie de partir lors du mercato d'hiver. LASZLO BOLONI n'est pas inquiété pour le moment à Rennes mais le nom d' Elie Baup y circule avec de plus en plus d'insistance. NANTES a prolongé de deux ans le contrat de son attaquant Hassan Ahamada. CYRIL ROOL, de Lens, n'a pas participé au stage de son équipe au Touquet : il a été écarté pour raisons disciplinaires. BUTEURS : 1. Cisse (Auxerre) 9 buts ; 2. Manchev (Lille) 8 ; 3. Drogba (Marseille), Giuly (Monaco), Bamogo (Montpellier), Niang (Strasbourg), Juninho (Lyon) 7.(P. Bilic)