Eliminé de la Coupe, le GBA de Franky Van der Elst n'a plus grand-chose à espérer. Une sixième place, peut-être? "C'est notre maximum. Je préférerais toutefois atteindre une fois la finale de la Coupe avec ce club. Il est chouette, convivial. Nous gagnons souvent à domicile. L'ambiance est bonne après le match. J'aime boire tranquillement une bière, m'amuser au hall of fame. Je me plais beaucoup au Germinal Beerschot. Nous effectuons du bon travail, compte tenu de nos limites budgétaires. Nous attirons des jeunes car ils reçoivent leur chance chez nous. Le GBA a des noms, puisqu'à part moi, Simon Tahamata et Willy Wellens travaillent ici et que Marc Degryse joue toujours.
...

Eliminé de la Coupe, le GBA de Franky Van der Elst n'a plus grand-chose à espérer. Une sixième place, peut-être? "C'est notre maximum. Je préférerais toutefois atteindre une fois la finale de la Coupe avec ce club. Il est chouette, convivial. Nous gagnons souvent à domicile. L'ambiance est bonne après le match. J'aime boire tranquillement une bière, m'amuser au hall of fame. Je me plais beaucoup au Germinal Beerschot. Nous effectuons du bon travail, compte tenu de nos limites budgétaires. Nous attirons des jeunes car ils reçoivent leur chance chez nous. Le GBA a des noms, puisqu'à part moi, Simon Tahamata et Willy Wellens travaillent ici et que Marc Degryse joue toujours. Vous allez sans doute perdre des joueurs importants, comme Degryse, Beloufa et peut-être Kpaka.C'est vrai, pour conserver notre attrait auprès des jeunes, nous devons avoir une équipe. Ce n'est pas facile. Sauf si l'Ajax mettait des joueurs à votre disposition. Ils seront très jeunes mais qu'importe. J'ai en tête une série de noms dont j'aurais l'usage. Des joueurs qui ne sont pas repris et qui ne peuvent donc progresser. Encore faut-il que l'Ajax et les joueurs le veuillent. Toutefois, le contrat des éléments qu'il enrôle maintenant stipule qu'il est possible qu'ils jouent un an à Haarlem ou au GBA.De votre noyau actuel, qui l'Ajax pourrait-il recruter un jour?Monteyne, Van Damme, Bodor, ou, qui sait, Tim Reigel. Ce n'est qu'un début. L'Ajax nous laisse une liberté totale mais nous pratiquons un jeu offensif, de bonnes combinaisons qui partent d'une solide organisation, sans trop de longs ballons. Chercher l'homme le plus en profondeur et jouer en fonction de lui. Ça n'a rien à voir avec le nombre d'attaquants. Je dispose de bons techniciens avec lesquels il est possible de bien jouer.En taille, la plus petite équipe belgeVous n'aimez pas le pressing?Si mais nous le pratiquons peu car je n'ai pas les joueurs qui conviennent. Je ne plaide pas en faveur de grands gabarits mais il faut quand même une certraine stature pour atteindre le top. Or, nous sommes la plus petite équipe de Belgique. Pour être compétitifs toute une saison, nous devrions enrôler des joueurs très complets. Nous n'en avons pas les moyens. Il faut sans cesse répéter les mêmes choses à certains: -Tu es mal placé, tu bouges mal... C'est la tâche d'un entraîneur mais elle est plus difficile dans un concept moins fixe que celui du Club Brugeois, par exemple. Mais quand vous passez le championnat en revue et que vous voyez des joueurs commettre les mêmes erreurs qu'il y a cinq ans, quelle est la conclusion? Que ça manque de qualité. Et l'expérience est chère. Nous ne pouvions plus payer le contrat de Cisse Severeyns et de Manu Karagiannis. Ils ont sous-entendu que vous n'étiez pas honnête.Je veux gagner. Passer la trentaine, on se comporte différemment avec un entraîneur. Je les ai corrigés quand je le devais, ce qui a peut-être suscité des tensions. Je le répète: je n'avais rien contre eux, comme hommes ou comme joueurs.Il ne faut pas espérer se faire des amis en entraînant?Au contraire, on les perd. Un entraîneur peut décevoir des amis ou des footballeurs avec lesquels il a lui-même joué, comme ce fut mon cas avec Stéphane Van Der Heyden. Je le regrette mais j'étais obligé de le mettre en Réserve. Je savais en signant que ce genre de situations se présenterait...Longtemps, vous avez refusé de devenir entraîneur.C'est un fameux changement: quitter un groupe dont vous faites partie depuis 15 ans, émigrer à Anvers et d'un coup, vous vous retrouvez devant un groupe...Pourquoi vous êtes-vous finalement décidé?Que faire après 20 ans? On vous demande comme entraîneur, vous entrez en contact, vous signez. J'avais six semaines de vacances avant de commencer. Elles n'ont pas été les plus tranquilles de ma vie. Le pire a été la reprise des entraînements, le 1er juillet. La direction m'a présenté au groupe et j'ai dû prendre la parole. Mes lèvres tremblaient mais sur le terrain, tout s'est bien passé.A la télé, il agace WaseigeVous êtes analyste de VTM pour les matches de l'équipe nationale. Vous avez déjà agacé le sélectionneur? Il semble que oui. Bien que j'aie été prudent dans mes commentaires lors de Belgique-Tchéquie, il était fâché sur moi. J'ai dit, mot pour mot: -A dix minutes de la fin, à 11 contre dix, nous aurions peut-être pu aligner trois attaquants. Mais je pouvais comprendre que le sélectionneur préfère ne pas encaisser de but. Je m'étais exprimé avec respect envers la vision d'un collègue. J'estime qu'on doit pouvoir émettre une critique mais contrairement aux Néerlandais, nous n'y sommes pas habitués. Qui est le meilleur analyste belge?Franky Vercauteren. Il est d'un naturel très critique mais il dit des choses intéressantes. Sauf que... Si un homme en dribble quatre avant de tirer dans la lucarne, je dirai: -Quel but fantastique. Frank dira d'abord: -On ne peut pas dribbler quatre joueurs.(Il rit)Vous espérez entraîner un jour Bruges.Evidemment, mais je n'en suis qu'à ma troisième saison. Ça doit être chouette d'être dans un grand club car perdre fait horriblement mal. On ne s'y habitue pas. C'est pire pour un entraîneur. Je culpabilise. Je me sens plus seul qu'avant. J'ai l'impression que mes rapports avec les autres changent. Peut-être parce que je me renferme. A la fin de la saison passée, nous avons été battus 3-0 par Genk. Le lendemain, j'ai accompagné ma femme chez sa soeur. J'étais présent mais je ne pipais mot. Je pensais au football. Un entraîneur peut effectuer des changements en cours de match mais encore faut-il que les joueurs appliquent les consignes. Perdre me rend malade. Parce que j'ai souvent gagné durant ma carrière de joueur? Sans doute.Le GBA regrette son contrat de quatre ansSavourez-vous autant les victoires que quand vous jouiez?Non. Je suis satisfait, sans plus. La première saison, nous avons battu le Club mais je suis encore plus content si nous avons bien joué par-dessus le marché. Là, le mérite en revient aux joueurs.Etiez-vous plus agréable à la maison quand vous étiez joueur?C'est pareil, sauf que maintenant, je me tais! Je ne suis pas difficile.Etiez-vous plus heureux comme joueur?Absolument: jouer soi-même est tellement mieux.A l'époque où les fondateurs du GBA croyaient encore au Père Noël, vous avez signé un plantureux contrat de quatre ans avec option. Ils me le reprochent aujourd'hui! D'aileurs, c'est quoi, un bon contrat, en Belgique? Je ne sais pas. J'ai joué 15 ans à Bruges mais je n'ai pas la moindre idée de ce que les entraîneurs y gagnent.Quelles sont vos relations avec la direction de Bruges? L'affaire de l'argent des pensions a-t-elle laissé des traces?Je suis content que ce soit fini mais elle a été laxiste. Elle ne doit pas m'en vouloir d'avoir été embêtant: un huissier s'est présenté à ma porte!Vous êtes toujours le bienvenu.Le contraire serait dommage. Si le GBA ne peut pas être champion, je souhaite que ce soit Bruges. J'y ai joué, ma fille y va toutes les semaines, mon père vient au GBA le samedi et retourne au Club le dimanche...Christian Vandenabeele