Villarreal crache le feu en D2 espagnole. Cette équipe, qui a basculé un peu par accident en fin de saison dernière, naviguait aux alentours de la dixième place à la fin du mois de janvier. Entre-temps, elle n'a plus perdu un match. " Entre-temps ", ça veut dire depuis l'arrivée de JérémyPerbet, prêté jusqu'en fin de championnat. Le Français y fait ce qu'il faisait à Mons : marquer beaucoup de buts - il tient à peu de choses près la même moyenne que chez nous. " Quand j'ai signé, nous étions à 11 points de la deuxième place, synonyme de montée directe. Aujourd'hui, nous nous battons pour terminer dans les deux premiers. "
...

Villarreal crache le feu en D2 espagnole. Cette équipe, qui a basculé un peu par accident en fin de saison dernière, naviguait aux alentours de la dixième place à la fin du mois de janvier. Entre-temps, elle n'a plus perdu un match. " Entre-temps ", ça veut dire depuis l'arrivée de JérémyPerbet, prêté jusqu'en fin de championnat. Le Français y fait ce qu'il faisait à Mons : marquer beaucoup de buts - il tient à peu de choses près la même moyenne que chez nous. " Quand j'ai signé, nous étions à 11 points de la deuxième place, synonyme de montée directe. Aujourd'hui, nous nous battons pour terminer dans les deux premiers. " Si Villarreal ne monte pas directement, il y aura un repêchage via un tour final opposant les équipes qui termineront entre la troisième et la sixième places. Perbet a découvert un autre monde. " Je me suis fait directement apprécier par le public en scorant deux fois dès le premier match à domicile. Mais ici, rien n'est jamais acquis. Il m'est arrivé d'être sur le banc une semaine après avoir été bon et buteur... Je peux comprendre : il y a dans le noyau pas mal de joueurs qui ont un beau parcours en Liga et certains ont connu la Ligue des Champions. Tout va à du 100 à l'heure ! A l'entraînement, c'est fou, parfois plus dur qu'en match. Et, c'est clair, j'ai vraiment envie de prolonger l'expérience. On parlait du tour final quand je suis arrivé, on se met maintenant en tête que la montée directe est possible, ça donne envie. En plus, je voudrais me poser. J'en suis à mon neuvième club en dix ans, ça ferait du bien... " Quid de l'aspect financier de l'opération ? En cas de montée, Villarreal dispose d'une option d'achat pour un montant déterminé dès janvier. Si le club reste en D2 et souhaite garder Jérémy Perbet, sa direction devra se remettre à table avec les patrons de Mons. Le buteur gagne déjà bien sa vie : son salaire - entièrement pris en charge par les Espagnols - est plus élevé que ce qu'il touchait au Tondreau. S'il joue la saison prochaine en D1 avec Villarreal, il touchera une paie " comparable à ce qu'offrent les plus grands clubs belges ", affirme AlainLommers, le directeur général de l'Albert. Qui ne cache pas son souhait : un transfert définitif pour son joueur qui est sous contrat dans le Hainaut jusqu'en 2016. " Ce serait la plus grosse vente de l'histoire de Mons. " Il évoque une clause de confidentialité, mais dans l'entourage du club espagnol, on ne fait guère de mystères. Et les chiffres d'un deal éventuel sont effectivement très intéressants pour Mons. En janvier, la délégation de Villarreal s'était présentée au club avec une offre de 250.000 euros pour une location de cinq mois. DomenicoLeone avait refusé fermement, et en quelques heures, il avait reçu 600.000 euros ! C'est pratiquement autant que le montant du transfert de MohamedDahmane à Genk en janvier 2007. Et c'est presque autant que la somme des ventes cumulées de BenjaminNicaise et WilfriedDalmat au Standard durant l'été 2008. Une très bonne affaire donc, et Perbet appartient toujours à Mons ! Si Villarreal monte et lève l'option d'achat, Mons empochera 1,4 million supplémentaire. Et ce n'est pas tout. Dans ce cas, un bonus de 200.000 euros sera versé par les Espagnols dès que Perbet aura joué 10 matches en Liga, puis encore un autre du même montant après 20 matches. Total possible en tenant compte de la location : 2,4 millions. Et donc - de très loin - la plus grosse vente de l'histoire de Mons. En 2011, Perbet a été acheté à Lokeren pour 300.000 euros. Depuis son départ, le club fait aussi l'économie d'un gros salaire. Et il s'est débarrassé de son joueur le mieux payé, Benjamin Nicaise. Sur le plan comptable, 2012-2013 sera un grand cru pour les Hennuyers ! PAR PIERRE DANVOYELa location pour 5 mois rapporte à Mons 2 fois plus que le montant payé à Lokeren pour l'achat de Perbet.