Par rapport à la saison passée, les 18 pensionnaires de Serie A économisent 100 millions d'euros en salaires, soit une moyenne de 5,5 millions d'euros par club. La saison 2001-2002 a connu des sommets en la matière : beaucoup de clubs consacraient encore 90 % de leurs rentrées aux seuls salaires des joueurs, la Lazio et l'Inter payant même davantage que ce qui rentrait dans leurs caisses.
...

Par rapport à la saison passée, les 18 pensionnaires de Serie A économisent 100 millions d'euros en salaires, soit une moyenne de 5,5 millions d'euros par club. La saison 2001-2002 a connu des sommets en la matière : beaucoup de clubs consacraient encore 90 % de leurs rentrées aux seuls salaires des joueurs, la Lazio et l'Inter payant même davantage que ce qui rentrait dans leurs caisses. Ce nouveau coup de ceinture ramène la masse salariale à son niveau de l'exercice 1999-2000. A ce train-là, il faudra encore 17 ans au football professionnel transalpin pour apurer sa dette. L'année dernière, celle-ci s'élevait à 1,8 milliard d'euros. Les promus, la Sampdoria (qui augmente son budget d'un tiers pour arriver à 30 millions), Ancône et Sienne constituent des exceptions, comme Empoli et Modène, montés un an auparavant : leur masse salariale augmente légèrement. Le quatrième promu, Lecce, consacre un moindre montant aux joueurs qu'il y a un an en D2. Parme ne fait pas d'effort supplémentaire : il y a un an, elle avait déjà taillé dans les salaires, ramenant leur masse à 29 millions, soit moins que la Sampdoria. Les clubs réalisent des économies de diverses manières. A Milan, les joueurs renoncent en moyenne à 20 % de leurs émoluments mais reçoivent en compensation de plus longs contrats. A l'exception de quatre éléments, les joueurs de la Lazio ont accepté d'être rétribués en actions pour les cinq derniers mois de la saison passée. Dès septembre, ils toucheront 55 % de leur salaire, le reste étant versé trois ans après la fin de leur contrat. Sans cet accord, la Lazio aurait été déclarée en faillite et rétrogradée en amateurs, comme la Fiorentina avant elle. Après la Lazio (minimum 33 millions), c'est l'Inter (minimum 23 millions) qui épargne le plus, suivi par Milan et l'AS Rome (minimum 20 millions). La Juventus a l'écurie la plus onéreuse. Malgré ses restrictions, elle consacre toujours 114 millions aux salaires, suivie par l'Inter (95 millions) et Milan (80 millions). La Lazio débourse 52 millions, la Sampdoria 30. A l'autre bout de l'échelle, Modène (7 millions), Pérouse et la Reggina (chacune 8 millions) sont les plus économes. ENRICO CHIESA (32 ans) quitte la Lazio pour Sienne, promue en Série A. L'avant avait accepté la diminution de salaire demandée par le club romain. L'ancien international gagnera 900.000 euros par an. Une clause lui permet de quitter gratuitement Sienne si elle est reléguée. BRESCIA a un nouvel avant. Filippo Maniero (31 ans) a sacrifié une partie de son salaire pour concrétiser son transfert de Palerme (Série B). Auparavant, il a joué en D1 avec Venise et avec l'AC Milan ûsix mois durant la saison 1997-1998. VITTORIO CHIUSANO, le président de la Juventus, est décédé quelques jours avant son 75e anniversaire. Il a succédé à Giampiero Boniperti en 1990. La Juve a été championne à cinq reprises sous sa direction. Sa propre succession est assurée par un homme de sa génération, également avocat, Franzo Grande Stevens. CATANE et Luis Oliveira descendent en D3. La Série B reprendra donc avec 20 équipes comme prévu. Depuis un mois et demi, le club sicilien tentait d'éviter la descente, par un recours au tribunal civil, mais la décision de la fédération a finalement été respectée. CALENDRIER. Lors de la première journée le 31 août, la Juventus, championne en titre, reçoit Empoli. Ancône, promue, accueille Milan. Les autres promus jouent en déplacement : Lecce à la Lazio, la Sampdoria à la Reggina et Sienne à Pérouse. La première affiche a lieu lors de la troisième journée. Il s'agit de Juventus-AS Rome. (G. Foutré)