Pelé (61 ans) a effectué une visite-éclair en Belgique, la semaine dernière. Il a expliqué ce qu'il attendait du prochain Mondial.
...

Pelé (61 ans) a effectué une visite-éclair en Belgique, la semaine dernière. Il a expliqué ce qu'il attendait du prochain Mondial.Quelles vedettes faudra-t-il tenir à l'oeil?Pelé: Certainement Veron, le nouveau joueur-clef de l'Argentine, un pays que je considère d'ailleurs comme un des favoris, au même titre que le Portugal et la France. Zidane est certainement un des joueurs les plus réguliers de la dernière décennie. Contrairement à Owen, par exemple, il est rarement blessé. Il entraîne toujours son équipe à un haut niveau et au Real Madrid, il ne s'estime pas trop bon pour faire sa part du sale travail, comme Figo et Raul. Depuis qu'il est capitaine de l'équipe d'Angleterre, Beckham progresse. Mais Rivaldo sera la sensation. Ses prestations à Barcelone sont plutôt irrégulièresParce que l'équipe dépend beaucoup trop de ses actions. Il traverse une période difficile mais il va éclater pendant la Coupe du Monde. Comme Romario et Ronaldo, il veut prendre sa revanche sur la Coupe du Monde 1998. Ronaldo dispose de trois mois pour retrouver son rythme mais il n'atteindra plus jamais son niveau d'antan. Toutefois, il sera en excellente forme. Je nourris plus de doutes quant à la condition de Romario.A quel genre de tactique vous attendez-vous?La France est devenu championne du monde grâce à sa solide organisation défensive. C'était bien mais depuis un certain temps, on revient à un football plus offensif. Je songe à l'Argentine, au Portugal, à la France, à l'Angleterre, au Brésil. Ils pressent leur adversaire dans son propre camp, ce qu'on ne peut toujours pas espérer de l'Italie. C'est d'ailleurs dommage.Et les équipes africaines?Elles comblent progressivement le gouffre qui les sépare des autres continents mais elles ne sont pas encore assez bien armées pour battre des formations européennes ou sud-américaines. Les pays africains s'appuient trop sur leur instinct et leur frivolité.Couto, Stam, Davids et Frank de Boer ont déjà été convaincus de dopage à la nandrolone. Devons-nous craindre une nouvelle vague de contrôles positifs?C'est un problème social. En sport, on ne sera jamais assez prudent car le dopage est destructeur. Certains joueurs ne le comprennent pas toujours. Ils ne songent qu'à l'argent, aux titres et à la renommée. Evidemment, on ne peut pas les suivre à la trace. D'ailleurs, il y a tellement de méthodes pour camoufler l'usage de produits interdits... On ne parvient pas à suivre l'évolution de la médecine. On n'informe pas non plus les joueurs. On leur fournit de prétendues vitamines. (F. Vanheule)