Vous avez un grand jardin. Qui s'occupe de l'entretien ?

Mario Verheyen (29 ans) : Mon beau-père et moi-même. Le père d'Elly adore faire ça. Lorsque j'ose faire du travail à sa place, c'est la bagarre (il rit). Non, pas à ce point-là, mais il me précède souvent en matière de jardinage. J'entretiens d'excellents rapports avec ma belle-famille. Nous vivons pour ainsi dire dans une rue familiale puisque ses parents, sa grand-mère, sa s£ur, plusieurs oncles et sa cousine habitent à quelques mètres de chez nous. On entend souvent des gens se plaindre de leur belle-famille, mais chez nous ce n'est pas le cas. Nous sommes très unis.
...

Mario Verheyen (29 ans) : Mon beau-père et moi-même. Le père d'Elly adore faire ça. Lorsque j'ose faire du travail à sa place, c'est la bagarre (il rit). Non, pas à ce point-là, mais il me précède souvent en matière de jardinage. J'entretiens d'excellents rapports avec ma belle-famille. Nous vivons pour ainsi dire dans une rue familiale puisque ses parents, sa grand-mère, sa s£ur, plusieurs oncles et sa cousine habitent à quelques mètres de chez nous. On entend souvent des gens se plaindre de leur belle-famille, mais chez nous ce n'est pas le cas. Nous sommes très unis. Pêcher ! C'est une vraie passion. Je pratique la pêche en compétition, avec des amis, sur trois étangs différents. Entre-temps, j'ai appris à connaître les pêcheurs qui s'y rendent et c'est plaisant. Pour moi ce sont des moments de pure détente. De temps en temps, je remporte une compétition mais là n'est pas le principal. Il n'y a qu'au football que je veux toujours gagner ! Attention, j'ai besoin d'une certaine pression, c'est pourquoi je pêche dans des étangs où le poisson est présent en masse. Je ne me vois pas le long du canal attendre qu'un poisson veuille bien mordre à l'hameçon. Faire les magasins, contraint et forcé ! (il rit). Non, franchement ma copine porte bien son nom de famille, Swinkels c'est un peu winkels, ce qui signifie magasins en néerlandais. A part cela, nous aimons aller manger un bout tranquille ou de promener notre chien Zizou. C'est un peu notre fille parce qu'elle est très gâtée. Elle porte le nom de Zinedine Zidane mais bizarrement c'est une idée d'Elly. J'irais travailler, je suppose. Cela a toujours été mon rêve d'être footballeur, donc j'ai de la chance. A l'école, j'ai étudié la comptabilité et j'ai travaillé quelque temps en tant que courtier en assurances. Lorsque j'avais 17 ans, j'ai signé mon premier contrat pro au Lierse. Mon père venait de décéder et je n'ai pas hésité à me lancer complètement dans une carrière sportive. Il était un vrai accro du foot, il m'a toujours soutenu et il aurait certainement souhaité que je saisisse cette chance. Il me manque tous les jours, j'aurais voulu lui montrer que j'avais réussi. C'est un peu dommage que je n'ai pas décroché de diplôme, pour assurer l'après-foot, mais si nécessaire je suivrai des cours du soir. Mais je ne m'en fais pas pour plus tard. Pas mon genre, je suis très calme. Je remets les choses à plus tard. Mais mon beau-père dit de moi que je fais bien les choses quand je m'y mets. Le problème, c'est la peur de mal faire. Sinon, quand j'entame quelque chose, j'aime que tout soit parfait. Je préfère que cela prenne un peu plus de temps mais que ça soit impeccable. Peut-être suis-je un peu trop perfectionniste ? Je préfère laisser faire les gens de métier. J'ai énormément appris à son contact, car je suis quelqu'un de très tranché. Je ne refuse pas le conflit quand un problème se pose. Et quand je dis ce que je pense, je ne prends pas de pincettes. Disons qu'Elly a arrondi mes angles et que je suis devenu humainement plus sage grâce à elle. Elly Swinkels (29 ans) : Pour nous, le mariage n'est pas un must, mais nous aimerions un enfant. Nous sommes contents avec ce que nous avons, comme notre propre maison par exemple. Auparavant, on avait plus de droits lorsqu'on se mariait, certainement lorsqu'il y avait des enfants, mais maintenant les choses ont changé. Même en concubinage il y a moyen de s'organiser. Nous sommes heureux et mettre notre amour sur papier ne nous intéresse pas. Peut-être changerons-nous d'avis lorsque le premier enfant sera là... Nous l'ignorons encore, l'avenir le dira. Nous commencerons d'abord par le premier. Mario trouve très amusant d'être à une table avec quatre ou cinq enfants, mais il faut avoir la place et savoir nouer les deux bouts. Au début, difficilement. Tous les week-ends sont sous le signe du football. Le vendredi, nous restons souvent à la maison, regardons un film. Le samedi j'essaie de laisser Mario tranquille le jour des matches. Je vais alors faire des courses avec ma mère et ma s£ur. Le soir, j'assiste souvent à la rencontre et heureusement j'aime moi-même le foot. Le fait que Mario joue au foot a ses avantages et ses inconvénients, comme toute autre profession. Au début, je ne voulais pas d'une relation avec un footballeur. Surtout à cause des histoires que j'entendais à propos du monde du foot... Mario a donc dû se battre pour moi et m'a convaincu avec un énorme bouquet de roses. Je n'ai pas encore eu à me plaindre de mon choix (elle rit). Je vais régulièrement au fitness avec deux collègues et depuis un an j'apprends la composition florale avec ma cousine et ma tante. Nous aimons également aller au cinéma ou au restaurant. Nous faisons également du vélo, puisque la région propose des bois et de nombreuses routes cyclables. Et alors, il y a le shopping bien sûr (elle rit). Cela dure généralement toute une journée. Les vêtements et l'aspect extérieur sont importants pour moi. J'essaie de me soigner même si je n'irais pas jusqu'à changer mon corps par la chirurgie. Avoir l'air en forme est plus que suffisant. Mario accorde d'ailleurs beaucoup d'importance à son apparence. Depuis mars, il a des barrettes correctrices aux dents, parce qu'il avait un problème de mastication. En août, il en sera débarrassé. Pour moi, la beauté intérieure et la personnalité demeurent les choses les plus importantes. Oui, je suis sales administrator, ce qui implique beaucoup de contacts avec les clients. C'est un travail à temps plein et je m'y sens bien. Je ne pourrais pas rester à la maison. (Elle rit) Je commence avec les qualités, alors ? Je peux tout lui demander, il fera toujours ce qu'il peut pour m'aider. Il est toujours prêt à rendre service et dit difficilement non. Il est également très gentil. Parfois, il peut être très dur mais cinq minutes après tout est oublié. J'ai dû m'y habituer au début de notre relation, car je viens d'une famille où on ne crie jamais et où les problèmes se règlent en parlant. Mario est différent, c'est l'aspect extrême qu'il évoque. Mario a une grande gueule et un petit c£ur. Il est très impulsif et dit parfois des choses qu'il regrette après et qu'il voudrait ne pas avoir dites.