J'ai vu deux matches durant Standard-Mouscron. Le premier a duré 70', il fut doux et léthargique comme l'est souvent le foot pour un spectateur neutre. Tu regardes d'un oeil mais il ne se passe pas grand-chose, tu en profites pour papoter de l'autre à propos des approximations techniques:et tu te demandes si tu t'ennuies un peu parce que les joueurs sont un peu malhabiles, ou parce que tu es toi-même trop fainéant pour dénicher le suc du match... Plus le temps passe, plus tu acceptes l'idée qu'il va s'agir une fois de plus d'un 0-0 amplement mérité pour ta collection, et que ce n'est pas encore aujourd'hui que tu vas décrocher le gros lot au Lotto des grandes émotions: mais ce n'est pas grave, il y aura une autre confrontation la semaine prochaine pour espérer gagner au Lotto, et tu voudrais d...

J'ai vu deux matches durant Standard-Mouscron. Le premier a duré 70', il fut doux et léthargique comme l'est souvent le foot pour un spectateur neutre. Tu regardes d'un oeil mais il ne se passe pas grand-chose, tu en profites pour papoter de l'autre à propos des approximations techniques:et tu te demandes si tu t'ennuies un peu parce que les joueurs sont un peu malhabiles, ou parce que tu es toi-même trop fainéant pour dénicher le suc du match... Plus le temps passe, plus tu acceptes l'idée qu'il va s'agir une fois de plus d'un 0-0 amplement mérité pour ta collection, et que ce n'est pas encore aujourd'hui que tu vas décrocher le gros lot au Lotto des grandes émotions: mais ce n'est pas grave, il y aura une autre confrontation la semaine prochaine pour espérer gagner au Lotto, et tu voudrais déjà y être... C'est alors que Bakadal, à la 72', a donné le coup d'envoi du second match. 20 petites minutes, deux autres buts, 0-3 score final entre deux rivaux bien campés: et voilà qu'un "bête" match débouche sur un résultat excitant qui va rester dans les annales. C'est le foot. La dureté des chiffres, c'est que le Standard se soit fait corriger à domicile par un adversaire qu'il considère moins digne que lui d'appartenir à l'élite. Ahbon? Oui, puisque le Standard appartient au "G5" et que Mouscron n'en fait pas partie! Vous l'aurez deviné, l'existence même du G5 me donne des pustules partout. Après avoir pondu le "Club Europe" regroupant les 12 clubs pros français les plus nantis, voilà que le "G14" des clubs européens prétentieux et friqués nous pond un p'tit bâtard chez nous. Vive la mode des groupes de pression! Vive le chantage! Vive le sport et ses valeurs qu'osent négliger nos pouvoirs publics!Le foot belge existe grâce à une fédération regroupant forts et faibles, grands et petits, très grands et fort petits: et les uns n'y existent qu'A CAUSE des autres! Et les intérêts respectifs des uns et des autres doivent se débattre démocratiquement au sein d'une Assemblée Générale des quelque 1.900 clubs du pays. Et si je ne m'abuse, les 18 clubs de D1 y disposent à eux seuls de 20% des voix, et les 130 clubs de nationales y détiennent la majorité absolue: c'est déjà pas mal pour "sprotcher" les petits, en s'imaginant comme la grenouille que ça permettra de gonfler encore! 0Le G5, dès le moment où il se constitue, est un sécessionniste de fait de la Ligue Pro: sauf qu'il ne l'est pas officiellement, de manière à continuer de manger à plusieurs râteliers. Le G5 est par nature méprisant envers ceux qu'il n'a pas invité en son sein. En admettant même que son sein soit le regroupement objectif des cinq plus gros budgets du moment, cela ne signifie nullement que ce soient là, et ad vitam, les cinq clubs les plus solides budgétairement: mais cela signifie clairement que les friqués du moment doivent être les décideurs du foot, et que les autres aillent se faire foot! Que le lobbying du G5 s'exprime par la voix d'un homme hier encore symbole vivant de notre URBSFA, ça peut troubler les âmes ferventes quant à la solidité de la démocratie urbsfienne : si Alain Courtois fait pression, m'est avis que c'est pas pour des prunes! Mais si j'étais Jan Peeters, au lieu de prêter une oreille aimable et attentive à cette menace de putsch, je pousserais deux gros jurons dans les deux langues avant de hurler " Maar qui est le chef, hier?!" De l'Ecosse à l'Autriche en passant par la Suisse, réduire le nombre de clubs en D1 n'a jamais permis à une petite fédé d'être moins faible par rapport aux grandes. Certes, les vautours de notre pays petit planeraient moins nombreux au-dessus de nos petits droits/télé: mais le combat entre eux n'en serait pas moins féroce, et toujours dérisoire en regard des gros combats de gros vautours des grosses fédérations... Demain, pour contrer le "G5", il y aura en Belgique le "Groupe des ventres mous" regroupant 8 clubs, et le "Groupe-de-ceux-qui-ont-la-trouille-de-redescendre-en-D2" regroupant les 5 clubs restants. Pays petit, que je vous disais.