Tout le drame du joueur de la Juventus à la fin du match contre le Real Madrid a été résumé dans une photo symbolique : lui, la tête entre les mains, à genoux devant l'arbitre, Meier, qui lui montre un carton jaune pour un tacle un peu appuyé. Une faute inutile qui a privé le Tchèque de la finale de la Ligue des Champions. Samedi dernier, il prétendait qu'il avait tout oublié mais ce n'était pas vrai. Il était tout au plus résigné. Nedved vit mal la belle atmosphère qui règne au sein de son club.
...

Tout le drame du joueur de la Juventus à la fin du match contre le Real Madrid a été résumé dans une photo symbolique : lui, la tête entre les mains, à genoux devant l'arbitre, Meier, qui lui montre un carton jaune pour un tacle un peu appuyé. Une faute inutile qui a privé le Tchèque de la finale de la Ligue des Champions. Samedi dernier, il prétendait qu'il avait tout oublié mais ce n'était pas vrai. Il était tout au plus résigné. Nedved vit mal la belle atmosphère qui règne au sein de son club. Pavel Nedved : Le coup que m'a donné l'arbitre Meier est le plus dur de ma carrière, et pourtant, des coups, j'en prends pas mal. J'ai été trahi par mon instinct. Et ce jour-là, a été un jour pénible bien que nous ayons donné la leçon au Real Madrid. La vie ne se termine pas à Manchester mais la finale de la Ligue des Champions, c'est le top et je n'y serai pas. Je me suis dit que je ne devais plus y penser. Je n'y serai pas, un point c'est tout. Partiellement oui, parce que je suis content que mon équipe soit en finale mais je ne me sens pas coupable. Ce soir-là, j'avais tout donné et une faute du genre peut arriver à tout moment. C'est seulement après que l'on y pense. Oui, nous avons atteint tous nos objectifs et nous sommes en mesure de ramener la Ligue des Champions à Turin. Ceci dit, je ne me limite jamais à analyser ma propre prestation. J'analyse toujours la saison en me basant sur les résultats obtenus par l'équipe. L'important est de gagner un trophée car cela n'a aucun sens d'être un protagoniste, de jouer de manière étincelante et de ne rien gagner. La Juventus n'aura aucun problème pour me remplacer. Le noyau est paré pour affronter toute situation de ce genre. Le plus triste, c'est pour moi, car je vais rater la finale. Si je dois dire la vérité : je ne suis pas rassuré. Je ne sais pas pourquoi mais c'est ainsi. J'espère que c'est seulement parce que je ne jouerai pas et que je serai contraint de suivre la rencontre de la tribune où je souffrirai certainement beaucoup plus. J'aurais aimé suivre la rencontre du banc, comme Vieri l'a fait en demi-finales mais je suis suspendu et je dois donc me mettre une cravate et filer dans la tribune. Et puis, ce n'est pas parce que nous avons mis un tas de points dans la vue du Milan en championnat que cela va être facile. Non, mais d'un point de vue tactique, le football italien est presque parfait. Et dans ce cas, il est juste que ce soit la Juventus et Milan qui se disputent ce titre car sur le plan tactique, ce sont certainement les deux meilleures formations. Sur le plan technique, on ne peut pas le dire. (ESM)Nicolas Ribaudo