On savait déjà que l'émission Studio 1 du lundi sur la RTBF allait changer de look dès le 13 février. Une réunion importante aura d'ailleurs lieu à ce sujet ce jeudi et Michel Lecomte ne veut pas en dévoiler le contenu avant d'avoir mis ses collaborateurs au courant de ses idées. Il nous est cependant revenu que l'ex-manager de La Louvière, Stéphane Pauwels, pourrait occuper un rôle de consultant...

On savait déjà que l'émission Studio 1 du lundi sur la RTBF allait changer de look dès le 13 février. Une réunion importante aura d'ailleurs lieu à ce sujet ce jeudi et Michel Lecomte ne veut pas en dévoiler le contenu avant d'avoir mis ses collaborateurs au courant de ses idées. Il nous est cependant revenu que l'ex-manager de La Louvière, Stéphane Pauwels, pourrait occuper un rôle de consultant, à l'image de ce que font Benoît Thans et GillesDe Bilde. Confronté à nos informations, le patron des sports de la RTBF ne cherche pas à démentir, si ce n'est pour dire que la piste Pauwels n'est " qu'une parmi d'autres ". Pauwels, admet tout de même que les contacts remontent à trois mois et qu'il a marqué son accord depuis six semaines : " Parce que le concept de l'émission du lundi me plaît et parce que le monde des médias, de l'audio-visuel en particulier, m'a toujours attiré. J'ai d'ailleurs déjà travaillé pour France 3 à une certaine époque ". Il y a donc fort à parier qu'il sera sur les ondes à la reprise. En compagnie de qui ? Là, Lecomte refuse d'en dire plus. " Lorsque je travaillais pour un club belge, ce n'était évidemment pas possible ", explique Pauwels. " Mais à présent que je suis recruteur pour une formation française, Metz en l'occurrence, plus rien ne s'y oppose. D'autant que je vois tout de même de nombreux matches en Belgique puisque c'est, avec la Hollande, le marché que je suis chargé de suivre. J'en ai vu plus de 200 depuis début 2005 ". Les rôles des différents consultants devraient être bien définis. Thans s'occuperait surtout de l'aspect technique. Pauwels, lui, chatouillerait plutôt les intervenants sur les différents choix opérés. Et on sait que ceux-ci peuvent parfois se montrer sensibles. Comment réagiront-ils face à quelqu'un qui, dans le milieu du foot, dérange parfois ? " Le but n'est pas non plus d'attaquer pour le plaisir ", affirme Pauwels. " J'ai l'avantage de connaître le milieu et de ne pas avoir peur de dire certaines choses. Je pourrais par exemple demander aux dirigeants d'Anderlecht pourquoi ils ont transféré NicolasFrutos à 3,5 millions d'euros alors que de jeunes Belges prometteurs coûtaient moins cher. Ou à Michel Preud'homme, qui se plaint que Lille lui a piqué Kevin Mirallas, pourquoi il transfère un joueur de 34 ans alors qu'il prône une politique de jeunes ". P. SINTZEN