Quelle fête au Tivoli ! La Louvière n'y avait marqué que quatre buts lors de ses quatre premiers matches. Patrick Wachel, l'adjoint d'Ariel Jacobs, a été étonné par la valeur de son équipe, mais aussi par la tactique des Limbourgeois.

Patrick Wachel : Je ne comprends toujours pas pourquoi Sef Vergoossen s'est limité à un seul attaquant, alors que la marque de fabrique de Genk est le 4-4-2 depuis plusieurs saisons. Cela veut sans doute dire qu'il nous craignait vraiment.

Genk était plus prudent que d'habitude mais a quand même encaissé cinq goals !

C'est tout le paradoxe de ce match. Notre adversaire s'est contenté d'un seul avant mais n'a pas fermé le jeu derrière. Tout le contraire des quatre équipes qui étaient venues chez nous précédemment : Mons, Charleroi, Heusden-Zolder et Mouscron. Ceux-là ne pensaient qu'à ne pas encaisser. Vergoossen avait des vues différentes : sa défense jouait relativement haut, ce qui a permis à nos attaquants de s'exprimer.

Le plus encourageant n'est-il pas d'avoir réussi cette prestation alors que trois vrais titulaires (Siquet, Onyewu et Odemwingie) étaient suspendus ?

Sans aucun doute. Cela prouve que, La Louvière, ce n'est pas 11 joueurs mais tout un groupe. Certains des remplaçants avaient sans doute fini par douter d'eux-mêmes : ils ont mis les choses au point.

On devine que le coach aura des problèmes de sélection, ce week-end ?

Certainement. Il y aura des déçus quand commencera notre match contre le Cercle. Mais ce n'est pas désagréable de rencontrer des problèmes de luxe !

Etait-ce le match le plus brillant des Loups depuis que vous êtes à la tête de l'équipe avec Ariel Jacobs ?

Le plus gai, sans aucun doute. Je ne pense pas que La Louvière avait déjà marqué cinq buts en D1

Cinq buteurs différents, c'est un point positif ?

Bien sûr. Si un de nos joueurs avait marqué quatre goals mais avait été suspendu pour le week-end prochain, nous aurions été inquiets.

Comment Ariel Jacobs a-t-il vécu cette victoire ?

A 2-0 après 10 minutes, il m'a dit : -C'est pas possible, Genk va quand même commencer à jouer ? En face, il y avait un club au budget six ou sept fois supérieur, et censé viser la Ligue des Champions. A 2-2, je pense que plus personne n'aurait misé un euro sur notre équipe. Mais nous avons eu le mérite de ne pas perdre les pédales et de marquer très vite un troisième puis un quatrième buts. Moralement, les Loups ont été géants.

(P. Danvoye)

Propos recueillis par Bruno Govers

Quelle fête au Tivoli ! La Louvière n'y avait marqué que quatre buts lors de ses quatre premiers matches. Patrick Wachel, l'adjoint d'Ariel Jacobs, a été étonné par la valeur de son équipe, mais aussi par la tactique des Limbourgeois. Patrick Wachel : Je ne comprends toujours pas pourquoi Sef Vergoossen s'est limité à un seul attaquant, alors que la marque de fabrique de Genk est le 4-4-2 depuis plusieurs saisons. Cela veut sans doute dire qu'il nous craignait vraiment. C'est tout le paradoxe de ce match. Notre adversaire s'est contenté d'un seul avant mais n'a pas fermé le jeu derrière. Tout le contraire des quatre équipes qui étaient venues chez nous précédemment : Mons, Charleroi, Heusden-Zolder et Mouscron. Ceux-là ne pensaient qu'à ne pas encaisser. Vergoossen avait des vues différentes : sa défense jouait relativement haut, ce qui a permis à nos attaquants de s'exprimer. Sans aucun doute. Cela prouve que, La Louvière, ce n'est pas 11 joueurs mais tout un groupe. Certains des remplaçants avaient sans doute fini par douter d'eux-mêmes : ils ont mis les choses au point. Certainement. Il y aura des déçus quand commencera notre match contre le Cercle. Mais ce n'est pas désagréable de rencontrer des problèmes de luxe ! Le plus gai, sans aucun doute. Je ne pense pas que La Louvière avait déjà marqué cinq buts en D1 Bien sûr. Si un de nos joueurs avait marqué quatre goals mais avait été suspendu pour le week-end prochain, nous aurions été inquiets. A 2-0 après 10 minutes, il m'a dit : -C'est pas possible, Genk va quand même commencer à jouer ? En face, il y avait un club au budget six ou sept fois supérieur, et censé viser la Ligue des Champions. A 2-2, je pense que plus personne n'aurait misé un euro sur notre équipe. Mais nous avons eu le mérite de ne pas perdre les pédales et de marquer très vite un troisième puis un quatrième buts. Moralement, les Loups ont été géants. (P. Danvoye)Propos recueillis par Bruno Govers