Pierre Desproges est génial mais je ne suis pas d'accord avec lui sur une de ses sublimes citations : " Mieux vaut fermer sa gueule et passer pour un con que de l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet ".
...

Pierre Desproges est génial mais je ne suis pas d'accord avec lui sur une de ses sublimes citations : " Mieux vaut fermer sa gueule et passer pour un con que de l'ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet ". Moi je préfère l'ouvrir et passer pour un con. Aux yeux de qui ? De quoi ? On est tous le con de quelqu'un. Le plaisir d'une bonne vanne mérite le prix d'un jugement. Y a pas mort d'homme y a la genèse d'un débat, c'est déjà ça. C'est comme le cas Evra. Le p'tit Patrice, je l'ai croisé quelques fois. Il a toujours été sympa, disponible et pertinent. Un jour, à Manchester, il m'a même sauvé. J'y étais pour faire l'interview d'un Belge qui se déplaçait au Théâtre des Rêves. Le match de notre compatriote vire au cauchemar dès la quatrième minute. A la fin des 90 minutes, il passe devant moi sans un regard. Me reste le seul Evra comme francophone. La demande est polie, l'acceptation souriante. Là, il vient d'allumer. Normal, il s'est fait allumer. Faut pas s'étonner d'un retour de flamme. C'est le jeu quand on parle d'un jeu comme si on parlait du destin du monde. Il a flingué. Et alors ? Personne ne va mourir. L'orgueil va en prendre un coup. Et alors ? Le " circus footballisticus " qui nous fait vivre tous, est fait de cela. On donne, on reçoit et le moindre des constats c'est que tous les protagonistes de cette farce ont beaucoup reçu du foot. Alors " calmos les mecs " ! J'ai trouvé sa sortie extraordinaire au sens propre du terme. Parce que osée, parfois excessive, mais toujours sincère et surtout marrante. Le moment était-il mal choisi ? Non, au contraire. Sûr et certain que dès la fin de la diffusion de son interview, il a reçu 22 sms des autres joueurs de l'équipe de France : " Bien joué Captain Pat, on pense tous ça ". Et le vestiaire s'est ressoudé. Sûr qu'en cas de qualif pour la Coupe du Monde, certains lui rendront hommage. Les footeux ne sont que des hommes avec leurs qualités footballistiques et leurs défauts d'humain. Évidemment que je les ai trouvé pathétiques dans leur car 18 étoiles du côté de l'Afrique du Sud, là où les gosses ont pour seul loisir de regarder les étoiles. Évidemment qu'ils avaient tort. Mais d'autres aussi : ceux qui ont laissé l'abcès puruler pendant des mois avec ce Domenech qui n'a jamais compris que quand l'égo se transforme en ergot, c'est toujours le plus grand nombre qui gagne. Surtout qu'il n'y avait plus Dieu Zidane. Lui aussi, il aurait pu, plus souvent, prendre position pour la cause. La sienne. Celle dont il est le sublime exemple. L'intégration. Zizou peut se montrer très dur avec ceux qui le critiquent. Mais lui c'est plus discret, c'est hors micro et caméra. Lui aussi je l'ai croisé. A Moscou, au hasard d'un couloir, il m'a laissé l'impression d'un bon gars, un brave. Qui vous écoute quand vous, l'inconnu, prenez part à la conversation. Le seul truc que je reproche à Zidane, c'est son coup de boule lamentable. Putain, quitte à s'abaisser au niveau de Materazzi, il aurait pas pu lui fracasser le nez ? Histoire que ce broyeur de talent ressente ce qu'il a fait subir à ses adversaires durant des années. Allez, des coups de boule de Zizou, on retiendra ceux de juillet 98. Ceux qui l'on fait entrer dans l'éternité. Autre soi-disant " racaille " comme disait le petit vulgaire à talonnettes : Samir Nasri. Lui aussi, belle rencontre. Quand tu es poli avec lui, il est charmant avec toi. La vie n'est que question de contexte, de prétexte. Les uns essayent d'exister à travers les autres. Ce qui est sûr c'est que sans joueurs, il n'y a pas d'observateurs. Et puis y a ceux qui disent que les footballeurs sont des crétins. Pas plus que les autres. La différence, c'est qu'eux, on leur donne la parole et donc on peut s'en rendre compte. Comme dit Daan dans son superbe nouvel album : " La vraie décadence c'est de ne pas dire ce que l'on pense ". Faut le dire et puis... l'assumer. Evra le fera. Les " clochards ", on verra.?Des crétins les footballeurs ? Pas plus que les autres. La différence, c'est qu'eux, on leur donne la parole et donc on peut s'en rendre compte.